Doumie

Au lieu d'un site, un forum pour partager...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Actu. environnement

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Actu. environnement   Mar 29 Avr - 15:53

L'initiative de Bush vise à contrer les efforts du Congrès sur le climat

Le président américain George W. Bush cherche surtout avec sa dernière initiative sur le climat mercredi à contrer les efforts en cours au Congrès pour adopter un projet de loi limitant les émissions de gaz à effet de serre, selon ses détracteurs comme ses partisans.



M. Bush a annoncé lors du plus long discours fait sur le sujet depuis 2002 que le nouvel objectif de son administration était «d'arrêter l'accroissement des émissions responsables du réchauffement climatique d'ici 2025» sans mentionner de nouvelles mesures pour y parvenir.

Il se propose seulement d'appliquer pleinement les lois existantes, d'encourager les solutions technologiques et de promouvoir l'énergie nucléaire et le charbon propre.

Pour le démocrate Edward Markey (Massachusetts, est), le président de la commission de la Chambre des représentants sur le réchauffement climatique, cette annonce doit être interprétée comme la volonté de «M. Bush de ne rien faire jusqu'à son départ le 20 janvier 2009».

Une telle attitude «va évidemment compliquer davantage la tâche du Congrès à produire une loi pouvant être signée par ce président», a-t-il dit lors d'une conférence de presse téléphonique après le discours de M. Bush.

«Il dit tout simplement que le projet de loi discuté au Sénat, et ce qui pourrait aussi sortir de la Chambre, est inacceptable et ne veut pas agir face à la gravité de ce problème», a jugé M. Markey.

Il s'agit du projet de législation dont les auteurs sont les sénateurs John Warner, un républicain et Joe Lieberman indépendant. Ce texte qui devrait être débattu en juin, prévoit une réduction immédiate des émissions de gaz à effet de serre pour parvenir à une baisse proche de 20% d'ici 2020 afin de les ramener à leur niveau quasiment de 1990 comme le projet avancé en Californie.
«Attendre jusqu'en 2025 pour geler la progression de ces émissions aux États-Unis pourrait être catastrophique pour la planète», selon M. Markey.
Qualifiant la proposition de M. Bush de «plaisanterie», Eileen Claussen, la présidente du Pew Center on Global Climate Change, un institut indépendant et bipartite de recherche, a estimé que celui-ci avait même régressé sur le climat.

«C'est pire que sa position antérieure» de 2002, a-t-elle dit dans un entretien avec l'AFP.

Il avait alors proposé une initiative pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de 18% d'ici 2012 en termes d'intensité économique. Maintenant «il dit en substance vouloir continuer à augmenter (ces émissions) jusqu'en 2025.»

«La seule bonne nouvelle c'est que cette administration est totalement hors jeu» sur cette question vis-à-vis des autres États de l'Union et du reste du monde, a souligné la responsable du Pew.

«Nous devons régler ce problème du réchauffement mondialement et les États-Unis (en tant que plus grand pollueur) doivent prendre l'initiative et bien sûr convaincre la Chine, l'Inde et les autres économies émergeantes à mettre en oeuvre des mesures sérieuses», a-t-elle dit, ajoutant que cette opinion était largement partagée dans les rangs démocrates comme républicains.

Selon elle, «il faudra attendre le prochain président pour que les États-Unis aient une approche sérieuse sur ce problème».

La directrice du Pew relève que les sénateurs Clinton, Obama et McCain, ont tous été co-auteurs de projets de loi prévoyant des plafonnements contraignants des émissions de gaz à effet de serre.

Frank Maisano, un responsable de la firme de lobby Bracewell and Guiliani représentant les industries de production électrique, pense que M. Bush tente de «recadrer le débat au Congrès sur le climat» pour éviter, a-t-il dit à l'AFP, que ne soit votées des lois néfastes à l'économie.

«Nous devons prendre en considération pas seulement les bienfaits pour l'environnement mais aussi les coûts et l'impact économiques», a-t-il ajouté.


Dernière édition par Nouch'Doum' le Mer 4 Juin - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Déchets: Montréal avoue son retard   Mar 29 Avr - 15:54

La Ville de Montréal a pour la première fois reconnu officiellement hier que l'agglomération n'atteindra pas les objectifs de la politique québécoise de gestion des matières résiduelles 1998-2008 de recycler 60% des matières recyclables et le même pourcentage pour les matières organiques: l'objectif pour les matières recyclables ne sera atteint qu'en 2012 et celui pour les matières putrescibles en 2018.
Cela dit, le Plan directeur de gestion des matières résiduelles 2008-2012 de l'agglomération montréalaise (www.ville.montreal.qc.ca/pdgmr), que la Ville a dévoilé hier, comporte un grand nombre de mesures rassemblées autour de 49 actions. Elles visent à réduire la dépendance de l'agglomération des lieux d'enfouissement extérieurs à l'île tout en diminuant les conséquences écologiques négatives de la production de déchets.



Question d'argent

Ce plan fera l'objet de consultations publiques en mai et en juin et devrait être adopté l'automne prochain. En conférence de presse, le maire Gérald Tremblay a dit que la rapidité de son application dépendra aussi beaucoup de l'argent que Québec fournira à Montréal.

Pourtant, l'enveloppe supplémentaire nécessaire pour son application est de 126 millions étalés sur 10 ans, soit peu par rapport à ce que la Ville investit dans le cadre de son programme triennal d'immobilisations (2 milliards en trois ans). De plus, la Ville est prête à ce qu'une partie de ce coût soit assumée par le privé dans le cadre de partenariats, notamment pour construire et gérer les infrastructures prévues.

La Ville n'a fourni aucune date pour lancer dans tous les arrondissements une collecte à domicile des matières putrescibles qui représentent près de la moitié de ce que la Ville enfouit. Seule la collecte des résidus verts sera organisée dès cette année. Pourtant, la Ville reconnaît que les besoins actuels en compost de l'agglomération sont supérieurs à ce que l'on pourrait produire en compostant toute la matière organique des ménages montréalais.

Des plans pour le compost

Toutefois, les cadres de la Ville travaillent à planifier le moment où, d'ici quelques années, toutes les résidences auront de façon naturelle accès à une collecte des déchets alimentaires. On prévoit déjà que le compost sera fabriqué dans l'île et non à l'extérieur. Une usine de compostage fermée sera créée dans l'Ouest-de-l'Île. De plus, deux usines de digestion anaérobie de résidus alimentaires et deux centres de compostage traiteront les matières organiques produites dans l'Est de l'île.

En ce qui a trait à l'enfouissement, le plan prescrit un statu quo pour les cinq prochaines années, la capacité des sites extérieurs à l'île (Lachenaie, Sainte-Sophie, etc.) étant suffisante.

Par la suite, la Ville réfléchit à la possibilité d'utiliser le traitement thermique, notamment la gazéification, pour produire du combustible à partir des déchets jusqu'à maintenant enfouis. Ce procédé sera appliqué à des déchets qui auront été triés de nouveau dans une usine de prétraitement, comme cela se fait en Europe, afin que toute la matière organique en soit vraiment extirpée.

Usine pilote

Le plan prévoit d'ailleurs la construction d'une usine pilote afin de traiter thermiquement 25 000 tonnes de déchets, une quantité assez faible à comparer au million de tonnes actuellement généré par l'agglomération.

Si, en 2006, l'agglomération a recyclé 223 000 tonnes de matières tandis qu'elle en éliminait par enfouissement 779 000 tonnes, le plan prévoit qu'en 2018 il y aura plus de recyclage (570 000 tonnes) que d'élimination (530 000 tonnes).

«Pour cela, il faut rapetisser notre sac d'ordures et modifier radicalement nos habitudes de consommation», a dit le maire Tremblay, qui espère que le gouvernement Charest sera en phase avec les objectifs provinciaux quant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et financera une partie de ce plan afin d'accélérer la valorisation des matières résiduelles de l'agglomération.

Mesures envisagées par l'agglomération:

-Création de huit écocentres pour récupérer plus de résidus domestiques dangereux

-Création d’un centre de réemploi pour récupérer meubles, vêtements, ordinateurs, livres, jouets, appareils électriques, etc.

-Plus de sensibilisation pour inciter les Montréalais à réduire leur consommation et leur production de déchets et à réutiliser ce qu’ils acquièrent.

-Exploiter un poste de transbordement desservi par le réseau ferroviaire et routier

-Priorité au futur contenant de recyclage actuellement en développement mais le sac pourra être choisi par les arrondissements qui le souhaitent.

-À partir de 2009, le pêle-mêle sera implanté partout sur l’île : les particuliers n’auront plus à trier leurs matières recyclables.

-La Ville lance aussi un appel aux commerçants pour qu’ils abandonnent les sacs de plastique comme le font ceux de l’arrondissement de Verdun actuellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Les patrons du G8 exhibent leurs divergences sur le climat   Mar 29 Avr - 15:55



Les dirigeants des organisations patronales des pays industrialisés du G8 ont fait étalage jeudi à Tokyo de leurs divergences sur la question de la lutte contre le réchauffement climatique, les Européens reprochant ouvertement aux Américains de ne pas en faire assez.


Les chefs des principaux syndicats de patrons du G8 (États-Unis, Japon, Allemagne, Grande-Bretagne, France, Italie, Canada) ont participé jeudi à Tokyo à une réunion d'une journée essentiellement consacrée à l'environnement.

Ils ont adopté une déclaration dans laquelle ils ont reconnu la nécessité de lutter contre le réchauffement, mais en estimant que les industries ne devaient pas être «indûment pénalisées par des mesures politiques déséquilibrées qui détourneront les ressources de l'investisssement et de l'innovation».

Cela n'a pas empêché les participants d'exprimer des désaccords sur le sujet. Le président de la Chambre de commerce américaine Paul Speranza Jr, dont le pays n'a pas ratifié le protocole de Kyoto sur la limitation des émissions de gaz à effet de serre, s'est ainsi retrouvé en position d'accusé.
«La question n'est plus de savoir si nous devons le faire, la question est de savoir comment nous devons le faire», a affirmé lors de son discours la présidente du Medef français, Laurence Parisot, en faisant référence à la limitation des émissions.

«La France seule, l'Union européenne seule ne peuvent résoudre tous les problèmes», a-t-elle poursuivi, avant de lancer à son homologue américain: «nous avons peut-être tort, mais il nous semble que votre engagement envers cette question n'est pas aussi élevé que ce que nous attendons».

M. Speranza s'est défendu en disant que les États-Unis «ne veulent pas nuire à l'emploi ni aux économies». «Les Américains sont parfois lents au démarrage, mais une fois que nous démarrons, nous devenons probablement les leaders», a-t-il assuré, s'attirant des rires sarcastiques parmi l'assistance.
Le président George W. Bush a assigné mercredi aux États-Unis l'objectif d'arrêter la croissance des émissions responsables du réchauffement climatique d'ici à 2025, mais sans annoncer de mesure précise ou contraignante pour y parvenir, ce qui lui a valu une nouvelle volée de critiques.

Au début de leur réunion, les patrons des patrons ont été harangués par le premier ministre japonais Yasuo Fukuda, qui veut faire de la lutte contre le réchauffement la priorité de la présidence du G8 par son pays cette année.

«Il est temps non seulement pour les politiciens et l'industrie, mais aussi pour les individus, de reconnaître que l'humanité est confrontée à un tournant et de commencer à prendre des mesures», a déclaré le chef du gouvernement.

«Le secteur industriel ne doit pas oublier qu'il est le premier émetteur de gaz à effet de serre», a-t-il ajouté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Des condoms pour sauver l’Amazonie   Jeu 15 Mai - 14:26

Agence Science-Presse

Lutter contre le Sida et protéger l’Amazonie? Si ces deux idées semblent rien n’avoir en commun, c’est pourtant ce que le gouvernement du Brésil espère avec l’inauguration de Natex, la première usine publique nationale à produire des préservatifs. Les condoms Natex sont les seuls produits à partir de latex extrait de la sève d’hévéa d’Amazonie.
C’est qu’à l’heure actuelle, des quelque 180 millions de préservatifs distribués gratuitement chaque année par le Ministère de la Santé, presque 100 % sont importés. L’État brésilien vise donc à réduire sa dépendance.

Natex devrait générer des emplois et ainsi bénéficier aux habitants de Xapuri, une petite ville au coeur de l’Amazonie, chargés de l’extraction du latex et de l’entretien des arbres. Brasília assure que cette production ne met aucunement en péril la forêt puisque la région est riche en latex et n’exige pas la coupe à blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: A New York, le "Spiderman français" fait un émule   Ven 6 Juin - 23:04

Reuters - Vendredi 6 juin, 07h27

NEW YORK (Reuters) - Le "Spiderman français", Alain Robert, a escaladé jeudi la façade du siège du New York Times afin de sensibiliser l'opinion publique au réchauffement climatique, et a été imité six heures plus tard par un inconnu.

Rendu célèbre pour avoir déjà grimpé en haut de nombreux monuments célèbres à travers le monde, comme la Tour Eiffel ou le Golden Gate Bridge de San Francisco, le Français de 45 ans, premier homme à gravir l'immeuble de 52 étages, a comme à son habitude été immédiatement arrêté par les autorités après avoir regagné le sol.

Six heures plus tard, en pleine heure de pointe, un autre grimpeur s'est lancé à l'assaut de la tour du quotidien new-yorkais et a lui aussi été arrêté par la police à son arrivée sur le toit.

Julie Cohen, manager d'Alain Robert, a déclaré ne pas connaître le grimpeur anonyme.

"Je suis mortifiée, il n'a absolument rien à voir avec nous, c'est très contrariant", a-t-elle dit.

"Alain va être très ennuyé", a-t-elle ajouté, précisant que les ascensions du Français n'étaient pas sans risques, mais qu'il est un grimpeur professionnel.

Vêtu d'un pantalon rouge, de chaussures d'escalade noire et d'un t-shirt blanc sur lequel on pouvait lire "Malaria No More" ("Plus jamais de malaria"), l'émule du Français affichait un sourire lorsque la police lui a passé les menottes aux poignets.

Martin Edlund, directeur de la communication de "Malaria No More", a déclaré que le grimpeur anonyme n'était pas membre de l'organisation luttant pour éradiquer d'ici dix ans cette maladie qui fait un million de morts par an.

"Bien que 'Malaria No More' apprécie sa volonté d'attirer l'attention sur la malaria, nous tentons de sauver des vies, pas de les mettre en danger", a-t-il souligné, alors que les policiers mettaient également en cause l'irresponsabilité de ce grimpeur.

Le Français a, quant à lui, dit avoir réalisé cette performance "afin d'attirer l'attention sur le réchauffement de la planète, l'un des plus importants problèmes de notre époque".

Au niveau du dixième étage du bâtiment, l'homme araignée a déployé une banderole sans équivoque: "Le réchauffement climatique tue plus de personnes en une semaine que le 11 septembre (2001)".



Michelle Nichols, version française Olivier Guillemain, Grégory Blachier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: "L'homme araignée" arrêté après l'escalade d'un gratte-ciel à New York   Ven 6 Juin - 23:05

AFP - Jeudi 5 juin, 21h49

NEW YORK (AFP) - Alain Robert, l'"homme araignée" français connu pour ses ascensions de gratte-ciel, a escaladé jeudi les 52 étages de l'immeuble du New York Times à New York, avant d'être arrêté.

M. Robert, 45 ans, a accroché une pancarte de protestation contre le réchauffement climatique sur la façade de l'immeuble en verre devant des milliers de New-Yorkais médusés.

"Cet homme est fou", a commenté Chelsea, une jeune femme qui scrutait le ciel depuis la 41e rue, non loin de Times Square, au centre de Manhattan.

"J'escalade à mains nues, il s'agit d'un acte pacifique pour attirer l'attention des dirigeants du monde entier sur l'urgence d'une lutte contre le changement climatique", a déclaré le Français dans un communiqué distribué avant son escalade. Sur son T-shirt on pouvait lire son nom en grandes lettres ainsi que l'adresse de son site internet.

A mi-chemin, le long de la façade nord du bâtiment, Alain Robert a déployé un panneau de toile fluorescent sur lequel on pouvait lire "Le réchauffement de la planète tue autant de gens chaque semaine que les attentats du 11 septembre".

Se tenant d'une seule main, il saluait la foule de temps à autres de l'autre main, tandis que des dizaines de journalistes et employés du quotidien se pressaient aux fenêtres pour le voir.

La 41ème rue a été bouclée par la police. Une vidéo prise depuis un hélicoptère permet de voir l'arrestation du "spiderman" français par plusieurs policiers qui l'ont plaqué contre le mur et lui ont passé les menottes lorsqu'il s'est hissé jusqu'au toit de l'immeuble.

Un porte-parole de la police a confirmé à l'AFP qu'Alain Robert avait été arrêté en haut de la tour et se trouvait toujours en garde-à-vue plus de deux heures après.

Interrogé par un journaliste du New York Times devant l'ascenseur de service alors que la police l'emmenait, Alain Robert a déclaré que l'immeuble était "facile à escalader". "Je suis un grimpeur professionnel. Et en plus il s'agit d'un immeuble écologique, ce qui est fantastique", a-t-il ajouté.

"L'homme araignée" a déjà escaladé plus de 70 gratte-ciel à travers le monde, dont le siège de la Banque nationale à Abou Dhabi, devant 100.000 spectateurs, la Tour Eiffel à Paris, ou l'opéra de Sydney en Australie.

Le gratte-ciel de 228 mètres de haut qui héberge les bureaux du New York Times a été inauguré il y a quelques mois. L'immeuble en verre, construit selon des principes architecturaux respectueux de l'environnement et économes en énergie, a été dessiné par l'architecte italien Renzo Piano, auteur notamment dans les années 70 du centre Georges Pompidou à Paris en collaboration avec Richard Rogers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Les confiseurs se mettent à la mode verte   Ven 6 Juin - 23:09

Par Mira OBERMAN AFP - Vendredi 6 juin, 13h00

CHICAGO (AFP) - A une époque où les fabricants de bonbons se bousculent pour attirer l'attention des consommateurs, "la sucrerie dotée d'une conscience" semble être la dernière tendance.

Bloomsberry, fabricant de chocolat néo-zélandais qui vend aux Etats-Unis depuis deux ans des barres chocolatées à l'emballage branché et humoristique, s'est joint à la chaîne de magasins d'alimentation Whole Foods pour développer un "Chocolat pour le Changement Climatique", présenté à la dernière convention annuelle des confiseurs à Chicago.

Des éoliennes et une empreinte sont représentées sur la boîte tandis que sur l'emballage des conseils expliquent comment se mettre au vert.

Bloomsberry incite, dit-il, à "goûter à un mode de vie à faible teneur en carbone" en versant pour chaque barre achetée 55 cents à TerraPass, un organisme qui combat le réchauffement climatique en réduisant l'empreinte carbone des particuliers ou des entreprises.

Avec "les ventes du seul premier trimestre, c'est l'équivalent de 900 voitures par an en moins sur les routes", affirme Kerry Laramie, vice-président responsable des ventes et du marketing pour la division américaine de Bloomsberry.

Ces barres chocolatées, lancées aux Etats-Unis en janvier, ne pouvaient tomber à un meilleur moment. D'après un sondage récent, environ 36% des acheteurs américain affirment consommer "écolo", alors qu'ils n'étaient que 12% en 2006.

Dans un autre registre, Hint Mint, société de confiserie californienne, a commercialisé des boîtes sensibilisant au cancer du sein, mais cette décision était plus personnelle puisque la mère de la directrice du marketing en a été atteinte.

"Ce n'est pas la vente de 5.000 boîtes mais la capacité à donner qui compte", explique Wendy Sims à l'AFP.

"Lorsqu'au milieu d'un groupe, quelqu'un sort une boîte de bonbons, il va forcément en distribuer autour de lui", dit-elle, et "si c'est une boîte Hint Mint, cela me fera penser au fait que j'ai 35 ans et que je n'ai toujours pas eu de mammographie."

Hint Mint, qui se présente comme le "Gucci des menthes rafraîchissantes" et qui n'est distribué que dans les boutiques haut de gamme, a été surpris par le succès de ces boîtes roses désormais vendues lors d'événements de sensibilisation au cancer du sein.

La société Au'some, basée à Hong Kong, attire, elle, les plus petits au moyen de sucreries "interactives" comme des distributeurs de bonbons en forme de manette Nintendo Wii, d'outils ou bien de yo-yo et séduit les plus grands avec des friandises plus saines comme des collations à base de fruits sans graisses ni gluten.

Par ailleurs, pour s'impliquer dans la protection des espèces animales en danger, elle s'est récemment associée avec une ONG, la Société pour la Conservation de la Faune.

"Nous voulons montrer que les sociétés de confiserie se sentent tout autant concernées et transmettent le message: "mangez sainement, bougez", dit Evelyn Chan, directeur adjoint des ventes.

Les ventes de la confiserie et du chocolat ne cessent de grimper depuis des années, atteignant les 29,1 milliards de dollars l'année dernière pour les seuls Etats-Unis.

"Les sucreries et le chocolat sont des péchés mignons, les gens y ont recours pour se sentir mieux", dit Susan Smith, l'une des responsables de l'Association nationale des confiseurs.

"Donc, si les gens n'ont pas les moyens de s'offrir une nouvelle maison ou une nouvelle voiture, il y aura toujours une nouvelle friandise pour les réconforter".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Un film «vert» diffusé à l'échelle planétaire   Ven 6 Juin - 23:18


Yann Arthus-Bertrand et Luc Besson estiment que leur film sur l'état du monde devrait être vu par 100 millions de spectateurs. Crédits photo : ASSOCIATED PRESS
Le photographe Yann Arthus-Bertrand et le producteur Luc Besson annoncent la sortie mondiale, le 5 juin 2009, de «Home», une superproduction écologique multidiffusée à la télé, au cinéma, sur Internet, en DVD… et diffusée gratuitement dans tous les pays.


Le projet paraît d'une telle ampleur qu'ils s'y sont pris un an à l'avance. Hier, à Paris, Yann Arthus-Bertrand et Luc Besson ont annoncé la sortie « dans un an pile » du film Home, à l'occasion de la Journée mondiale de l'environnement.

T-shirt noir griffé d'un dragon vert, la main droite bandée, le producteur d'Europa Corps avait l'air parfaitement décontracté aux côtés de Yann Arthus-Bertrand. Avant d'en dire un peu plus, les deux compères ont convié les journalistes à assister à une petite avant-première de trois minutes « situant un peu mieux le projet ».

Une fois la salle rallumée, les images présentées lors de cet extrait coupent le souffle tant elles sont belles et parfois terrifiantes, comme celles sur la décharge de Dakar au Sénégal, qui font irrésistiblement penser au film Soleil vert de Richard Fleisher (1974).

« Home parle de l'état du monde, reprend Yann Arthus-Bertrand. Cela fait plusieurs années que j'y pense. Outre le film d'Al Gore, Une vérité qui dérange, que j'adore et qui traite du réchauffement climatique, l'origine de ce film remonte à l'exposition de mes photos sur les grilles du jardin du Luxembourg. Ces clichés vus du ciel circulent dans le monde et ont d'ailleurs été exposés gratuitement à Bangkok pour la 125e fois. Mon rêve est de pouvoir montrer ce film gratuitement dans le monde entier, le même jour et sur tous les supports possibles, cinéma, télévision, DVD, Internet ! C'est pour cela que je suis allé voir Luc Besson. »

Sourire aux lèvres, le réalisateur du Grand Bleu raconte comment il a reçu Yann Arthus-Bertrand dans son bureau il y a deux ans et comment il a accepté de se lancer avec lui dans l'aventure, « en cinq minutes ! » Le tournage de Home a donc débuté, en mars dernier, sur l'île de Pâques et s'achèvera bientôt en Corée du Nord. Yann Arthus-Bertrand et son équipe de tournage sont en train de filmer plus de cinquante pays, en ballon, en hélicoptère, en avion ou du haut de tours immenses. L'académicien Erik Orsenna et Lester Brown, fondateur de l'écologie politique mondiale et auteur du Plan B, travaillent actuellement sur le script de ce film géant, dont les rushs atteignent pour l'instant près de 350 heures.

« On n'a plus le temps d'être pessimiste »


Concrètement, le film coûtera entre dix et quinze millions d'euros. D'où la présence d'un généreux mécène, le groupe PPR (l'un des leaders mondiaux du luxe, avec entre autres marques Gucci, Yves Saint Laurent, Balenciaga et Puma) qui investit d'ores et déjà dix millions d'euros. Besson et Arthus-Bertrand estiment que leur film sera vu par 100 millions de spectateurs à travers le monde.

Besson ajoute : « Nous allons également mettre en place des compteurs qui comptabiliseront les spectateurs en 24 heures, histoire de montrer aux dirigeants de la planète le nombre de personnes qui seront sensibilisées au film et à la cause écologique. » Comme une espèce de Téléthon mondial pour sauver la Terre ? « On n'a plus le temps d'être pessimiste, martèle Yann Arthus-Bertrand. C'est la série « Vu du ciel » diffusée sur France 2 et vendue dans 34 pays qui m'a convaincu de me lancer dans ce projet cinématographique pharaonique. Je voudrais que chaque pays accapare le film. Comme il n'y a pas de droits, c'est facile. »

Ce film, lancé comme un élan de générosité, mesure l'impact de l'homme sur la terre. « Je suis très fier de faire ce film, très content, s'enthousiasme Yann Arthus-Bertrand. Mais comme j'ai quelque chose d'important sur les épaules, ça m'empêche de dormir la nuit. » Et Besson de conclure : « Moi au contraire, comme je sais que ça va être formidable, je dors très bien ! »

Source : Le Figaro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: L'absence des Anglais à l'Euro 2008 bonne pour l'environnement   Sam 7 Juin - 17:38

Reuters - Vendredi 6 juin, 18h04

LONDRES (Reuters) - L'absence de l'Angleterre à l'Euro 2008 est une bonne nouvelle pour l'environnement, selon une étude du groupe énergétique allemand E.ON.

"Grâce à la non-qualification de l'Angleterre pour l'Euro 2008, il y a potentiellement 70 millions de télévisions qui resteront éteintes au coup d'envoi des matches", a déclaré l'entreprise énergétique dans un communiqué.

Cela pourrait créer une économie de 1.336 tonnes de dioxyde de carbone, l'équivalent des émissions de trente bus à impériale, selon E.ON.

L'étude ne prend pas en compte l'économie d'émissions engendrée par le fait que les supporters anglais ne voyageront pas en Autriche et en Suisse pour le tournoi.

Michael Szabo, version française Diane Falconer



Normal nous on soutient nos joueurs!!! england
Bon ok je file me cacher!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
belle onyx
Complètement déjantée mwa?!?
Complètement déjantée mwa?!?
avatar

Nombre de messages : 1816
Age : 68
Localisation : cote d'azur
Humeur : ONYX mon ange tu nous manque !!!!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Actu. environnement   Sam 7 Juin - 17:59

Nounouch a écrit:
Reuters - Vendredi 6 juin, 18h04

LONDRES (Reuters) - L'absence de l'Angleterre à l'Euro 2008 est une bonne nouvelle pour l'environnement, selon une étude du groupe énergétique allemand E.ON.

"Grâce à la non-qualification de l'Angleterre pour l'Euro 2008, il y a potentiellement 70 millions de télévisions qui resteront éteintes au coup d'envoi des matches", a déclaré l'entreprise énergétique dans un communiqué.

Cela pourrait créer une économie de 1.336 tonnes de dioxyde de carbone, l'équivalent des émissions de trente bus à impériale, selon E.ON.

L'étude ne prend pas en compte l'économie d'émissions engendrée par le fait que les supporters anglais ne voyageront pas en Autriche et en Suisse pour le tournoi.

Michael Szabo, version française Diane Falconer



Normal nous on soutient nos joueurs!!! england
Bon ok je file me cacher!
il aurais deja fallu etre qualifier niiiiion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: La Grande-Bretagne prépare une machine à laver écolo   Lun 9 Juin - 23:31

Reuters - Lundi 9 juin, 12h23

LONDRES (Reuters) - Une machine à laver utilisant juste un verre d'eau par cycle de nettoyage pourrait être mise en vente en Grande-Bretagne l'an prochain, afin de répondre aux préoccupations environnementales.


Selon la société Xeros, qui a été chargée par l'Université de Leeds de commercialiser cette technologie, les nouvelles machines devraient utiliser moins de 2% de l'eau et de l'énergie que requièrent les machines à laver traditionnelles.

Des composants en plastique seront utilisés pour enlever la saleté et les taches, laissant ainsi les vêtements secs, ce qui évitera d'avoir à les sécher par la suite et de consommer inutilement du courant, explique Xeros dans un communiqué.

La firme britannique, qui a obtenu récemment un investissement d'environ 500.000 livres (625.000 euros) de la société IP Group Plc, a indiqué à Reuters que le prix des nouveaux appareils "ne devrait pas être très différent de celui des machines à laver traditionnelles".

L'usage des machines à laver a grimpé de 23% au cours des 15 dernières années en Grande-Bretagne. Un ménage britannique utilise en moyenne 21 litres d'eau par cycle de lavage, soit 13% de la consommation journalière d'eau d'un foyer, selon l'ONG Waterwise, qui milite pour la baisse du gaspillage d'eau dans le pays.

Une machine à laver traditionnelle utilise environ 35 kg d'eau pour chaque kilo de vêtements, sans compter la consommation électrique nécessaire pour chauffer l'eau et sécher les vêtements.

Selon Xeros, plus de deux millions de machines à laver sont vendues par an en Grande Bretagne.

Rania El Gamal, version française Claude Chendjou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Actu. environnement   Mar 10 Juin - 13:10

Par quel moyen insolite Air France lutte-t-elle contre le gaspillage de kérosène?

Ce n'est pas la seule mesure mise en place par la compagnie aérienne. Mais quand même... c'est assez surprenant.

“ Comme la plupart d'entre vous l'avaient entendu, il s'agit du remplacement des gobelets par d'autres moins lourds... Régime sec pour les verres en plastique: -3,5g.

Mais ce n'est pas tout, Air France est partie à la chasse au gaspillage de kérosène en mettant en place de nombreuses autres mesures (un peu moins insolites):
-remplacement des vieux appareils par de nouveaux modèles plus économes
- des sièges moins lourds pour 650kg de moins par avion
- remplacement des 45kg de doc papier pour les pilotes par un ordinateur portable de 2kg
- coupure de plusieurs moteurs une fois posé sur le tarmac, les avions n'ayant besoin que d'1 ou 2 pour rouler sur la piste.

D'autres projets sont à l'étude comme l'installation de piles à hydrogène ou de panneaux solaires sur les ailes pour l'alimentation en électricité de la cabine.... et l'utilisation d'un bio-carburant à base d'algues.

(Sources: RTL, Le Parisien - Aujourd'hui en France)


Choppé sur le site Le Monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Les ministres des Finances du G8 privés de cravate à Osaka   Dim 15 Juin - 9:45

AFP - Samedi 14 juin, 11h54

OSAKA (AFP) - Les ministres des Finances des pays industrialisés du G8 ont tous été privés, lors de leur réunion de vendredi et samedi à Osaka (Japon) d'un attribut essentiel de leur fonction: la cravate.


Le gouvernement japonais, hôte de la réunion, a en effet incité ses convives à respecter la campagne officielle lancée il y a trois ans sous le nom de "cool biz", et qui consiste à se vêtir légèrement au travail pour éviter de faire tourner la climatisation à fond et préserver ainsi l'environnement.

Entre juin et septembre, tous les fonctionnaires et employés du secteur privé de l'archipel sont ainsi priés de tomber la cravate, ce qui permet théoriquement de porter la température des bureaux à 28 degrés sans risquer l'asphyxie. Ministres et grands patrons sont censés donner l'exemple.

Les ministres des Finances des Etats-Unis, du Japon, d'Allemagne, de Grande-Bretagne, d'Italie, du Canada et de Russie, ainsi que les dirigeants de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, ont donc tous posé sur la photo de famille le col ouvert.

Cette mesure n'a pas concerné en revanche la ministre française Christine Lagarde, seule femme de la réunion d'Osaka, parée d'un collier de perles, ni les gardes du corps dont la cravate cache habituellement un micro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Un forage serait à l'origine du volcan de boue indonésien   Dim 15 Juin - 10:04

Solenn Honorine 13/06/2008 Le Figaro


Vue du site de Sidoarjo d'où s'échappe chaque jour l'équivalent de 50 piscines olympiques de boues volcaniques.

Un rapport montre que l'éruption d'une énorme mare de boue, survenue il y a deux ans à Sidoarjo (Indonésie), a été provoquée par la négligence d'une compagnie gazière.

Les scientifiques appellent le volcan «Lusi», acronyme de Lumpur Sidoarjo qui signifie «boue de Sidoarjo». Mais les habitants de la région, eux, le nomment «Lapindo» du nom de l'entreprise d'exploration gazière qu'ils jugent responsables de leurs malheurs. «S'ils n'avaient pas creusé un trou à cet endroit, la boue n'aurait jamais pu en sortir !», accuse Lilik Kaminah, qui, comme 13 000 autres personnes, a tout perdu lorsque la boue a envahi sa maison.

Le géologue britannique Richard Davies, l'un des auteurs d'une étude destinée à identifier l'origine de la catastrophe, se dit lui aussi «sûr à 99 %» de la responsabilité de l'entreprise. D'après lui, les techniciens de Lapindo ont, quelques heures avant l'éruption, perdu le contrôle du puits d'exploration de Banjar Panji, situé à 150 mètres de l'actuel cratère, lorsqu'une masse importante de matériaux est remontée brutalement à la surface. C'est un phénomène courant lors de forages (appelé «kick»), qui doit pouvoir être contenu si l'on réagit à temps. Or, cela n'a pas été le cas, d'après le scientifique.

Lapindo se défend en répondant que la naissance de Lusi n'est qu'un phénomène naturel. Il existe, en effet, d'autres volcans de boue dans le monde, de la Chine à l'Azerbaïdjan. Dans la seule région de Sidoarjo, on en recense une dizaine. Mais ceux-ci ne forment que de petites mares de quelques mètres de diamètre qui crachotent un liquide noirâtre. Rien à voir avec Lusi qui, en deux ans d'activité, a donné naissance à un lac de boue de 640 hectares soit trois fois la surface de Monaco qui ne cesse de s'étendre puisque le volcan crache l'équivalent de 50 piscines olympiques de boue par jour !

C'est la réactivation naturelle d'une faille géologique


«Au début, je vous avoue que moi aussi je pensais que nous avions fait une erreur», reconnaît Bambang Istadi, ingénieur de Lapindo qui était en charge des opérations ce jour-là. Il y a bien eu un kick quelques heures avant l'éruption, poursuit-il, «mais nous sommes désormais certains que nous n'y sommes pour rien». Pour lui, l'éruption est due à la réactivation naturelle d'une faille géologique qui traverse l'île de Java et qui aurait provoqué, deux jours plus tôt, un fort tremblement de terre à 450 kilomètres de là. «Les conditions naturelles étaient réunies pour que naisse ici un nouveau volcan de boue, reconnaît Richard Davies. Mais sans les erreurs de Lapindo, il aurait très bien pu naître ailleurs, ou bien n'entrer en éruption que dans plusieurs années».

Le débat scientifique est celui de l'œuf et de la poule : l'équipe de Richard Davies estime, au contraire de Lapindo, que c'est la naissance de Lusi qui a réveillé l'activité de la faille.

«Pour la première fois de ma carrière, je suis plus motivé par la frustration que par la curiosité scientifique, explique Davies. Les données sont simples, on n'est pas en train de rechercher des traces de vie sur Mars ! C'est incompréhensible que cela fasse toujours débat.»

En Indonésie, la question n'est pas seulement scientifique. Lapindo appartient en effet à la famille Bakrie, la plus riche du pays, qui compte à sa tête un ministre en exercice, membre clé du plus important parti politique. Une enquête judiciaire est toujours en cours pour déterminer la responsabilité de l'entreprise dans la catastrophe, qui a coûté, à ce jour, 545 millions d'euros.

Mais, l'addition pourrait encore s'alourdir. «Même si c'est l'homme qui a déclenché la naissance du volcan, aujourd'hui c'est devenu un phénomène entièrement naturel, et l'on ne peut pas prédire quelle forme il prendra dans le futur», poursuit Richard Davies. À quelques kilomètres de Lusi, un autre petit volcan de boue est toujours actif depuis au moins 500 ans. Il est donc possible que Lusi n'en soit encore qu'au stade de l'enfance…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 40
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Charbon: dans les Appalaches, les montagnes sont décapitées à l'explosif   Ven 20 Juin - 12:11

Par Caroline GROUSSAIN et Virginie MONTET AFP - Jeudi 19 juin, 16h17

KAYFORD (AFP) - En Virginie-Occidentale, l'exploitation du charbon se fait dans des mines à ciel ouvert qui décapitent les montagnes des Appalaches à coups d'explosifs, affectant l'eau potable et l'air alors que l'industrie minimise les conséquences.


La technique de "décapitation des montagnes" (Mountain-top-removal mining), qui a cours depuis les années 80, consiste à faire exploser les sommets de cette ancienne chaîne de montagnes de l'est du pays pour en récolter le charbon.

"Ils mettent le profit avant tout, avant les emplois, avant la santé des habitants", affirme Larry Gibson, un militant anti-mines à ciel ouvert, dont le terrain sur la montagne de Kayford, près de Charleston, tombe à pic sur la vaste mine du même nom: une falaise vertigineuse qui laisse voir dans un nuage de poussière jaune un cratère de plus de 300 hectares. S'y activent de rares camions et engins de chantier pour décrocher des parois de houille.

"Ils effectuent jusqu'à dix explosions par jour et remplissent les vallées des remblais de débris de roches et de restes d'explosifs", précise M. Gibson, qui s'oppose à la méthode depuis 23 ans.

Il est difficile de connaître la surface totale excavée dans les Appalaches. S'appuyant sur les photos satellites de Google, les milieux associatifs dénombrent 470 monts décapités. "Les monts sont comme les cellules du cerveau, je ne sais pas combien il y en a!", rétorque le porte-parole de l'industrie du charbon de Virginie-Occidentale, la West Virginia Coal Association (WVCA).

"Une bande d'activistes est tout bonnement contre la méthode de +décapitation des montagnes+ alors que nous produisons beaucoup d'énergie pour le monde entier", affirme Chris Hamilton qui représente cet Etat de l'est du pays, 2e producteur américain et 1er exportateur avec 165 millions de tonnes en 2007. "Bien sûr, il y a de rares exemples où une mine et une communauté sont un peu trop près l'une de l'autre", admet-il.

"La décapitation des montagnes dévaste à la fois l'économie et l'environnement. Quelque 3.200 km de ruisseaux ont été détruits pour toujours, remplis de déchets miniers", dénonce Joe Lovett, de l'organisation environnementale Appalachian Center for the Economy and the Environment.

Maria Gunnoe, 39 ans, habite au flanc d'une montagne creusée sur le flanc opposé par une immense mine, "Jupiter", visible seulement d'avion.

En 2003, son habitation a été submergée par des coulées de boue, sa grange à demi-emportée, la source dont elle tire son eau potable - comme beaucoup d'habitations rurales de la région -, est désormais, selon elle, contaminée au sélénium. Depuis cinq ans, elle attend un jugement et a dû dresser une barrière autour de son jardin après des menaces.

L'industrie rétorque que le sélénium est déjà présent dans les roches. Toutefois, dans un cas similaire, une récente décision de justice a condamné la compagnie Magnum Coal à cesser de décharger des niveaux toxiques de sélénium dans les sources.

"Ils tuent la culture des gens de la montagne", estime Maria, descendante de Cherokee.

Dans la bourgade de Sylvester, Pauline Canterberry, 78 ans, est appelée "mamie poussière". Avec une voisine, elle est partie en guerre contre la poussière de charbon dégagée par l'usine de houille toute proche de la firme Massey, numéro un régional. Après une bataille devant la justice, elle a obtenu la pose d'un dôme sur le tas de houille. "C'est déjà ça, mais c'est pas assez", lance cette petite femme déterminée qui collectionne la poussière dans des bocaux étiquetés.

"Il faut tellement de temps pour que les choses bougent. Je me bats pour que mes petits-enfants plus tard n'aient pas peur d'ouvrir leur bouche", conclut-elle en essuyant une couche de poussière de charbon sur son porche.

ça c' est pour le mari qui en bon Ch'Ti travaille dans le charbon ! potos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 40
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Crispation au CNRS avec l'annulation du CA et une réorganisation différée   Ven 20 Juin - 12:14

Par Guy CLAVEL AFP - Jeudi 19 juin, 16h46

PARIS (AFP) - Le conseil d'administration du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), qui devait avaliser jeudi la réforme de l'organisme, a été reporté sine die face à une occupation des lieux par des chercheurs qui refusent un plan de réorganisation qualifié de "démantèlement".

"C'est une grande victoire. Avec le refus du démantèlement, on peut faire reculer le gouvernement", s'est exclamé un syndicaliste devant plus d'un millier de scientifiques rassemblés dans une cour du siège du CNRS.

L'occupation de la salle du CA par une trentaine de manifestants a en effet empêché la tenue de celui-ci, et donc le vote du "Plan stratégique" qui devait lui être proposé, prévoyant une réorganisation de l'organisme en instituts.

C'est la seconde fois dans l'histoire du CNRS qu'un CA est annulé. La précédente annulation date de 1940, en raison de l'occupation allemande.

Une délégation des syndicats et du mouvement "Sauvons la Recherche" (SLR) a été reçue, en présence de membres du CA, par la présidente du CNRS, Catherine Bréchignac. "Avant tout nouveau CA", a déclaré à sa sortie le fondateur de SLR, Alain Trautmann, "il faudra une nouvelle négociation au niveau du ministère".

Mme Bréchignac a annoncé de son côté à la presse qu'un nouveau CA se tiendrait dans les 20 jours, avec le même ordre du jour, conformément à son règlement intérieur. "Ca bougera avant l'été", a-t-elle affirmé, assurant qu'un texte serait adopté dans les semaines à venir. "Pas nécessairement celui-là", a-t-elle ajouté, se déclarant ouverte aux discussions.

"Il y a toujours un plan B dans la concertation, (...) nous bougerons dans la concertation", a insisté Mme Bréchignac, martelant que pour elle, "le CNRS est un et indivisible".

Baptisé "Horizon 2020", ce plan fixe la réorganisation du CNRS en instituts --mathématiques, physique, chimie, écologie et biodiversité... --, gestionnaires de laboratoires et opérateurs de moyens.

Les représentants syndicaux ont affirmé à la foule que "si le démantèlement restait à l'ordre du jour (du prochain CA), nous nous y opposerions à nouveau". Ils dénonçaient sur des banderoles une "casse" de l'organisme, un "saucissonnage de la recherche", "la mort du CNRS". Les manifestants se sont rendus en fin de matinée devant le ministère de la Recherche.

D'autres protestations avaient lieu au même moment, selon les syndicats, dans les délégations régionales du CNRS de Bordeaux, Nantes, Montpellier ou Lille. Entre 150 et 250 chercheurs, selon la police ou les organisateurs, ont organisé un pique-nique place du Capitole à Toulouse, et à Rennes environ 200 chercheurs ont manifesté.

L'annulation du CA du CNRS intervient alors que la communauté scientifique s'est élevée ces derniers mois contre la réorganisation en instituts, comme cela s'est fait récemment pour l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Ce Plan stratégique a ainsi été rejeté aussi bien par les syndicats et le mouvement "Sauvons la Recherche" (SLR), que par le Conseil scientifique du CNRS, quelque 200 directeurs de laboratoires et responsables d'instances scientifiques, et plus de 200 médaillés du CNRS.

Mme Bréchignac, qui porte cette réforme pour que "le CNRS soit plus adapté à une recherche moderne (...), plus en adéquation avec la recherche au niveau international", s'est déclarée jeudi confiante sur la prochaine "concertation" avec les organisations de scientifiques: "Il y a des avancées l'un vers l'autre", a-t-elle dit.


Egalement pour le mari potos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 40
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Le bonus-malus automobile coûte plus cher que prévu mais sera reconduit   Ven 20 Juin - 12:15

Par Isabelle TOURNE et Anne CHAON AFP - Jeudi 19 juin, 18h51

PARIS (AFP) - Victime de son succès, le système de "bonus-malus" écologique automobile coûte plus cher que prévu à l'Etat mais le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo défend le dispositif et se montre confiant sur sa reconduite l'an prochain.

Son collègue du Budget Eric Woerth a convenu jeudi que la première mesure concrète du Grenelle de l'environnement allait amputer les finances publiques d'environ 200 millions d'euros cette année.

"Ca reste une prévision, mais c'est à peu près la tendance", a-t-il indiqué sur Radio Classique, confirmant une information du journal Les Echos.

Depuis début 2008, les ventes de véhicules les plus gourmands ont en effet baissé de 40%, tandis que celles de modèles sobres ont augmenté de 45%, selon les chiffres du ministère de l'Ecologie.

Le dispositif du "bonus-malus" devait initialement être neutre pour les finances publiques, les taxes versées par les acheteurs des voitures émettant plus de CO2 devant financer les aides perçues par les acquéreurs des véhicules moins polluants.

"Le fait que ça coûte, ça veut dire que c'est un succès" s'est félicité Eric Woerth. Mais si pour l'environnement, c'est une "bonne nouvelle", pour les finances publiques, ce n'en est pas forcément une, a-t-il reconnu.

Pour autant, M. Woerth a jugé que le système du "bonus-malus" était "politiquement plus vendable et plus pédagogique" qu'un simple malus, qui pénaliserait les voitures polluantes sans récompenser les écologiques.

Le système actuel "est un bon système, mais il faut bien régler le curseur de ce type de fiscalité", a-t-il jugé.

Pour sa part, Jean-Louis Borloo assure n'avoir "aucune inquiétude particulière pour l'année prochaine" et la reconduite du dispositif.

"Depuis quand une mesure qui a du succès est menacée ?", a-t-il lancé.

Rappelant que le texte du Grenelle prévoit un malus "annualisé", c'est-à-dire reconduit chaque année, sur "les très très grosses (voitures) consommatrices", il a promis: "On va le faire".

Le dispositif bonus-malus "est un succès spectaculaire, on serait déjà à l'équilibre si on avait décidé l'annualisation tout de suite comme je l'avais demandé", a-t-il affirmé. Dans son entourage, on confie que le projet est encore à l'étude.

Il a aussi souligné que cette "stratégie de très long terme" devait être réévaluée tous les deux ans, avec l'idée de décaler le curseur chaque année ou tous les 2 ans de 5 grammes supplémentaires de CO2. Objectif: conditionner le bonus à l'achat à des voitures toujours plus vertueuses.

Le dispositif actuel prévoit un bonus pour les véhicules neufs émettant moins de 130 grammes de CO2/km, pouvant aller jusqu'à 1.000 euros et un malus pour ceux émettant plus de 160 g CO2/km.

Comme il l'avait annoncé début juin, M. Borloo espère toujours reproduire, avec le même succès que pour les voitures, le système de "bonus-malus" écologique pour une vingtaine de types de produits de grande consommation afin d'encourager la sobriété énergétique.

Eric Woerth avait de son côté insisté sur l'équilibre nécessaire d'un tel système. "Je ne veux pas contrarier Jean-Louis Borloo, en même temps, il faut tenir les finances publiques", a-t-il martelé.

"La révolution culturelle du Grenelle reste à faire au sein même du gouvernement !", a commenté Arnaud Gossement, porte-parole de la fédération France nature environnement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: "Dictature écolo" ou progrès ? L'Allemagne va tester le solaire obligatoire   Ven 20 Juin - 21:33

Par Aurélia END AFP - Vendredi 20 juin, 11h37

BERLIN (AFP) - "Dictature écologique" ou geste courageux pour l'environnement ? Les habitants de Marburg (ouest) seront à l'avenir obligés sous peine d'amende de se doter de panneaux solaires, une expérimentation qui fait débat en Allemagne.


Vendredi, le conseil municipal de cette ville universitaire de quelque 80.000 habitants, dirigée par une coalition sociaux-démocrates/Verts, doit adopter officiellement sa controversée "charte solaire."

Le texte prévoit que toute nouvelle maison construite dans la coquette cité médiévale devra être dotée de panneaux solaires à raison d'un mètre carré de cellules solaires pour 20 mètres carrés de surface, pour le chauffage et l'eau chaude.

Cette obligation concernera aussi les bâtiments déjà construits, mais qui changent de toiture ou de système de chauffage. Le tout aux frais des propriétaires.

"Nous faisons face à une dictature écolo, mais personne n'ose rien dire", s'emporte le politicien d'opposition Hermann Uchtmann.

"Ce n'est pas avec la contrainte qu'on arrive à quoi que ce soit", assure pour sa part l'association de propriétaires immobiliers Haus und Grund.

Soucieux de calmer le jeu, le maire écologiste Franz Kahle a assuré que 5.000 euros suffisaient pour financer une installation de panneaux solaires, selon lui rentable en quinze ans maximum.

Il fait aussi miroiter les économies réalisées alors que le coût du fioul domestique s'envole. Et a ramené à 1.000 euros l'amende prévue pour les contrevenants, initialement fixée à 15.000 euros.

Le magazine Der Spiegel souligne quant à lui que le maire, étant locataire, sera l'un des gagnants de sa propre réforme car il n'aura rien à débourser, mais verra baisser ses frais de chauffage...

Selon Klaus Vajen, professeur à l'université de Kassel, spécialiste de l'énergie solaire, cette charte solaire n'en reste pas moins "parfaitement sensée."

"Inciter ne suffit pas. Il faut parfois forcer la main aux consommateurs pour leur propre bien", assure-t-il.

"Les pouvoirs publics doivent montrer l'exemple. J'espère que beaucoup d'autres villes vont suivre", renchérit Claudia Kemfert, spécialiste des questions d'énergie de l'institut de recherches économiques DIW, interrogée par l'AFP.

La ville de Marburg, avec sa population constituée aux deux tiers d'étudiants et de personnel universitaire, sa dixième place dans le classement des grandes villes allemandes les plus équipées de panneaux solaires et son maire écolo, semble le laboratoire parfait pour une "charte solaire".

Mais ce n'est pas le seul : l'Etat régional du Bade-Wurtemberg, pourtant dirigé par les conservateurs, a déjà choisi la même voie.

Depuis le début de l'année, le Land impose aux maisons neuves de couvrir un cinquième de leurs besoins en chauffage par des énergies renouvelables.

Et à partir de 2010, les habitations déjà construites qui se doteront d'un nouveau chauffage devront couvrir 10% de leur besoin en chaleur par des énergies vertes, ou faire de gros travaux d'isolation.

Ces initiatives locales vont plus loin que les projets de l'Etat fédéral, basés d'abord sur l'aide financière aux propriétaires volontaires, au grand regret des associations écologistes.

L'Allemagne vient de se doter d'un arsenal législatif en matière de lutte contre le réchauffement climatique, qui impose entre autres un seuil de 14% minimum de la part des énergies renouvelables dans le chauffage des maisons construites après le 31 décembre 2008. Mais rien de tel n'est prévu pour les bâtiments anciens, qui sont presque toujours les plus gourmands en énergie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: 6400 kilomètres à parcourir sur un bateau en carton   Mer 25 Juin - 0:06

Par Zigonet Zigonet.com - Mardi 24 juin, 12h15

Angleterre - Après avoir escaladé sept des plus hauts sommets du monde, un jeune homme de 22 ans veut naviguer sur le Mississippi à bord d’un bateau partiellement construit en briques de jus de fruits.

Le week-end prochain, Rhys Jones et son père entameront un périple de plus de 6400 kilomètres. Leur défi : parcourir le Mississippi à bord d'une embarcation de quatre mètres composée d'une cabine en bois et d'une coque faite de briques de jus de fruits.

Il souhaite recycler son navire à la fin du périple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: L'industrie du recyclage des déchets se porte bien en France   Mer 25 Juin - 23:21

AFP - Mercredi 25 juin, 18h20

STRASBOURG (AFP) - L'industrie du recyclage des déchets se porte bien en France, avec 36 millions de tonnes de matières premières produites en 2007 à partir de déchets, soit une hausse de 13% par rapport à 2006, a annoncé mercredi la Fédération des entreprises du recyclage (Federec).


Au total, les 2.450 entreprises françaises de recyclage ont collecté en 2007 42,3 millions de tonnes de déchets (38,9 en 2006), qui ont servi à produire 36 millions de tonnes, contre 31,9 en 2006, a précisé la Federec, qui a réuni plusieurs centaines de professionnels en congrès à Strasbourg.

Textiles, papiers et cartons, palettes et bois, plastiques et métaux non ferreux ont enregistré ces dernières années les croissances les plus importantes des volumes produits.

Ces entreprises dépendent beaucoup des exportations (8,3 millions de tonnes exportées à l'étranger en 2007), notamment vers l'Espagne et le sud-est asiatique, la Chine en particulier, a précisé Claude Platier, directeur de la communication de la Federec.

La hausse des volumes collectés s'explique "notamment par l'évolution de la gestion des déchets dans les entreprises", l'essentiel des déchets recyclables provenant de grandes entreprises de l'industrie et du commerce, a-t-il ajouté.

D'importants gisements sont encore insuffisamment inexploités par les entreprises du recyclage, en particulier celui des PME-PMI et des déchets ménagers, en raison du coût très important de la collecte par rapport aux volumes qu'ils représentent, a-t-il précisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Climat: le pôle Nord sans glace cet été, désormais une possibilité   Sam 28 Juin - 13:10

Par Jean-Louis SANTINI AFP - il y a 16 minutes

WASHINGTON (AFP) - Le pôle Nord pourrait momentanément être libéré des glaces cet été, un fait sans précédent dans les temps modernes qui marquerait une nouvelle étape dans le recul de la banquise arctique depuis dix ans sous l'effet du réchauffement climatique, selon un glaciologue américain.

"Il est très possible qu'il n'y ait plus de glace au pôle Nord à la fin de cet été, ce qui s'explique par le fait que le pôle est désormais recouvert d'une fine couche de glace", a expliqué à l'AFP Mark Serreze, un scientifique du Centre national américain de la neige et de la glace (National Snow and Ice Data Center) à Boulder (Colorado, ouest).

Evaluant cette possibilité à 50%, ce scientifique a jugé "concevable qu'à la mi-septembre des voiliers puissent naviguer d'Alaska au pôle Nord".

La fonte des glaces au pôle Nord "s'est déjà produite dans l'histoire de la Terre mais certainement pas dans les temps modernes", a-t-il ajouté.

"Ce que nous avons observé ces dix dernières années est une vaste réduction des glaces arctiques, notamment ces trois dernières années, et cette tendance de long terme fera qu'il pourrait ne plus y avoir de glace l'été dans l'océan Arctique d'ici 2030 ou autour de cette date", a poursuivi le glaciologue. Il y a quelques années, ce scénario était anticipé entre 2050 et 2100, a-t-il rappelé.

Durant l'été 2007, la fonte des glaces arctiques avait permis d'ouvrir plus longuement le passage du Nord-Ouest, une route maritime qui relie l'Atlantique au Pacifique en passant entre les îles arctiques du grand nord canadien.

"D'un point de vue scientifique, le pôle Nord est un point comme un autre sur le globe, mais le fait que la glace puisse y fondre totalement (même brièvement) a un sens symbolique fort dans l'imagination populaire", a relevé Mark Serreze.

"Il est difficile d'imaginer le pôle Nord sans glace et n'oubliez pas que le Père Noël y habite", a-t-il plaisanté.

Mais ce phénomène est "juste un autre indicateur de la disparition de la banquise arctique".

"Je suis néanmoins surpris" que cela puisse se produire aussi vite."Il y a seulement cinq ans je ne l'aurais même pas imaginé", a encore dit ce scientifique.

Durant l'été arctique 2007, la superficie de la banquise à la mi-septembre, au plus fort de la fonte, a été la plus faible jamais mesurée par les satellites et probablement depuis un siècle, a rappelé Mark Serreze.

L'été dernier, la banquise a fondu de 23%, faisant voler en éclat le précédent record enregistré en 2005.

Pour cette année, "nous anticipons au moins une perte équivalente à l'été 2007 voire davantage, ceci dépendra de la météo et nous ne savons pas encore", a noté le chercheur.

La saison de fonte dans l'Arctique commence à la mi-juin. La glace atteint son minimum à la mi-septembre et son maximum en hiver à la mi-mars.

Réduire les émissions de gaz à effet de serre devrait légèrement ralentir ce phénomène mais l'inverser prendra très longtemps, a jugé ce scientifique.

Mais la fonte des glaces arctiques a aussi de bons côtés. Les navires pourront de façon régulière emprunter le passage du Nord-Ouest, évitant ainsi les long détours par le canal de Panama ou le Cap Horn.

De plus, les fonds de l'océan Arctique sont riches en pétrole et sans glace ces gisements seront plus aisément accessibles, soulignent des experts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Bienvenue chez les « Ch'trieurs », champions de France du tri sélectif   Mer 2 Juil - 21:06

mercredi 02.07.2008, 05:01 www.lavoixeco.com

Soixante-neuf kilos par habitant. Tel est le poids des déchets d'emballages ménagers que nous trions chaque année dans la région. Un record quand on sait que la moyenne française est de 42 kilos. Depuis quinze ans, Éco-Emballages milite pour que cette collecte sélective devienne un geste quotidien.



Aujourd'hui, six emballages sur dix sont recyclés. PHOTO ARCHIVES BRUNO FAVA

Cela fait quinze ans que le fameux « point vert » est apparu sur nos bouteilles en plastique, nos canettes en aluminium ou nos cartons d'emballage. Quinze ans qu'Éco-Emballages, l'entreprise créée par décret en 1992, a mis en place la collecte sélective en France, avec un point de départ dans notre région.

Mais attention, contrairement aux idées reçues, le « point vert » ne veut pas dire que l'emballage est recyclable. Apposé sur 95 % des produits à destination des ménages, il signifie que l'industriel verse une contribution financière pour le recyclage des emballages. En moyenne, une somme de 0,6 centime collectée par emballage, qui a permis de reverser l'an passé 411 millions d'euros aux collectivités locales ayant déployé la collecte sélective sur leur territoire.

« Aujourd'hui, six emballages sur dix sont recyclés, explique Antoine Jeanneret, responsable région Nord d'Éco-Emballages. En 2007, ce sont 478 000 tonnes de papier-carton qui ont été recyclées, l'équivalent de 8 millions d'arbres. En outre, 218 000 tonnes de plastique ont été triées permettant d'économiser 33 000 tonnes de pétrole brut et d'éviter la production de 1,83 million de tonnes de CO2. » Dans notre région, pionnière en la matière, ce sont 60 collectivités qui organisent la collecte sélective sur leur territoire. Avec des bonheurs divers, notamment dans les villes, quand on connaît les difficultés à utiliser plusieurs poubelles.

Néanmoins, ce sont 276 000 tonnes d'emballages ménagers qui ont été recyclés l'an passé en région, un record de France par rapport au nombre d'habitants.

« Mais nous constatons des signes d'essoufflement, reconnaît Antoine Jeanneret. Nous devons pérenniser le geste de tri par une communication de proximité. » D'où l'embauche de 80 « ambassadeurs du tri » pour porter la bonne parole du recyclage, la mise en place de « l'éco-parlement des enfants » à Dunkerque et Valenciennes, le lancement d'une vaste opération de tri sur le Main Square Festival (lire ci-dessous), etc.

« Notre objectif est de passer à un taux de recyclage de 75 % (contre 61 % aujourd'hui) et de diminuer la production d'ordures ménagères de 5 kilos par habitant et par an. » À vos poubelles ! •

JEAN-MARC PETIT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Recyclons les idées reçues !   Mer 2 Juil - 21:09

En matière de recyclage, les idées reçues ont parfois la vie dure. Éco-Emballages a publié un amusant petit guide, illustré par quelques grands noms de la bande dessinée.

> Il faut enlever les bouchons des flacons en plastique avant de les trier : FAUX.
En laissant les bouchons, ça évite de salir les bacs, et tout est recyclé.

> Le « point vert » signifie que l'emballage est recyclable : FAUX.
Cela signifie que les 47 000 entreprises qui mettent ces produits sur le marché participent financièrement à la collecte sélective des emballages.

> Les bouteilles en plastique sont toutes recyclables : FAUX.
Les bouteilles avec de l'huile moteur ou des produits toxiques doivent être apportées à la déchetterie.

> On peut trier tout ce qui est en verre dans le bac à verre : FAUX.
Dans le bac à verre on trie tous les emballages, par exemple flacons, bocaux et bouteilles. Mais on ne met pas les objets.

> Trier ne sert à rien pour l'environnement : FAUX.
Trier permet d'économiser les ressources naturelles en limitant la consommation de matières premières. Et cela permet d'économiser de l'énergie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Les Russes découvrent tardivement l'écologie   Lun 21 Juil - 8:54

LE MONDE | 19.07.08 | 13h54

Les écologistes russes ont savouré la visite de Vladimir Poutine à Sochi, le 3 juillet. Ce jour-là, devant les caméras, le premier ministre a sèchement rappelé à l'ordre le chef d'Olimpstroï, l'organisation chargée de réaliser les projets olympiques pour les Jeux d'hiver de 2014. M. Poutine faisait mine de découvrir que plusieurs sites - dont la piste de bobsleigh - avaient été prévus en montagne dans une zone écologique protégée. Le Comité international olympique (CIO) et de nombreuses organisations s'en étaient émues ; le premier ministre a donc décidé de déplacer les installations contestées, malgré les frais supplémentaires occasionnés.

"Il n'avait pas le choix : c'était ça ou renoncer aux Jeux, assure Mikhaïl Kreindline, de Greenpeace Russie. Cette colère était de la communication pure, même s'il y a de quoi s'énerver contre les gens d'Olimpstroï. Cela fait un an qu'ils disent que nos réserves n'ont pas lieu d'être..." Alors, simple geste tactique de Vladimir Poutine pour éviter de nouvelles critiques au sujet de ces Jeux contestés ? Pas seulement.

Depuis quelques mois, le pouvoir russe s'efforce de donner des gages de bonne volonté sur la question écologique, après des années de mépris absolu. La qualité de vie des citoyens - à commencer par l'air qu'ils respirent et l'eau qu'ils boivent - n'a jamais eu droit à l'attention des gouvernants, soviétiques puis russes, trop accaparés par la croissance industrielle. Les Russes eux-mêmes n'ont guère de réflexes de protection de l'environnement, que ce soit pour le traitement des déchets, les modes de transport ou le chauffage (installations centralisées et souvent sans régulation).

Le 3 juin, le président Dmitri Medvedev a prononcé un discours sans précédent sur la question environnementale, appelant de ses voeux une nouvelle "efficience" de l'économie russe. "Pensez-y juste un instant : notre pays se trouve à la première place mondiale pour les gaspillages énergétiques. C'est un bilan déplorable. En ce qui concerne le niveau d'efficience énergétique, la majorité de nos industries sont entre dix et vingt fois moins efficaces que doit l'être l'industrie moderne", a dit le président, dénonçant l'existence de "technologies arriérées". Il a fixé comme objectif une réduction de 40 % de la quantité d'énergie utilisée en Russie d'ici à 2020.

Pour passer des paroles aux actes, le chemin risque d'être long et les obstacles nombreux, tant l'économie russe dépend aujourd'hui du gaz et du pétrole et n'envisage pas d'autres horizons. En septembre, la Douma (Chambre basse du Parlement) examinera un projet de loi sur l'écologie, fixant de nouveaux standards pour l'eau, l'air et le sol. Le pouvoir russe veut aussi favoriser les investissements dans les énergies alternatives et les équipements verts.

Lors de son discours du 3 juin, Dmitri Medvedev a révélé que, dans son pays, un million de personnes "sont forcées de vivre dans des zones avec des niveaux dangereux de pollution". "D'après nos chiffres, ce n'est pas un, mais trois millions de personnes", assure Mikhaïl Kreindline, de Greenpeace.

SIGNAUX D'ALERTE INQUIÉTANTS

La télévision russe a immédiatement emboîté le pas au président. Le 8 juin, la première chaîne a ainsi diffusé un long reportage sur les problèmes écologiques dans le pays. Le journaliste y évoquait les conditions de vie dangereuses de 10 000 personnes résidant près d'une usine métallurgique à Tcheliabinsk, ou encore le cas tristement célèbre de Djerjinsk. Dans cet ancien centre industriel secret de l'armée furent fabriquées et stockées de grandes quantités de produits chimiques, qui ont causé d'irréparables dommages aux sols et aux nappes phréatiques. Outre les émanations des usines, la plus importante décharge de la région y fonctionne jour et nuit, à ciel ouvert, sans aucun traitement ni autorisation. On dit que l'espérance de vie n'y dépasse pas 45 ans.

Les exemples peuvent être multipliés à l'envi. Lors d'une réunion au Kremlin, Nikolaï Malakhov, le maire de Tchapaïevsk, dans la région de la Volga, a ainsi proposé, en avril, l'évacuation et la fermeture de sa ville, a rapporté la presse russe. Fondée en 1927 autour d'une autre usine secrète qui fabriquait des produits toxiques, Tchapaïevsk (autrefois Trotsk) a abrité quatre fabriques militaires, fermées dans les années 1990. La pollution y atteint de telles proportions que l'élu n'a rien trouvé d'autre que cette solution radicale.

Ces derniers mois, les chercheurs russes ont aussi émis des signaux d'alerte inquiétants sur les conséquences du réchauffement climatique. Selon l'organisation WWF, la demande d'eau en Asie centrale pourrait dépasser les réserves en 2010.

Un problème alimentaire grave pourrait aussi se poser dans les années à venir, dans le sud de la Russie, ont estimé WWF et l'organisation Oxfam dans une étude publiée le 9 juillet. Selon elle, la récolte de blé pourrait tomber de 11 % d'ici à 2015 en raison d'une plus grande aridité des sols, en particulier dans les régions de Stavropol et de Krasnodar. Le pays doit aussi se préparer à des vagues de chaleur et de froid, des inondations et des tempêtes en nombre plus important.


Piotr Smolar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Deux rapports alarmants   Lun 21 Juil - 8:55

GAZ À EFFET DE SERRE. A la veille du G8 organisé au Japon, en juillet, l'organisation de défense de l'environnement WWF (World Wide Fund for Nature ou Fonds mondial pour la nature) a rendu public un rapport sur la performance climatique des participants. La Russie y figure parmi les trois pays les plus mal classés, après les Etats-Unis et le Canada, du fait de l'augmentation constante de ses émissions de gaz à effet de serre depuis 1999, alors qu'elles étaient en régression au début des années 1980.

CLIMAT.
Un autre rapport de la même organisation, le 8 juillet, a mis en évidence les risques sanitaires d'un changement climatique. Il souligne la fréquence plus élevée des cas d'encéphalite, de paludisme et de contamination par le virus du Nil occidental dans certaines parties de la Russie. La fonte du permafrost (sol en permanence gelé) en Sibérie détériore déjà les bâtiments et les routes. Il pourrait affecter les infrastructures du secteur de l'énergie et le mode de vie des peuples indigènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actu. environnement   

Revenir en haut Aller en bas
 
Actu. environnement
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Actu people : Barney papa !
» ACTU : Aménagement intérieur de ma serre et, en été, mes plantes dans le jardin.
» Actu : Rolex va sponsoriser Jo-Wilfried Tsonga
» Actu : Richemont déconseille les amours au travail
» Actu : Horlogerie : cadran sur le haut de gamme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doumie :: Le monde vivant :: La nature,faune et flore...-
Sauter vers: