Doumie

Au lieu d'un site, un forum pour partager...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Actus Faune

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Quatre daims massacrés à coups de planche   Jeu 6 Nov - 20:42

A Billom dans le Puy-de-Dôme, c'est la stupéfaction et l'horreur, après la découverte, lundi matin, des cadavres de quatre daims du parc municipal " Le Clos Bijou", littéralement massacrés à coups de planche.

"Deux biches et leurs deux petits ont eu des traumatismes craniens, des hémorragies nasales, oculaires et des oreilles, ce qui prouve que ceux qui ont commis cet acte se sont particulièrement défoulés sur la tête", explique Christian Collin, le vétérinaire qui a constaté les faits lundi matin, et qui s'occupait des animaux depuis trois ans.

"Parmi les mâles, seul le plus vieux a été touché à l'oeil, qui est très endommagé. Il est probable que nous devrons l'énucléer. Mais il s'en sortira."

Les daims sont des animaux vifs, en particulier lorsqu'on approche les petits. Les mâles disposant de bois "assez aigus", seules les femelles et leurs petits, avec le doyen, ont été tués.
D'après le vétérinaire, et cela est confirmé par la gendarmerie en charge de l'enquête, c'est sans doute un groupe de plusieurs individus qui a commis cet acte "particulièrement horrible" : "Ils ont probablement poussés les animaux vers la grange qui leur sert d'abris, pour les empêcher de s'enfuir, et ce sont là qu'on les as tués".

Le petit troupeau de dix daims résidait dans ce parc municipal, situé sur une placette au coeur de la ville. Très populaires auprès des enfants et de la majorité des habitants, ces animaux étaient présents à Billom depuis une quarantaine d'années.

L'acte se serait déroulé dans la nuit de samedi à dimanche, selon la gendarmerie de Vertaison, en charge de l'enquête. Aucune piste sérieuse ne s'est encore dégagée, "mais toutes les hypothèses sont soigneusement examinées", assure le capitaine Bénès. "Nous espérons réellement qu'il y a un débouché et une reprise pénale exemplaire. Car tout le monde a été très choqué, nous y compris".
brisé
E.C / Photo La Montagne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
zezette
Notre Ange Du Faux-Rhum
Notre Ange Du Faux-Rhum
avatar

Nombre de messages : 404
Age : 66
Date d'inscription : 17/05/2008

MessageSujet: Re: Actus Faune   Jeu 6 Nov - 23:31

quel horreur y a vraiment des malades sur terre pinng haché foot evil batling
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Actus Faune   Ven 7 Nov - 9:56

ah oui!ça parait bête mais j'étais triste....encore la barbarie humaine! brisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: «Le "bien-être animal" est un ovni pour un avocat»   Mer 12 Nov - 10:43

Bon allez les blondes activez votre neurone!!!!! ;);)


«Il y a deux questions au cœur de mes recherches. L’une est fondamentale : comment s’articulent les relations entre le droit et les sciences dures ? L’autre est pratique : dans quelles conditions, au terme de quels processus, peut-on encadrer juridiquement des activités scientifiques et techniques ? Un exemple : la sensibilité à la souffrance animale augmentant, toute une réglementation s’est développée pour exiger le respect de conditions d’élevage et de transport des animaux conformes au "bien-être animal". Mais pour un avocat, et même pour un scientifique, ce concept est une sorte d’ovni. Il est nécessaire de le définir de telle sorte qu’il soit à la fois fondé en science et qu’il puisse fonctionner en droit, bref qu’il ait un sens dans un laboratoire, un élevage, et aussi un tribunal. Comment peut s’articuler cette relation entre ces deux rapports au monde, scientifique et juridique ? C’est ce que je tente de comprendre en explorant notamment les documents produits par les comités d’experts, les archives juridiques, et en interrogeant les experts.

Cette articulation entre science et droit est d’autant plus complexe que la recherche opère dans l’espace international. Un autre exemple : j’ai travaillé sur la question de la création, à des fins scientifiques, de chimères. On désigne là des organismes qui ont acquis, à la suite d’une manipulation, des éléments provenant à la fois de l’homme et d’une autre espèce : des souris ayant des cellules humaines, des embryons humains ayant des cellules de souris, de singe, etc. L’encadrement de ces expériences varie énormément d’un Etat à l’autre. Je tente d’en démêler les raisons. On voit que plusieurs questions sont en jeu, notamment le statut de l’embryon humain, la protection et le statut juridique des animaux, et l’intervention sur la "nature". En Allemagne, l’opposition est totale aux manipulations de l’embryon humain : elles évoquent des fantasmes eugénistes nazis. En Grande-Bretagne, la création de chimères a été récemment autorisée par le Parlement. En France, où cette question n’a pas été débattue publiquement, l’agence de biomédecine a autorisé, en 2006, un laboratoire à créer un "modèle chimérique homme-souris" pour l’étude du sida en utilisant des cellules embryonnaires humaines…

Autre exemple, les nanotechnologies. Là, je découvre des situations paradoxales qui soulignent une dissociation entre l’évaluation des risques et leur encadrement. Aux Etats-Unis, où le principe de précaution n’est pas reconnu dans le droit, la science de ces risques s’est développée dès 2000, et les entreprises et laboratoires qui fabriquent des nanoparticules sont désormais invités à faire une déclaration volontaire. Insuffisant, certes. Mais en France, où le principe de précaution a valeur constitutionnelle, une déclaration, obligatoire cette fois, n’est envisagée que depuis le Grenelle de l’environnement. Et elle n’entrera en vigueur que dans les deux ans suivant l’adoption de la loi.

Comment le monde industriel réagit-il aux incertitudes scientifiques générées par les nanotechnologies ? J’étudie cette question, notamment dans un projet mené avec d’autres chercheurs et la société Arkema, qui a accepté de nous ouvrir ses services concernés : représentants du personnel, médecins du travail, département de propriété intellectuelle. Ces questions juridiques m’intéressent car elles révèlent les rapports entre sciences et société. Elles supposent une collaboration entre chercheurs en sciences dures, en sciences sociales et en droit, peu développée en France. C’est pourquoi a été créé récemment le réseau "Droit, sciences et techniques", ouvert à tous les chercheurs concernés quelle que soit leur institution.»


Sonia Desmoulin est chargée de recherche au CNRS et travaille à l’université Paris-I (CRDST, UMR de droit comparé).

Libération.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Indonésie – Une étude scientifique démontre qu’en Indonésie, certains primates mâles « paient » les femelles pour du sexe.   Mer 12 Nov - 10:54

L’étude portant sur des singes macaques montre que les mâles accomplissent des rituels de beauté, comme retirer les puces du pelage de la femelle, pour obtenir l’accès sexuel vers elles, ce qui suggère que le sexe est une « monnaie » sur le marché biologique des singes.

Cette étude, intitulée « Payer pour du sexe sur le marché de l’accouplement macaque », a été menée par un groupe de chercheurs de l’Ohio, aux États-Unis, dirigée par Michael David Gumert. Lui et son équipe ont étudié les singes pendant 20 mois.

L’étude montre qu’une fois que les mâles ont terminé la toilette des femelles, leur activité sexuelle augmente de plus du double. L’étude montre aussi que le temps passé par les mâles à faire leur toilette dépend du nombre de femelles autour d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actus Faune   

Revenir en haut Aller en bas
 
Actus Faune
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» fleurs et faune sauvage
» contes sur la faune nocturne, à l'occasion du Chemin de Ki-D
» Faune et flore de la Sologne
» la faune des bois
» Faune Cantal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doumie :: Le monde vivant :: La nature,faune et flore...-
Sauter vers: