Doumie

Au lieu d'un site, un forum pour partager...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Cyclisme] Tour De France 2008

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Tour de France: Beltran contrôlé positif et exclu du Tour   Sam 12 Juil - 8:14

AFP - Vendredi 11 juillet, 22h07

AURILLAC (AFP) - L'Espagnol Manuel Beltran a subi le premier contrôle antidopage positif du Tour de France dont il a été exclu vendredi par son équipe Liquigas, au soir de la 7e étape à Aurillac.


Un an après une édition bouleversée par les affaires liées au dopage (Vinokourov, Rasmussen, Moreni), Beltran s'est signalé avant même la fin de la première semaine de course.

L'Espagnol, l'un des coureurs les plus âgés du peloton (37 ans), a été contrôlé à l'EPO par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), après la première étape à Plumelec (Morbihan).

Le président de l'AFLD, Pierre Bordry, a confirmé que l'échantillon "A" des urines de Beltran présentait des traces d'EPO et que Beltran faisait partie des coureurs ciblés par son organisme.

"C'est un cas isolé", a annoncé l'équipe Liquigas qui reste en course. "Les autres membres de l'équipe n'ont rien à voir avec cette affaire".

En début de soirée, l'hôtel de Beltran et des autres coureurs de la formation italienne a été perquisitionné par les gendarmes de l'unité spécialisée (OCLAESP, Office Central de Lutte contre les Atteintes à l'Environnement et à la Santé Publique) qui sont repartis avec Beltran afin de l'auditionner.

La perquisition de cet hôtel, situé au Rouget (Cantal), a pris fin peu avant 21 heures.

Selon le porte-parole de l'équipe italienne, seule la chambre de Beltran a été fouillée.

"Notre première décision est de suspendre Manuel (Beltran), qui va demander une contre-analyse. Si elle s'avère positive, notre collaboration sera terminée", a annoncé Liquigas. "On travaille beaucoup pour lutter contre le dopage. On ne comprend pas comment ça s'est passé".

Les organisateurs du Tour ont pris acte de la décision de la formation italienne d'exclure Beltran, "conformément au contrat signé avant l'épreuve avec l'ensemble des équipes participantes".

Ce contrat prévoit que la formation doit retirer son coureur dès l'annonce de la positivité de l'échantillon "A", sans attendre la contre-analyse. Dans le cas contraire, c'est toute l'équipe qui peut être amenée à se retirer.

Le Tour a déclaré avoir reçu confirmation de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) "du contrôle positif de Manuel Beltran effectué à l'issue de la première étape".

Les organisateurs se sont félicités "de l'efficacité du dispositif mis en place par l'AFLD, tout en déplorant que certains coureurs irresponsables n'aient toujours pas compris que la détermination à lutter contre le dopage était totale et que l'étau se resserrait autour d'eux".

Après avoir porté plusieurs maillots différents (Banesto, Mapei-Quick Step, Team Coast), Manuel Beltran a rejoint en cours de saison 2003 l'équipe US Postal, devenue ensuite Discovery Channel et son leader Lance Armstrong.

Le coureur espagnol a épaulé à trois reprises le septuple vainqueur du Tour dans ses campagnes victorieuses sur la Grande Boucle (2003, 2004, 2005).

C'est à la disparition de cette formation que Beltran a été recruté par Liquigas, pour laquelle il a couru l'année passée le Tour de France (18e du classement final).

Précieux pour ses leaders en montagne, Beltran compte de rares victoires à son palmarès (Tour de Catalogne 1999, une étape du Tour du Pays Basque 2007).

Pour l'Espagnol de Jaen, qui occupait après la 7e étape la 26e place du classement général (à 3 min 20 sec de Kirchen), l'horizon est désormais très obscur.

Réglementairement, en tant que licencié étranger, il encourt -après confirmation de la positivité de l'échantillon "B"- une sanction de la part de l'AFLD. Avec extension aux courses à l'étranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: L'Espagnol Manuel Beltran positif à l'EPO placé en garde à vue   Sam 12 Juil - 8:15

Par Jerome Pugmire AP - Vendredi 11 juillet, 22h12

AURILLAC - L'Espagnol Manuel Beltran (Liquigas) est devenu vendredi le premier coureur contrôlé positif sur le Tour de France 2008, après avoir été détecté positif à l'EPO, une hormone qui prise de façon exogène augmente artificiellement l'oxygénation du sang.

"Ce ne sont pas des traces, c'est de l'EPO. Qu'il y en ait peu ou beaucoup, l'EPO est interdite", a déclaré Pierre Bordry, le président de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), en charge des contrôles cette année sur la Grande Boucle.

Beltran a été contrôlé le 5 juillet à l'issue de la première étape de l'épreuve disputée entre Brest et Plumelec.

Le vétéran espagnol de 37 ans a été informé de ce contrôle positif de son échantillon A et averti qu'il peut demander la contre-expertise de l'échantillon B.

Après cette révélation, la gendarmerie a entamé une perquisition vendredi soir à l'hôtel des Voyageurs de la formation Liquigas au Rouget (Cantal) et embarqué le coureur espagnol, a fait savoir Paolo Barbieri, le porte-parole de la Liquigas. Il a été placé en garde à vue et est questionné sur la provenance des produits dopants utilisés.

Barbieri a annoncé que l'équipe italienne a exclu Beltran du Tour de France après ce contrôle positif. L'équipe reste en course. Barbieri a précisé à l'Associated Press que si le deuxième échantillon de Beltran s'avérait positif, l'Espagnol sera licencié.

Beltran pointait vendredi soir en 26e position au classement général à 3:20 minutes du maillot jaune du Luxembourgeois Kim Klirchen, à l'issue de la 7e étape du Tour disputée sur 159 km entre Brioude et Aurillac et remportée par l'Espagnol Luis-Leon Sanchez.

Passé professionnel en 1995, Beltran, a été l'un des principaux coéquipiers de l'Américain Lance Armstrong, septuple vainqueur du Tour de France, à l'US Postal et à la Discovery Channel.

L'AFLD avait précédemment annoncé vendredi qu'une vingtaine de coureurs du Tour de France ont présenté des paramètres élevés dans les analyses de sang effectuées avant le départ de l'épreuve à Brest le 5 juillet dernier.

"Il n'y a pas d'infraction constatée, mais certains chiffres sont proches de la limite. Ils concernent essentiellement le taux hématocrite", avait déclaré à l'AP Philippe Sagot, le secrétaire général adjoint de l'AFLD. Il a été suggéré aux coureurs de remettre leurs résultats au médecin de leur équipe, "en raison de la possibilité d'un risque sanitaire, compte tenu des valeurs de certains paramètres".

"Ses paramètres (de Beltran) étaient anormaux" à Brest lors des contrôles effectués les 3 et 4 juillet, a précisé Pierre Bordry. "Il y avait matière à le cibler, c'est pourquoi il a été contrôlé samedi" lors de la première étape, a-t-il ajouté.

Pat McQuaid, le président de l'Union cycliste internationale (UCI) s'est déclaré "très en colère" en apprenant cette nouvelle.

"Quand est-ce que ces idiots comprendront que c'est fini?", a déclaré McQuaid à l'Associated Press lors d'une interview téléphonique.

"Ils continuent de croire qu'ils peuvent battre le système. Ils se trompent. Le système les attrape à tous les coups."

McQuaid estime que c'est la "vieille garde" du cyclisme qui continue à avoir la mentalité du dopage. "Cela fait du mal à ce sport", a-t-il ajouté. "Il est difficile de changer une culture d'un claquement de doigts".

Le Tour 2008 s'est élancé de Brest samedi dernier sans le tenant du titre Alberto Contador, vainqueur sous le maillot de la Discovery-Channel, disparue depuis du peloton. L'Espagnol a été pénalisé par la réputation sulfureuse de sa nouvelle formation Astana. L'an dernier, son leader Alexandre Vinokourov avait été exclu du Tour pour dopage sanguin.

La course 2007 avait aussi été marquée par l'exclusion à quelques jours de l'arrivée du maillot jaune, le Danois Michael Rasmussen, pour avoir menti sur ses localisations avant la Grande Boucle et avoir ainsi échappé à des contrôles antidopage inopinés.

En 2006, l'Américain Floyd Landis arrivé en jaune sur les Champs-Elysées, avait ensuite été destitué suite à un contrôle à la testostérone synthétique positif lors d'une étape de montagne.

En 1998, un séisme avait secoué le cyclisme avec l'"affaire Festina", un scandale du dopage organisé. Depuis, le cyclisme est l'objet d'une suspicion permanente.

En 1999, lors de la première de ses sept victoires, Lance Armstrong avait été détecté positif aux corticoïdes, mais il avait échappé à toute sanction après avoir produit rétroactivement un certificat médical de justification. AP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Tour de France: nouvelle victoire d'étape de Cavendish, Kirchen reste en jaune   Sam 12 Juil - 22:23


Le Britannique Mark Cavendish (Columbia) après sa victoire dans la 8e étape le 12 juillet 2008

AFP - il y a 2 heures 57 minutes

TOULOUSE (AFP) - Le Britannique Mark Cavendish (Columbia) s'est imposé pour la deuxième fois au sprint dans le Tour de France, samedi à Toulouse, où il a enlevé la huitième étape.


Son coéquipier luxembourgeois Kim Kirchen a gardé le maillot jaune de leader après cette étape de transition de 172,5 kilomètres.

Sur la ligne, Cavendish a précédé nettement son coéquipier, l'Allemand Gerald Ciolek.

Le Français Jimmy Casper a pris la troisième place devant l'Espagnol Oscar Freire. Le Norvégien Thor Hushovd s'est classé neuvième.

L'étape, courue aux trois-quarts sous la pluie, a donné lieu à une échappée de quatre coureurs, le Français Laurent Lefèvre d'abord, rejoint ensuite par deux autres Français, son coéquipier Jérôme Pineau et Christophe Riblon, ainsi que l'Espagnol Amets Txurruka.

Le quatuor a vu son avance supérieure à 5 minutes (km 80) fondre à moins d'une minute à une trentaine de kilomètres de l'arrivée. Le peloton lui a laissé ensuite un peu plus de marge (45 secondes aux 15 km), peu avant que Pineau et Txurruka se dégagent.

La poursuite a été longtemps menée par les hommes de Hushovd, puis par les coureurs de l'équipe Liquigas, qui ont perdu la veille l'Espagnol Manuel Beltran (exclu du Tour après un contrôle antidopage positif et suspendu par son équipe).

Pineau et Txurruka n'ont été repris que dans les rues de Toulouse, à 3,6 kilomètres de l'arrivée, sous une pluie battante.

Cavendish, déjà vainqueur de la 5e étape mercredi à Châteauroux, a signé son deuxième succès dans le Tour auquel il participe pour la deuxième fois.

Le Britannique, qui est originaire de l'île de Man, est âgé de 23 ans.

En cours d'étape, l'Italien Riccardo Ricco, vainqueur jeudi de l'étape de Super-Besse, a chuté mais a pu repartir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Tour de France: Ricco premier vainqueur des Pyrénées, Kirchen toujours en jaune   Lun 14 Juil - 8:27

AFP - Dimanche 13 juillet, 20h33

BAGNÈRES-DE-BIGORRE (AFP) - Le grimpeur italien Riccardo Ricco s'est imposé d'entrée dans les Pyrénées en gagnant en solitaire, dimanche à Bagnères-de-Bigorre, la neuvième étape du Tour de France.

Le "Cobra" a attaqué dans Aspin, le second col du parcours, à 30 kilomètres de l'arrivée, pour s'assurer son deuxième succès depuis le départ de Brest.

Derrière lui, les favoris se sont observés. D'autant que le Luxembourgeois Kim Kirchen (Columbia), toujours porteur du maillot jaune, a reconnu avoir passé une journée difficile et que l'Australien Cadel Evans, le deuxième du classement général, a été diminué par une chute survenue en cours d'étape.

Sur la ligne, Ricco a précédé de 1 min 04 sec le Russe Vladimir Efimkin, parti en contre-attaque dans le final, et de 1 min 17 sec le premier groupe réglé par le Français Cyril Dessel, en conclusion des 224 kilomètres.

L'offensive du grimpeur italien a condamné l'Allemand Sebastian Lang, dernier rescapé d'une échappée lancée dès le 22e kilomètre avec le Bélarusse Aleksandr Kuschynski et le Français Nicolas Jalabert.

Ce trio a compté plus de 14 minutes d'avance (Km 55) avant que les coureurs de l'équipe Euskaltel haussent le rythme du premier peloton pour ramener l'écart à 9 minutes au pied de Peyresourde, le premier col classé en première catégorie.

Dans Aspin, l'Allemand Stefan Schumacher, le troisième du classement général au départ de Toulouse, s'est projeté brièvement en tête avant de rétrograder et reculer d'une place à l'arrivée.

Ricco, fulgurant dans un démarrage évoquant son idole Marco Pantani (le vainqueur du Tour 1998 décédé d'une overdose en 2004), est parti à 5 kilomètres du sommet après une accélération de son lieutenant, le vétéran italien Leonardo Piepoli.

Le grimpeur de Formigine, une localité des environs de Modène, a rejoint et aussitôt dépassé Lang, pour préserver ensuite son avance dans la descente puis sur les faux-plats menant à l'arrivée.

Agé de 24 ans, Ricco s'est imposé pour la deuxième fois sur la Grande Boucle, trois jours après avoir gagné à Super-Besse dans le Massif Central.

"Ce n'était pas prémédité", a déclaré après l'arrivée Ricco, en reconnaissant ensuite qu'il avait "la rage" quand il s'est rendu compte qu'il pouvait gagner l'étape.

L'Italien est revenu sur les contrôles antidopage répétés dont il a fait l'objet depuis le départ: "Je suis très serein là-dessus. Mes valeurs (sanguines) sont hautes mais elles sont normales pour moi. J'ai un certificat de l'UCI (Union cycliste internationale) prouvant que ces valeurs sont naturelles."

Ricco a reconnu qu'il avait bénéficié de la passivité des favoris qui ne lui ont pratiquement rien repris sur la partie finale, faute d'entente.

"Mon équipe a beaucoup travaillé depuis une semaine, c'était aux autres de rouler", a estimé Kirchen qui ne comptait qu'un seul équipier (Siutsou) avec lui. "J'espère que c'était mon jour-sans", a ajouté KK, moins à l'aise à l'évidence que les jours précédents.

Evans, pour sa part, s'est contenté de suivre après sa chute survenue peu avant la mi-course. Le favori du Tour s'est retrouvé à terre avec d'autres coureurs (Verdugo et Eisel notamment) mais est reparti sans attendre, le maillot largement déchiré dans le dos.

L'Australien souffre de plaies sur le côté gauche (épaule, coude, hanche, genou), apparemment sans gravité. "Mais ce sera peut-être douloureux dans la prochaine étape", a prévenu le Dr Gérard Porte, médecin-chef du Tour, qui l'a soigné en course. Tout comme l'Espagnol Alejandro Valverde, qui a souffert des suites de sa chute de mercredi dernier.

Avant l'étape-reine des Pyrénées (Tourmalet, Hautacam), Ricco est remonté de la 27e à la 21e place (à 2 min 35 sec de Kirchen). "Je ne veux pas penser au classement général", a toutefois répété le "Cobra" qui a annoncé la couleur: "Je vais aider Piepoli à Hautacam."

Classement de la 9e étape:


1. Riccardo Ricco (ITA/SDV) les 224,0 km en 5h39:28.

(moyenne: 39,591 km/h)

2. Vladimir Efimkin (RUS/A2R) à 1:04.

3. Cyril Dessel (FRA/A2R) 1:17.

4. Dmitriy Fofonov (KAZ/C.A) 1:17.

5. Christian Knees (GER/MRM) 1:17.

6. Maxime Monfort (BEL/COF) 1:17.

7. Alejandro Valverde (ESP/GCE) 1:17.

8. Roman Kreuziger (CZE/LIQ) 1:17.

9. Damiano Cunego (ITA/LAM) 1:17.

10. Yaroslav Popovych (UKR/SIL) 1:17.

Classement général:

1. Kim Kirchen (LUX/COL) 38h07:19.

2. Cadel Evans (AUS/SIL) à 0:06.

3. Christian Vande Velde (USA/GAR) 0:44.

4. Stefan Schumacher (GER/GST) 0:56.

5. Denis Menchov (RUS/RAB) 1:03.

6. Alejandro Valverde (ESP/GCE) 1:12.

7. Stijn Devolder (BEL/QST) 1:21.

8. Oscar Pereiro (ESP/GCE) 1:21.

9. Samuel Sanchez (ESP/EUS) 1:27.

10. Carlos Sastre (ESP/CSC) 1:34.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 40
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: [Cyclisme] Tour De France 2008   Mar 15 Juil - 10:39

Tu as loupé ce week-end ma puce c' était magnifique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: [Cyclisme] Tour De France 2008   Mar 15 Juil - 11:32

J imagine moi je grattais les murs brisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Rinkin
J'ai peur de rien ...
J'ai peur de rien ...
avatar

Nombre de messages : 997
Age : 41
Date d'inscription : 14/05/2008

MessageSujet: Re: [Cyclisme] Tour De France 2008   Mar 15 Juil - 13:10

diiie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 40
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: C’est ouvert   Mar 15 Juil - 16:11


Cadel Evans, leader du Tour de France pour une seconde (Reuters)

Après dix jours de course, le Tour de France est on ne peut plus indécis, symbolisé par le fragile Maillot Jaune de Cadel Evans. Mais il est encore et toujours sujet à doutes et suspicion.


par Florian Egly, le 15-07-2008 www.sport24.com

Cinq Maillots Jaunes différents

Les mailles du filet se resserrent mais ce n’est pas encore un sac étanche. C’est en substance ce que l’on peut dire après dix premiers jours animés mais aussi marqués par un environnement toujours crispé. Il y a eu de tout dans ce début de Tour. La volonté de changement prônée par les organisateurs, pour mettre un terme à l’habituel ronron des sprints de première semaine, a été couronnée de succès, laissant apparaître des scenarii différents à chaque jour. Des deux succès de Mark Cavendish à ceux de Riccardo Ricco, des quelques sprints massifs aux arrivées en côte, de la bagarre entre les leaders entamée dès la première étape jusqu’aux Pyrénées en passant par le contre-la-montre de Cholet, on n’a vraiment pas eu le temps de s’ennuyer. Il faut remercier pour cela des attaquants motivés, pouvant à nouveau croire en leur chance, loin du déterminisme habituel. La victoire de Samuel Dumoulin à Nantes et le superbe baroud de Nicolas Vogondy ont même ravivé, un temps, la flamme tricolore. Quant à l’absence des bonifications, elle a relancé la quête du Maillot Jaune, qui en a vu cinq se succéder en dix étapes (Valverde, Feillu, Schumacher, Kirchen, Evans).

L’escorte de la rumeur

Bref, sur le plan sportif, on a plutôt été gâté. Sauf que ce tableau est assombri, comme de coutume est-on tenté de dire, par ce mal familier qu’est le dopage. Contrôlé positif à l’EPO au soir de la première étape, Manuel Beltran a au moins mis en lumière l’efficacité des contrôles diligentés par l’Agence Française de Lutte contre le Dopage. Agé de 37 ans, l’Espagnol est le 4e ancien coéquipier de Lance Armstrong à tomber après Tyler Hamilton, Roberto Heras et Floyd Landis. Révélé le vendredi 11 juillet, ce test positif a placé un nuage épais au-dessus du Tour, désormais enveloppé par la rumeur. Une rumeur née également du communiqué publié par l’AFLD, expliquant qu’une dizaine de coureurs présentait des «risques sanitaires». Fouiller le passé des Maillots Jaunes et des vainqueurs d’étape est devenu le jeu incontournable. Et dans certains cas (Valverde, Schumacher, Piepoli), on n’y trouve pas que des choses irréprochables. De faits avérés à la réputation (Ricco), la suspicion escortera le Tour de France jusqu’à son terme.

Les Français absents des débats

Mais il y a aussi eu des défaillances (Valverde), des attitudes humaines (la larme d’Evans), qui donnent envie de faire croire que le message est en train de passer. A la moitié du chemin, personne ne peut dire qui va gagner le Tour de France. La légende d’Hautacam voudrait que Cadel Evans soit sacré. Encore faut-il pour cela pouvoir contrôler la course. Et éviter les chutes, qui n’ont pas épargné grand monde. L’absence d’un patron ouvre toutes les perspectives. Les cinq prochains jours de course pourraient donc encore voir des changements de leader, la seule journée véritablement difficile n’arrivant que dimanche avec l’arrivée à Prato Nevoso. D’ici là, les Français repasseront sans doute à l’attaque, sur un terrain qui leur convient mieux. Car cette première partie du Tour a aussi délivré cette vérité : les Tricolores ne peuvent pas se battre avec les meilleurs en montagne. La faute n’est peut-être pas toujours celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 40
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: [Cyclisme] Tour De France 2008   Mar 15 Juil - 16:15

Pour une petite seconde, Cadel Evans s’est emparé du Maillot Jaune à Hautacam. Les favoris ont souffert lors d’une étape pyrénéenne marquée par l’insolente domination de l’équipe Saunier Duval, avec la victoire de Leonardo Piepoli.
par Florian Egly, le 14-07-2008


Le sport aime les chiffres, les petites histoires, les anecdotes. Une statistique démontrait notamment que le porteur du Maillot Jaune au terme de l’étape de Hautacam devenait quelques jours plus tard le vainqueur du Tour de France (Miguel Indurain en 1994, Bjarne Riis en 1996, Lance Armstrong en 2000), que les Pyrénées soient franchies avant ou après les Alpes. On ne sait pas quel sera le destin de Cadel Evans dans deux semaines. Toujours est-il que l’Australien est le nouveau leader de la Grande Boucle. Pour un souffle.

Frank Schleck se dévoile, Valverde à la dérive


L’étape-reine des Pyrénées, comme prévu, a tenu ses promesses. Mais elle n’a pas éclairci la situation pour autant. Elle a même jeté un voile opaque sur un Tour plus ouvert que jamais. Pourquoi ? Parce que ceux qu’on attendait les plus forts ont chancelé. Ni Cadel Evans, ni Denis Menchov, ni Carlos Sastre n’ont pu répondre au démarrage de Frank Schleck au pied d’Hautacam, le dernier col de la journée. Encore moins Alejandro Valverde. Décroché dès le Tourmalet, l’Espagnol a vécu une journée noire, concédant près de six minutes, au même titre que Damiano Cunego. Victimes de l’énorme abattage de l’équipe CSC. L’aboutissement aurait dû mener Frank Schleck à la victoire d’étape ou au Maillot Jaune. Il manque ce dernier pour une seconde, laissant la tunique à Cadel Evans, arrivé quelques deux minutes plus tard en compagnie de Menchov, Sastre et Ricco, mais deux minutes avant Kim Kirchen, qui a fini par céder. Quant au succès, le Luxembourgeois a subi l’insolente réussite de l’équipe Saunier Duval. Non contente de ses deux victoires avec Riccardo Ricco, resté à l’abri ce lundi, la formation espagnole s’est permis un doublé à Hautacam grâce à Leonardo Piepoli et Juan José Cobo. L’Italien de 37 ans complète ainsi sa collection en s’imposant sur tous les grands tours.

Di Gregorio a essayé


14 juillet oblige, les Français ne pouvaient pas passer inaperçus. Leur chance, sur une étape aussi courte, ne pouvait passer que dans l’anticipation. Huit parvenaient à se glisser au sein d’une première échappée de 24 coureurs pour laisser ensuite le seul Rémy Di Gregorio en tête. Le grimpeur marseillais, tellement déçu l’an dernier de ne pas avoir pu s’exprimer en raison d’un abandon prématuré (fracture du coude), trouvait avec le Tourmalet un terrain à sa convenance. Déposant ses compagnons, le protégé de Marc Madiot se lançait dans un de ces raids que la montagne nous propose souvent. Manque de chance, Alejandro Valverde dégoupillait parallèlement. La perspective d’éliminer un prétendant au Maillot Jaune annihilait les chances du Français. La seule descente du Tourmalet suffisait à Jens Voigt et Fabian Cancellara (CSC) pour effacer les six minutes d’écart au sommet. Rattrapé au pied d’Hautacam, Di Gregorio finissait en roue libre. C’est encore un vétéran qui sauvait la patrie. Stéphane Goubert, 38 ans, terminait meilleur Français de l’étape (12e), à plus de deux minutes de Piepoli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Tour de France: conférence de presse de "rock star" pour Cadel Evans   Mar 15 Juil - 23:29

AFP - il y a 1 heure 41 minutes


Copyright © 2008 AFP


PAU (AFP) - "Mesdames et Messieurs, Cadel Evans !": arrivé au son puissant de Midnight Oil, un groupe de son pays, protégé du soleil par un parapluie tenu par une jeune femme, l'Australien Cadel Evans a donné une conférence de presse de "rock star", mardi devant de nombreux journalistes.


Sur la pelouse de l'hôtel de son équipe, près de Pau, et sous un chaud soleil, Evans est arrivé de l'arrière, tout sourire, avec son lion en peluche habillé de son maillot jaune.

"Je ne me souviens pas avoir déjà fait une telle entrée en conférence de presse, a souri l'Australien. Mais ce n'est pas une entrée de rock star, il n'y a de filles qui crient..."

"Tous les ans, nos conférences de presse sont de plus en plus grosses et c'est tant mieux. On est fier de ce qu'on a fait, on a travaillé dur depuis mon arrivée dans l'équipe en août 2004."

Après avoir sacrifié à l'exercice des questions-réponses pendant une demi-heure pour une centaine de journalistes, l'Australien est reparti, avec son lion sous le bras, aux airs de la fameuse chanson de Men at work "I come from a land down under" (Je viens d'un pays à l'autre bout du monde).

Les journalistes et les invités de l'équipe ont ensuite pu profiter d'une vraie garden-party, champagne et petits fours inclus.

Selon Daniel Boro, responsable presse pour l'équipe Silence-Lotto, qui veut "changer l'image du vélo" à travers ce type d'évènement, Evans avait lui-même choisi la musique pour sa conférence de presse: "Il se sent proche des idées de Midnight Oil". L'ancien groupe de rock australien est resté célèbre notamment pour ses engagements écologiques (contre le nucléaire principalement).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Cyclisme: 17 équipes renoncent à la licence Pro Tour pour 2009   Mar 15 Juil - 23:30

Par Jamey Keaten AP - il y a 2 heures 39 minutes

PAU - Les 17 équipes de l'UCI Pro Tour présentes sur le Tour de France ont décidé à l'unanimité de ne pas renouveler leurs licences pour la saison 2009, annonçant probablement la mort du circuit d'élite de la fédération internationale.

Les équipes se sont réunies mardi à Pau lors de la première journée de repos sur le Tour de France. Elles ont souligné dans un communiqué qu'elles allaient chercher "un nouveau système de l'organisation du cyclisme professionnel".

Les équipes ont précisé qu'elles avaient signé un accord avec les organisateurs des trois grands Tours (ASO pour la France, RCS pour le Giro, Unipublic pour la Vuelta).

Dans leur communiqué, les équipes ont ajouté qu'elles attendaient "que l'UCI (Union cycliste internationale) rejoigne ce projet".

La seule équipe du pro Tour absente sur le Tour de France cette année est la formation Astana, qui n'a pas été retenue par les organisateurs.

Le circuit d'élite de l'UCI a été mis sur pieds il y a quatre ans. Mais la fédération internationale et les organisateurs des trois grands Tours ne se sont jamais mis d'accord, ces derniers voulant conserver le contrôle de leurs courses et inviter qui ils souhaitaient. De son côté, l'UCI voulait un Pro Tour rationalisé à l'extrême avec une qualification automatique pour les équipes licenciées.

Cette année, le Tour de France est organisé sous l'égide de la fédération française de cyclisme et non plus de l'UCI.

Le président de l'UCI, Pat McQuaid, a récemment mis en garde contre la tentation de certains de créer un circuit de compétition parallèle.

Eric Boyer, l'actuel président de l'association internationale des équipes (AIGCP) et directeur sportif de la formation Cofidis, a déclaré qu'il souhaitait éviter un conflit avec l'UCI, mais que le Pro Tour semblait désormais mort.

"Je pense en effet que le ProTour n'existera plus", a-t-il dit à l'Associated Press, avant d'ajouter qu'il ne savait ce que cela signifierait pour les courses au calendrier du circuit. AP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Tour de France: Moises Duenas arrêté avec des produits dopants   Mer 16 Juil - 23:46

Par François Thomazeau Reuters - il y a 2 heures 30 minutes

TARBES (Reuters) - Le Tour de France a été le théâtre d'une deuxième affaire de dopage depuis le départ de Brest avec l'arrestation de l'Espagnol Moises Duenas Nevado, accusé de dopage à l'EPO et de possession de produits interdits.


L'ancien vainqueur du Tour de l'Avenir, âgé de 27 ans, a été contrôlé positif au soir de la quatrième étape à Cholet par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD).

Sa garde à vue à la gendarmerie de Tarbes a été prolongée jusqu'à jeudi matin. Il devrait ensuite être présenté à un juge d'instruction.

"Le coureur a été notifié ce matin à 09h00", a déclaré Pierre Bordry, président de l'AFLD.

En conformité avec la législation antidopage, les services de gendarmerie compétents ont investi l'hôtel de la formation Barloworld du coureur espagnol et ont saisi des produits interdits dans sa chambre.

"Il apparaît que des médicaments interdits qui n'avaient absolument pas été prescrits ou fournis par le médecin de l'équipe ont été trouvés dans la chambre de Moises Duenas", a déclaré l'équipe Barlowrold dans un communiqué.

"Nous sommes totalement abasourdis par ce qui s'est passé et pas l'attitude de l'un de nos coureurs. Il semble avoir utilisé en secret des produits interdits, à l'insu de tout le reste de l'équipe", a déclaré le manager de la formation cycliste, Claudio Corti.

L'UCI ACCUSE L'ESPAGNE

Dans l'attente des résultats des analyses, la gendarmerie n'a pas précisé la nature des produits découverts. Elle a laissé entendre que l'enquête se concentrait sur ce seul coureur et pas sur l'ensemble de son équipe.

"C'est à lui de fournir des explications à propos de ce contrôle positif. Les investigations portent sur ce coureur seul, qui aura à s'expliquer individuellement. Dans cette situation peu classique, il fait face à ses responsabilités en essayant de comprendre ce qui lui est reproché", a déclaré Patrick Lamielle, colonel du groupement de gendarmerie des Hautes-Pyrénées à Tarbes.

L'équipe Barloworld a immédiatement suspendu le coureur et continué la course pour la 11e étape entre Lannemezan et Foix.

Moises Duenas Nevado est le deuxième coureur espagnol épinglé dans cette édition après Manuel Beltran, de la formation Liquigas, également contrôlé positif à l'EPO après la première étape Brest-Plumelec.

L'ancien équipier de Lance Armstrong, âgé de 37 ans, avait immédiatement été suspendu.

La direction du Tour de France s'est félicité de l'efficacité des contrôles effectués par l'AFLD tandis que le président de l'Union cycliste internationale (UCI), Pat McQuaid, s'est étonné du comportement d'un "idiot".

"Ma première réaction est une réaction de grande colère", a-t-il déclaré, en notant que les deux coureurs contrôlés étaient Espagnols.

"Il est intéressant de voir qu'il s'agit du deuxième coureur espagnol. L'Espagne est plus lente à comprendre le message", a-t-il dit.

L'Espagne, qui a rejeté ces reproches de l'UCI, a été en 2006 le théâtre de l'affaire Puerto, un scandale de dopage sanguin dans lequel un grand nombre de coureurs du pays ont été mis en cause.

Duenas, qui évoluait l'an dernier au sein de l'équipe française Agritubel, n'appartient pourtant pas à la "génération

EPO".

Onzième de la grande étape de montagne d'Hautacam lundi, il occupait la 19e place au classement général.

Avec Julien Prétot, édité par Bertrand Boucey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Tour de France: Arvesen s'impose à Foix, un deuxième Espagnol contrôlé positif   Mer 16 Juil - 23:47

Par Jamey Keaten AP - Mercredi 16 juillet, 19h34

FOIX - Le Norvégien Kurt-Asle Arvesen (CSC) a remporté au sprint mercredi la 11e étape du Tour de France, longue de 167,5 km entre Lannemezan et Foix, marquée le matin par la révélation d'une deuxième cas de dopage sur la course.


L'Espagnol Moises Duenas Nevado (Barloworld) a été appréhendé après un contrôle positif à l'EPO et une perquisition de sa chambre a conduit à la découverte de médicaments interdits.

L'Australien Cadel Evans, arrivé au sein du peloton près de 15 minutes après le sprint victorieux du champion de Norvège, a conservé le maillot jaune de leader. Il possède toujours une seconde d'avance sur le Luxembourgeois Frank Schleck. L'Américain Christian Vandevelde (Garmin Chipotle) est troisième à 38 secondes.

Kurt-Asle Arvesen a devancé au sprint le Suisse Martin Elmiger et l'Italien Alessandro Ballan. Ils faisaient partie d'une échappée de 12 hommes, que les favoris ont laissé partir en raison de leurs lointaines positions au classement général.

"Gagner une étape du Tour de France en portant sur les épaules le maillot de champion (de Norvège), je ne pouvais rien espérer de mieux", a déclaré Arvesen, 33 ans, déjà vainqueur par le passé de deux étapes sur le Tour d'Italie.

Le col de Portel, la seule véritable difficulté de la journée, n'a pas permis de chambouler le classement général, les favoris s'observant au lendemain de la journée de repos et des deux premières étapes pyrénéennes qui avaient décanté la course.

Le Français Amaël Moinard (Cofidis) a été la grande attraction de la journée. Il a basculé en tête au col de Portel et cru pouvoir résister à l'opposition seul lors des 64 derniers kilomètres. Mais il a été repris à quatre kilomètres du but.

Après Manuel Beltran (Liquigas), Duenas Nevado est devenu le deuxième Espagnol pris à l'EPO sur le Tour 2008. Classé 19e du général, il a été suspendu par sa formation.

La Barloworld a perdu deux autres coureurs mercredi pour une chute à mi-parcours. Le Colombien Felix Cardenas souffre d'une coupure importante au genou gauche et l'Italien Paolo Longo Borghini s'est cassé la clavicule droite, selon un communiqué médical des organisateurs.

"Je suis désolé pour l'image du cyclisme", a déclaré Evans après avoir appris le nouveau cas de dopage sur le Tour.

Cette 11e étape a été marqué par un accident peu avant l'arrivée. Une groupe de trois spectateurs a été heurté à 800 mètres de la ligne d'arrivée par un véhicule d'équipe quelques minutes avant l'arrivée du peloton. Ces trois spectateurs, pris en charge par les services de secours locaux, et transférés aux urgences de l'hôpital de Foix souffrent d'un traumatisme facial pour l'un et d'une blessure à la jambe pour l'autre, alors que la troisième personne s'en est tirée sans dommage corporel.

Le peloton va retrouver la plaine jeudi avec la 12e étape, longue de 168,5 kilomètres entre Lavelanet et Narbonne. AP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Tour de France: Kurt-Asle Arvesen récompense la CSC   Mer 16 Juil - 23:49



Par François Thomazeau Reuters - Mercredi 16 juillet, 17h37

FOIX (Reuters) - Kurt-Asle Arvesen a récompensé mercredi son équipe CSC de tous les efforts consentis dans les Pyrénées en s'adjugeant la 11e étape du Tour de France entre Lannemezan et Foix.


Le champion de Norvège l'a emporté devant le Suisse Martin Elmiger et l'Italien Alessandro Ballan, deux compagnons d'une échappée lancée après 35 kilomètres dans cette étape ternie par l'annonce du contrôle positif de l'Espagnol Moises Duenas Nevado.

L'Australien Cadel Evans a conservé sans forcer sa petite seconde d'avance au classement général sur le Luxembourgeois Frank Schleck, équipier d'Arvesen au sein de la formation dirigée par le Danois Bjarne Riis.

"C'est une super victoire pour Kurt, qui avait fait un travail énorme pour l'équipe. Aujourd'hui, il gagne, c'est super pour nous", a déclaré le vainqueur du Tour 1996.

Arvesen avait en effet été l'un des meneurs de l'offensive de la CSC dans la 10e étape pyrénéenne jusqu'à Hautacam lundi.

A Foix, le trio de tête sur la ligne avait rejoint à quatre kilomètres de l'arrivée le Français Amaël Moinard, parti en solitaire dans la montée du col de Portel, classé en première catégorie.

Avec l'escalade de ce col sinueux et étroit, une première dans le Tour, le profil de cette étape encourageait les plus aventureux et ils étaient 14, bien vite réduits à 12, à se porter en tête au kilomètre 35.

Bien plus occupés à récupérer de leurs efforts des Pyrénées et à garder des forces en vue des Alpes, les grands noms du peloton accordaient leur permission et le groupe prenait rapidement une avance confortable, qui culminait à 16 minutes.

L'ESCAPADE DE MOINARD

Ce groupe comportait, outre Arvesen, Ballan, Elmiger et Moinard, les Russes Alexander Botcharov et Dmitry Fofonov, l'Allemand Fabian Wegmann, le Néerlandais Koos Moerenhout, les Italiens Filippo Pozzato et Marco Velo, ainsi que les Français Pierrick Fedrigo et Benoît Vaugrenard.

Au pied du Portel, que la meute atteignait avec 14'20 de retard sur les fuyards, Amaël Moinard décidait de fausser compagnie à ses complices pour prendre la course à son compte.

Il creusait l'écart au gré des lacets étroits de cette difficile ascension dans la végétation luxuriante de l'Ariège, comptant jusqu'à deux minutes d'avance sur ses anciens compagnons.

Derrière, le vainqueur du Tour 2006, Oscar Pereiro, profitait de son statut d'outsider et de la défaillance lundi de son leader Alejandro Valverde pour se porter en contre, sans succès.

Au sein du peloton, la formation Barloworld, choquée le matin par l'annonce du contrôle positif subi par Duenas Nevado, arrêté depuis pour possession de produits dopants, accumulait les désillusions: l'Italien Paolo Longo Borghini chutait dans un fossé et abandonnait, victime d'une fracture de la clavicule. Dans le Portel, c'était au tour du Colombien Felix Cardenas de renoncer.

L'escapade de Moinard s'achevait dans l'ombre du château de Foix. "Je suis content d'avoir tout tenté. Je préfère faire 11e en ayant tout tenté que de faire 5e en roulant derrière et en jouant au chat et à la souris", commentait "l'intello" de la formation Cofidis.

Le peloton parcourra jeudi 168,5 km entre Lavelanet et Narbonne.

Edité par Bertrand Boucey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 40
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Tour de France: Ricco positif à l'EPO, son équipe Saunier Duval se retire   Ven 18 Juil - 13:25

PARIS (AFP) - Le coureur italien Riccardo Ricco a été contrôlé positif à l'EPO provoquant le retrait de son équipe Saunier Duval du Tour de France 2008, a indiqué jeudi à l'AFP une source policière confirmant une information du site internet du quotidien L'Equipe.

Selon cette source, les gendarmes devaient interpeller le coureur au départ de la 12e étape Lavelanet-Narbonne.

Le président de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), Pierre Bordry, a confirmé à l'AFP que Ricco avait été contrôlé positif à l'EPO, refusant d'en détailler la nature, et qu'il faisait partie des coureurs dont les paramètres sanguins avaient semblé suspects après analyse des prélèvements des 3 et 4 juillet.

Riccardo Ricco a été emmené par des gendarmes à 12h50 (10h50 GMT), soit une demi-heure après l'annonce, dans une voiture de son équipe.

Selon L'Equipe.fr, Ricco a utilisé une EPO retard récemment mise sur le marché, la CERA.

Ricco qui a remporté deux étapes sur ce Tour, était jeudi matin 9e du classement général.

Peu avant 13h30, le peloton a quitté Lavelanet pour rejoindre Narbonne, terme de la 12e étape, sans la formation Saunier Duval.

"Les non partants sont l'ensemble des coureurs de Saunier Duval", a annoncé Radio tour avant de citer le nom des coureurs concernés.

Le départ des 159 coureurs a été donné de la cité ariégeoise à 13h23 pour une arrivée prévue aux alentours de 17H15, selon un moyenne de 44 km/h, après une étape de 168,5 km sans difficulté notable.

Une seule côte du grand prix de la montagne (4e catégorie) et deux sprints intermédiaire du classements par points sont au programme pour les coureurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 40
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Tour de France: Ricco positif à l'EPO, son équipe Saunier Duval quitte la course   Ven 18 Juil - 13:26

LAVELANET (AFP) - Le coureur italien Riccardo Ricco, qui avait remporté deux étapes du Tour de France, a été contrôlé positif à l'EPO, et son équipe Saunier-Duval a immédiatement décidé de quitter la course jeudi matin.

Pierre Bordry, président de l'AFLD, a confirmé à l'AFP une information d'abord donnée par le site internet l'Equipe.fr: Ricco, vedette des étapes de montagne, vainqueur à Super-Besse et à Bagnères-de-Bigorre, a été contrôlé positif à l'EPO. Il faisait partie des coureurs dont les paramètres sanguins avaient semblé suspects après analyse des prélèvements des 3 et 4 juillet.

Selon l'Equipe.fr, Ricco aurait utilisé une EPO dite "retard" (dont les effets durent plus longtemps) récemment mise sur le marché. Il a été emmené par des gendarmes à 12h50 (10h50 GMT), soit une demi-heure après l'annonce, dans une voiture de son équipe.

L'encadrement sportif de l'équipe Saunier-Duval a annoncé le retrait immédiat du Tour de toute la formation, au départ de la 12e étape Lavelanet-Narbonne, et "la suspension provisoire" de son activité sur toutes les courses dans lesquelles elle est engagée.

Saunier-Duval, qui avait dominé les étapes de montagne, avait encore sept coureurs en course, dont Leonardo Piepoli, vainqueur de l'étape d'Hautacam, et l'Espagnol Juan Jose Cobo, huitième du classement général.

Par ailleurs, l'Espagnol Moises Duenas (Barloworld), exclu mercredi après avoir été contrôlé positif à l'EPO à l'issue du contre-la-montre de Cholet, a été déféré jeudi matin au parquet de Tarbes (Hautes-Pyrénées), a-t-on appris de source judiciaire.

Du matériel médical et un produit prohibé ont été découverts par les gendarmes dans ses affaires.

"Dans les placards et affaires personnelles du coureur, les gendarmes ont fait de nombreuses découvertes, dont du matériel médical", a déclaré le procureur de la République de Tarbes Gérard Aldigé, précisant qu'il s'agissait notamment de "seringues, aiguilles et poches de transfusion".

Les gendarmes de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP), qui ont perquisitionné mercredi la chambre de Duenas, "ont trouvé un médicament appelé TAD qui ne bénéficie pas d'autorisation de mise sur le marché en France" a ajouté M. Aldigé.

Selon le procureur, le TAD est "prohibé par l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé" et ne peut être importé en France.

"Une multitude d'autres produits" ayant la "forme de liquides ou de sachets" ont été également saisis, a indiqué M. Aldigé, mais leur "principe utile" sont pour l'instant "inconnus".

Peu avant 13h30, le peloton a quitté Lavelanet pour rejoindre Narbonne, terme de la 12e étape, sans la formation Saunier Duval.

"Les non partants sont l'ensemble des coureurs de Saunier Duval", a annoncé Radio tour avant de citer le nom des coureurs concernés.

Le départ des 159 coureurs a été donné de la cité ariégeoise à 13h23 pour une arrivée prévue aux alentours de 17h15, selon un moyenne de 44 km/h, après une étape de 168,5 km sans difficulté notable.

Une seule côte du grand prix de la montagne (4e catégorie) et deux sprints intermédiaire du classements par points sont au programme pour les coureurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 40
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Tour de France: Cavendish signe son troisième succès d'étape, Evans toujours en jaune   Ven 18 Juil - 13:27

AP - Jeudi 17 juillet, 17h37NARBONNE - Au terme d'une nouvelle journée tourmentée sur le Tour de France, le nouveau roi du sprint Mark Cavendish a signé son troisième succès d'étape jeudi dans l'Aude.

Le Britannique a remporté la 12e étape de la course disputée jeudi sur 168,5 kilomètres entre Lavelanet à Narbonne, quelques heures après l'annonce du contrôle positif à l'EPO de l'Italien Riccardo Ricco et le retrait de la course de son équipe, la Saunier Duval.

"En fait, je suis le premier à gagner trois étapes dans ce Tour", s'est réjoui Cavendish. "Mes équipiers ont fait un super boulot, j'ai pris le bon train avec eux et j'ai pu l'emporter."

L'Australien Cadel Evans a conservé son maillot jaune de leader avec une seconde d'avance sur le Luxembourgeois Frank Schleck. L'Américain Christian Vande Velde est troisième à 38 secondes.

Cavendish a facilement réglé sur la ligne le Français Sébastien Chavanel et le Belge Gert Steegmans.

En l'absence de Tom Boonen et d'Alessandro Petacchi sur le Tour, le sprinter originaire de l'Ile de Man et âgé de 23 ans est le meilleur finisseur. Cette saison, il a notamment obtenu deux victoires d'étape sur le Giro et un succès au Grand Prix de l'Escaut.

Cavendish a été sélectionné par le Comité olympique britannique pour disputer sur piste la course à l'américaine aux Jeux olympiques de Pékin, en compagnie de Bradley Wiggins. Le duo s'est imposé dans cette épreuve aux Mondiaux sur piste en mars. En Chine, sa participation aux épreuves sur route n'est pas prévue.

Jeudi matin, l'équipe Saunier-Duval a quitté le Tour de France et suspendu toutes ses activités après l'annonce du contrôle positif de Ricco.

Le sulfureux Italien de 24 ans, vainqueur de deux étapes cette année, a été confondu après le contre-la-montre disputé à Cholet. Pierre Bordry, président de l'agence française de lutte contre le dopage (AFLD), a annoncé le résultat du test qui a débouché sur le retrait de l'équipe peu avant le départ de l'étape.

"C'est une décision d'équipe de ne pas prendre le départ de la course", a déclaré le directeur sportif de la Saunier Duval, Matxin Fernandez. "C'est notre leader, on ne peut pas faire comme si rien ne s'était passé.

"Nous suspendons les activités de notre équipe jusqu'à ce que nous sachions ce qui s'est passé", a ajouté Fernandez.

L'Italien a ensuite quitté le Tour dans une voiture de son équipe, escorté par des gendarmes sous les huées du public présent au départ.

Vainqueur de deux étapes de montagne et neuvième du classement général mercredi soir à 2 minutes et 29 secondes du maillot jaune Cadel Evans, Ricco faisait partie des coureurs ciblés par l'AFLD depuis les prélèvements sanguins effectués les 3 et 4 juillet derniers, avant le départ de l'épreuve. Il avait été contrôlé à plusieurs reprises par la suite.

Ricco avait déjà éveillé les soupçons à cause de son taux hématocrite, naturellement élevé selon lui. Un taux hématocrite élevé peut indiquer l'utilisation d'EPO mais ne suffit pas à la confirmer.

A la suite de sa victoire dans la neuvième étape, Ricco avait déclaré qu'il avait un taux hématocrite élevé depuis "qu'il était petit" avant d'ajouter qu'il espérait que "tout le monde cesse de parler de ça".

L'Italien ne cache pas son admiration pour Marco Pantani, vainqueur du Tour en 1998. Pantani a été soupçonné toute sa carrière avant de mourir d'une overdose de cocaïne en 2004.

Le contrôle positif de Ricco est le troisième depuis le début de la course. Avant lui, l'Espagnol de la Liquigas Manuel Beltran, testé positif à l'EPO après la première étape, et son compatriote Moises Duenas Nevado (Barloworld), lui aussi positif à cette substance après le contre-la-montre de Cholet, ont été exclus du Tour. AP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Tour de France: Evans au pied du mur alpestre, Cavendish abandonne   Dim 20 Juil - 22:56

AFP - Dimanche 20 juillet, 10h31

DIGNE-LES-BAINS (AFP) - La traversée du Midi dans la fournaise a laissé la hiérarchie du Tour inchangée pour le bonheur de l'Australien Cadel Evans, toujours maillot jaune samedi soir au moment d'aborder les Alpes.


Mais le début des étapes alpines a entraîné l'abandon du sprinter vedette de ce début de Tour de France, le Britannique Mark Cavendish, vainqueur de quatre étapes cette année.

Côté classement général, celui fixé à Hautacam lundi dernier est resté le même à Digne-les-Bains, à la seule exception des voltigeurs de l'équipe Saunier Duval partis en même temps que l'Italien Riccardo Ricco (exclu pour dopage).

"Je ne pensais pas garder le maillot jaune avec une seule seconde d'avance", a reconnu Evans, dont l'avance sur le Luxembourgeois Frank Schleck est minimale depuis quatre étapes.

Mais trois sprints ont conclu les trois étapes de transition qui ont mené au pied des Alpes. Après Cavendish, vainqueur imparable à Narbonne puis à Nîmes, l'Espagnol Oscar Freire a pris le dessus à Digne-les-Bains.

Cavendish, distancé dans la dernière côte, avait franchi la ligne, à près de trois minutes et demie, et annoncé son abandon dimanche matin à l'approche des Alpes.

Cavendish, fatigué par les deux premières semaines de course, a préféré ne pas disputer la 15e étape qui comprend deux ascensions, le col d'Agnel (hors catégorie) puis la montée finale de Pratonevoso en Italie.

Le coureur de l'île de Man doit disputer le mois prochain les JO de Pékin. Il détient le titre mondial de l'américaine sur piste.

Samedi, Evans et les autres candidats au podium sont restés à l'abri dans le peloton qui a pédalé sur des routes surchauffées, 32 degrés dans l'air et 40 degrés au sol selon les calculs des services des Départements de France.

L'équipe Silence du leader a seulement collaboré avec les Cofidis en début de course pour revenir sur l'échappée de 21 coureurs qui a lancé à toute vitesse la journée. En parcourant 97 kilomètres en deux heures (52,5 km dans la première heure !), le peloton trop pressé n'a pas eu le temps de contempler la beauté des Alpilles et du Lubéron.

Pourquoi Cavendish ne portait-il pas le maillot vert ?

En gagnant à Digne-les-Bains dans un sprint que Romain Feillu a essayé d'anticiper aux 500 mètres, Freire a enlevé son premier succès dans le Tour. Il a conforté sa position en tête du classement par points symbolisé par un maillot vert qu'il porte depuis plusieurs jours.

Cavendish, qui l'avait dominé à quatre reprises depuis le départ, n'occupait que la quatrième place dans ce classement. Le dragster de l'île de Man a payé ses limites sur les petites côtes, qui lui ont interdit de se mêler aux sprints des deux premières étapes (Plumelec, Saint-Brieuc).

S'il favorise les routiers-sprinteurs, le barème de points tient compte aussi des autres terrains (35 points pour le vainqueur d'une étape de plat, 20 pour la haute montagne) et réclame l'assiduité pour les prétendants au maillot vert.

Freire, qui s'est classé à... huit reprises dans les dix premiers depuis le départ de Brest, compte 47 points d'avance sur le Norvégien Thor Hushovd. Autant dire que, pour l'Espagnol, le plus dur désormais consiste à franchir les Alpes.

Quelle est l'étape la plus dangereuse pour Evans ?

"Toutes les étapes sont dangereuses", élude son directeur sportif Roberto Damiani avant de détailler le parcours menant dimanche à Pratonevoso.

"C'est un problème au niveau tactique. Il y a trois parties grosso modo dans cette étape: d'abord jusqu'à l'Agnel, ensuite jusqu'au pied de la dernière montée. L'idéal, c'est que les favoris arrivent ensemble au pied de la montée finale".

Evans a pris soin de reconnaître après le Dauphiné la route du col d'Agnel, un Géant des Alpes que le Tour n'a encore jamais escaladé. Ce col-frontière qui culmine à 2744 mètres d'altitude, à proximité du Mont Viso, a déjà été emprunté par le Giro, mais dans l'autre sens.

L'Australien s'attend, dans cette étape ou dans les deux suivantes (Jausiers, Alpe-d'Huez), à une offensive de grande envergure de l'équipe CSC et de ses deux pointes, Frank Schleck et l'Espagnol Carlos Sastre. "C'est la seule formation qui possède plusieurs solutions", remarque-t-il.

"Je suis conscient qu'on n'a pas la meilleure équipe en montagne", ajoute-t-il. "Mais jusqu'à présent ils (les équipiers) ont été fantastiques". Et de relativiser ce handicap: "En dehors des CSC, les leaders sont seuls en montagne. Personne n'a une équipe plus forte en montagne."

Evans le sait, il lui faudra jouer fin tactiquement. Et compter sur les autres coureurs du classement, intéressés par la victoire finale ou le podium. A commencer par le Russe Denis Menchov, pareillement esseulé dans les grands cols. Avec cinq coureurs en moins d'une minute (Evans, F. Schleck, Vande Velde, Kohl, Menchov), tout est possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Tour de France: Barloworld se retire du cyclisme à la fin de l'épreuve   Dim 20 Juil - 22:57

AFP - Samedi 19 juillet, 20h25

PARIS (AFP) - Barloworld va arrêter ses activités de sponsor dans le cyclisme après la fin du Tour de France 2008, après le contrôle antidopage positif de son coureur espagnol Moises Duenas sur la Grande Boucle, a annoncé l'entreprise samedi sur son site internet.


L'équipe continuera sous un autre nom jusqu'à la fin de la saison 2009. Elle "poursuivra son activité de façon régulière, les contrats avec les coureurs et l'encadrement seront honorés", selon sa direction.

Son manager général Claudio Corti a ajouté être en discussions avec d'autres sociétés. "Le cas de Moises Duenas est un cas isolé", a-t-il insisté.

Dans un communiqué, le parraineur a annoncé que "Barloworld, après avoir bien réfléchi, et en accord avec sa politique concernant le dopage, cessera ses activités de sponsoring dans le cyclisme après le Tour de France 2008".

Cette décision "fait suite aux agissements décevants de Moises Duenas, un membre de l'équipe, qui a été contrôlé positif à l'EPO, une substance interdite, après la 4e étape de la course", poursuit le communiqué.

"Nous souhaitons promouvoir les valeurs de notre entreprise à travers notre équipe. L'équipe Barloworld a une politique de tolérance zéro envers le dopage, qui a été constamment rappelée aux coureurs. Nous devons agir conformément à cette politique", explique notamment Chris Fisher, responsable de la communication de Barloworld.

"Cet incident a un impact négatif sur Barloworld et nos marques principales, que notre direction a le devoir de protéger", ajoute M. Fisher.

Duenas courait pour Barloworld depuis le début de l'année.

Le coureur espagnol, positif à l'EPO après le contre-la-montre de Cholet le 8 juillet, a été mis en examen jeudi notamment pour "usage et détention de plantes ou de substances vénéneuses".

L'équipe Barloworld, financée par un conglomérat sud-africain, est classée en deuxième division (échelon Continental Pro).

L'équipe britannique participe pour la deuxième fois au Tour de France après une première expérience l'année passée qui s'était soldée par deux victoires d'étape, par le grimpeur colombien Mauricio Soler et le routier-sprinteur sud-africain Robert Hunter, et l'obtention du maillot à pois du GP de la Montagne (Soler).

Dans son effectif, Barloworld compte notamment l'Australien Baden Cooke, l'Italien Enrico Gasparotto, l'Autrichen Christian Pfannberger et le Colombien Félix Cardenas, lequel était le compagnon de chambre de l'Espagnol Moises Duenas dans le Tour avant d'abandonner la course sur chute.

Barloworld ne compte plus que quatre coureurs en course (Augustyn, Cheula, Froome, Hunter).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Tour de France: Freire toujours vert, Evans reste en jaune   Dim 20 Juil - 22:58

Par François Thomazeau Reuters - Samedi 19 juillet, 17h06

DIGNE-LES-BAINS, France (Reuters) - Oscar Freire a profité samedi d'une défaillance de Mark Cavendish pour s'imposer au sprint à Digne-les-Bains dans la 14e étape du Tour de France et consolider son maillot vert.


Frustré de victoires par le sprinter britannique depuis le début de la Grande Boucle, le triple champion du monde s'était rabattu depuis sur le classement par points.

La côte de l'Orme, à quelques kilomètres de l'arrivée, s'est révélée trop escarpée pour Mark Cavendish, donnant enfin leur chance à ses rivaux.

Plus opportuniste, l'Espagnol a profité de cette aubaine pour l'emporter devant Leonardo Duque et l'inusable Erik Zabel et s'adjuger sa quatrième victoire d'étape sur le Tour de France, après celles glanées en 2002 et 2006.

Le classement général, figé depuis les Pyrénées, n'a pas varié : Cadel Evans a conservé jusqu'aux Alpes sa petite seconde d'avance sur Frank Schleck, l'Américain Christian Vandevelde restant sur le podium, à 38 secondes.

Cette hiérarchie devrait éclater dans les jours à venir sur les cols alpestres, avec en point d'orgue, mercredi, la montée vers l'Alpe d'Huez.

Il sera dit que chaque étape de ce Tour aura donné lieu à une longue échappée animée par des coureurs français, mais vouée à l'échec.

CANICULE

Sous la canicule provençale, les aventuriers de l'impossible furent cette fois Sandy Casar et William Bonnet, accompagnés de l'Espagnol Jose Ivan Gutierrez et du Néerlandais Bram Tankink.

Ces quatre hommes, membres d'une équipée initiale de 21 coureurs, comptèrent au maximum six minutes d'avance, ce qui condamnait leur entreprise.

Trois d'entre eux étaient repris sous la bannière des 20 derniers kilomètres, seul Gutierrez persistant dans l'effort dans le final.

L'Espagnol repris, la tête du peloton s'animait dans la montée du col de l'Orme, au-dessus de Digne et l'on voyait même les favoris du Tour se dégourdir les jambes : Evans allait ainsi chercher, Alejandro Valverde dans sa roue, l'Autrichien Bernhard Kohl, quatrième du général et sorti crânement à l'avant du paquet.

Cette passe d'armes était fatale à Mark Cavendish, l'excluant de l'emballage final et le privant d'une cinquième victoire sur ce Tour.

Comme la veille, Sylvain Chavanel sortait à nouveau dans les cinq derniers kilomètres, sans plus de réussite. Le sprint était aussi passionnant qu'indécis.

Parti de très loin, le Français Romain Feillu, éphémère maillot jaune de cette édition avant le contre-la-montre de Cholet, entretenait l'illusion avant d'être rejoint et passé par Erik Zabel.

Mais le sextuple maillot vert du Tour coinçait un peu au moment où le porteur actuel de son maillot fétiche donnait l'ultime et décisif coup de rein.

Place aux Alpes dimanche, où le peloton franchit la frontière italienne pour une transhumance de 183 km entre Embrun et Prato Nevoso.

Edité par Julien Prétot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Tour de France: chute et fractures multiples pour Oscar Pereiro   Dim 20 Juil - 22:59

AFP - Dimanche 20 juillet, 16h02

COL AGNEL (AFP) - L'Espagnol Oscar Pereiro, qui a chuté violemment dans une descente de la 15e étape du Tour de France, a été évacué avec des fractures de la clavicule, de l'épaule et du fémur, selon le premier pronostic du service médical du Tour.


Le coureur de l'équipe Caisse d'Epargne a basculé par dessus une barrière de sécurité dans la descente du col Agnel, dans les Alpes, et a lourdement chuté plusieurs mètres en contrebas sur la route, laissant craindre quelques instants des conséquences encore plus dramatiques.

Pereiro occupait la 15e place de la course, à 6 min 1 sec du leader Cadel Evans.

Pereiro avait remporté le Tour du France 2006 suite au déclassement de l'Américain Floyd Landis.

L'accident est survenu dans la première étape alpestre du Tour, entre Embrun et Prato Nevoso, en Italie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Tour de France: Simon Gerrans remporte la 15e étape, Frank Schleck nouveau maillot jaune   Dim 20 Juil - 23:00

AP - Dimanche 20 juillet, 18h40

PRATO NEVOSO, Italie - L'Australien Simon Gerrans (Crédit Agricole) a remporté dimanche la 15e étape du Tour de France disputée sur 183 kilomètres entre Embrun et Prato Nevoso et qui a conduit à un changement de leader.

Neuvième de l'étape, le Luxembourgeois Frank Schleck (CSC) a pris le maillot jaune qui était la propriété de l'Australien Cadel Evans (Silence-Lotto).

Schleck compte désormais sept secondes d'avance sur l'Autrichien Bernahrd Kohl (Gerolsteiner) et huit sur Cadel Evans.

Cadel Evans, maillot jaune depuis la 10e étape et l'arrivée à Hautacam dans les Pyrénées le 14 juillet, n'a pu conserver la seconde d'avance qu'il comptait le matin au départ d'Embrun sur Schleck.

"Jusqu'à aujourd'hui, je n'avais pas vu la possibilité de reprendre cette seconde", a déclaré Frank Schleck. "Je remercie l'équipe car elle a fait le show. Carlos (Sastre) a été très fort et mon frère (Andy) a mis tout le monde dans le rouge".

Avant la deuxième journée de repos lundi, six coureurs se tiennent en moins d'une minute au classement général. Le Russe Denis Menchov (Rabobank) est quatrième à 38 secondes, l'Américain Christian Vande Velde (Garmin) est cinquième à 39 secondes, et Carlos Sastre (CSC) pointe à 49 secondes.

Lors de cette étape marquée par l'ascension du col d'Agnel classé hors catégorie et par la montée finale sur Prato Nevoso (1er catégorie), Simon Gerrans a devancé sur la ligne ses compagnons d'une échappée au long cours, l'Espagnol Egoi Martinez (Euskatel) deuxième à trois secondes et l'Américain Danny Pate (Garmin) troisième à 10.

"Je suis surpris par ma victoire", a déclaré Gerrans "Dans le dernier col, j'ai décidé de m'accrocher. Gagner une étape du Tour, c'est le plus beau truc du cyclisme".

Cette 15e étape pluvieuse a été marquée par la chute spectaculaire dans la descente du col d'Agnel du vainqueur du Tour 2006, l'Espagnol Oscar Pereiro, contraint à l'abandon après avoir été conduit à l'hôpital pour plusieurs blessures notamment à l'épaule.

La 16e étape conduira mardi le peloton de Cuneo à Jausiers sur 157 kilomètres avec deux ascensions hors catégorie les cols de la Lombarde et de la Bonnette. Le lendemain, les rescapés monteront à l'Alpe d'Huez après avoir grimpé auparavant le Galibier et le Télégraphe AP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Tour de France: Frank Schleck relance le suspense   Lun 21 Juil - 8:49

AP - Dimanche 20 juillet, 23h31

PRATO NEVOSO, Italie - Frank Schleck (CSC) a profité de l'entrée dans les Alpes pour ravir le maillot jaune du Tour de France à Cadel Evans, lors d'une 15e étape remportée dimanche par un autre Australien, Simon Gerrans, au terme de 183 kilomètres mouvementés entre Embrun et Prato Nevoso.

Leader de la Grande Boucle depuis le 14 juillet et l'arrivée à Hautacam lors de la 10e étape, Cadel Evans n'a pu conserver la petite seconde d'avance qu'il possédait le matin sur le Luxembourgeois.

Harcelé lors de l'ultime ascension vers Prato Nevoso, "Manneke", "petit homme" en flamand, le surnom d'Evans dans l'équipe Silence-Lotto, a finalement cédé sous les coups de boutoir des Denis Menchov, Bernahrd Kohl, et autre Carlos Sastre.

Neuvième de l'étape, Frank Schleck passera la journée de repos lundi en leader, avant les deux terribles dernières étapes alpestres mardi et mercredi. La trilogie s'achèvera sur les hauteurs de l'Alpe d'Huez, l'un des terrains de chasse du longiligne coureur de 28 ans, qui s'y était imposé en 2006.

"C'est un rêve de gosse qui se réalise" a déclaré Frank Schleck, qui a endossé le maillot jaune sous les yeux de son père Johnny, ex-coéquipier de Luis Ocana.

"Je remercie toute l'équipe qui a fait le show", a souligné Frank Schlek. Sa première pensée est allée à son frère cadet Andy qui a dynamité le peloton des favoris dans l'ultime ascension.

"Mon frère a mis tout le monde dans le rouge", a-t-il dit. "Dommage qu'il ait eu une fringale à Hautacam, sinon on serait trois avec Carlos Sastre".

L'Espagnol, sixième de l'étape, a contribué à déstabiliser Evans, trop seul dans les ascensions.

Si la CSC a montré sa force en montagne, d'autres n'ont pas dit leur dernier mot. Le Russe Menchov (Rabobank) aurait sans doute pu prétendre au maillot jaune sans une chute dans un virage sur la route humide, alors qu'il venait de lâcher tous les favoris dans l'ultime ascension. L'Autrichien Bernahrd Kohl (Geroslteiner), révélation de ce Tour 2008, s'est lui aussi porté avec facilité aux avant-postes.

Kohl, troisième du Dauphiné Libéré 2006, est désormais deuxième du classement général, à sept secondes de Frank Schlek. Cadel Evans, troisième à huit secondes, tentera de reprendre des forces dans les bras de sa femme Chiara venue l'accueillir à Prato Nevoso.

"Il n'est pas déçu, il savait qu'il avait beaucoup de chances de perdre le maillot", a déclaré Roberto Damiani, le directeur sportif de la formation Silence-Lotto.

Si Frank Schleck va tenter de devenir le premier Luxembourgeois vainqueur du Tour de France depuis Charly Gaul en 1958, la course reste très ouverte. Six coureurs se tiennent en moins d'une minute. Menchov est quatrième à 38 secondes, l'Américain Christian Vande Velde (Garmin) cinquième à 39, alors que Sastre est sixième à 49 secondes.

Simon Gerrans (Crédit Agricole), parti avec trois coureurs le matin vers le 15e kilomètre, a réglé au sprint ses camarades d'échappée. Il a devancé de trois secondes l'Espagnol Egoi Martinez et de 10 secondes l'Américain Danny Pate, alors que Jose Luis Arrieta a fini à 55 secondes.

Bernahrd Kohl a pris la première place du groupe des favoris en finissant cinquième à 4:03 minutes. Cadel Evans a fini 13e de l'étape à 4:50.

Les échappés ont profité d'un grave accident de course pour mener à bien leur entreprise. Car la chute d'Oscar Pereiro, dans la descente du col d'Agnel pour la première fois empruntée par la Grande Boucle, a frappé les esprits. Passé par dessus la balustrade et tombé cinq mètres en contrebas, l'Espagnol, vainqueur du Tour 2006, a été évacué sur l'hôpital de Cueno.

"Il est toujours à l'hôpital. Il n'a jamais perdu connaissance. Il a très mal à l'épaule gauche où il a deux ou trois fractures", a déclaré Eusebio Unzue, le directeur sportif de l'équipe Caisse d'Epargne.

La Caisse d'Epargne a communiqué dimanche soir le diagnostic finale: "Oscar Pereiro souffre d'une fracture complète du troisième supérieur de l'humérus gauche avec déplacement", a annoncé un communiqué. "Le coureur galicien sera transporté en hélicoptère à l'hôpital de Turin, où il passera un scanner afin de mesurer la portée de la lésion, ainsi que de vérifier si d'autres structures telles que les vaisseaux sanguins ou les nerfs ont pu être affectés par la chute."

Cette chute a refroidi les ardeurs du peloton, alors que devant, le quatuor continuait sa folle échappée. A 50 kilomètres du but, une chute collective cette fois, au passage d'un rond-point à l'asphalte mouillé par la pluie, n'a pas contribué à augmenter la cadence. AP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 40
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: [Cyclisme] Tour De France 2008   Lun 21 Juil - 11:22

Cette année l' avenir du Tour s' asombrit encore davantage ! brisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 40
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Tour de France: 16e étape sur les cimes de la Bonette, sous les yeux de Sarkozy   Mar 22 Juil - 10:59

(AFP) - Le Tour de France emmené par son nouveau maillot jaune Frank Schleck passe par son point le plus haut, le col de la Bonette à 2802 mètres d'altitude, mardi sur la route entre Cuneo (Italie) et Jausiers, une 16e étape que suivra en partie le président Nicolas Sarkozy.

"Le président de la République se rendra mardi 22 juillet 2008 dans l'après-midi sur la 16e étape du Tour de France. Le chef de l'Etat la suivra, depuis Saint-Etienne de Tinée dans les Alpes-Maritimes jusqu'à l'arrivée à Jausiers dans les Alpes-de-Haute-Provence", selon un communiqué de la présidence.

Après une journée de repos lundi, les 153 kilomètres sans partie plane qui séparent la ville italienne, fière cité juchée sur son plateau dans le décor alpestre, de la petite bourgade française (1100 habitants), comportent deux ascensions majeures: le col de la Lombarde et la Bonette, classées hors catégorie.

A partir de Cuneo, de longs faux-plats mènent au pied de la Lombarde, une longue montée de 21,5 kilomètres (à 6,9%) inédite dans la Grande Boucle.

Au sommet (2351 m d'altitude) qui marque la frontière (km 72,5), la course bascule vers Isola 2000 et la vallée de la Tinée pour remonter tout de suite sur l'interminable col de Restefond (25,5 km à 6,5%) qui contourne la cime proprement dite de la Bonette, la plus haute route goudronnée d'Europe utilisée seulement à trois reprises par le Tour (1962, 1964 et 1993).

Lors de son dernier passage en 1993, la course avait escaladé l'autre versant, qui sera emprunté cette fois dans le sens de la descente sur 23,5 kilomètres. L'arrivée est jugée au bas du col, à Jausiers, aussitôt après avoir franchi l'Ubaye.

Le bourg de montagne, d'où partirent les frères Arnaud au début du XIXe siècle pour la Louisiane (création d'Arnaudville) et le Mexique en prélude à l'émigration de nombreux habitants de la vallée, est située aux portes du parc national du Mercantour.

Dimanche à l'arrivée de la 15e étape, le Luxembourgeois Frank Schleck a détrôné l'Australien Cadel Evans en tête du Tour de France. L'étape avait été gagnée par l'Australien Simon Gerrans (Crédit Agricole) dans la station italienne de Prato Nevoso.

Mais les écarts restent minces et rien n'est encore joué: six coureurs (F. Schleck, Kohl, Evans, Menchov, Vande Velde, Sastre) sont désormais séparés par moins de 50 secondes.

Evans, attaqué de toutes parts, a légèrement faibli dans les tout derniers kilomètres de la première étape alpestre dimanche. L'aîné des frères Schleck (CSC), qui occupait la deuxième place du classement à 1 seconde depuis la sortie des Pyrénées, a sprinté dans les derniers hectomètres pour grignoter 9 secondes à son rival.

Départ de Cuneo à 12h30, arrivée à Jausiers vers 16h52 (prévision à 36 km/h de moyenne).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Cyclisme] Tour De France 2008   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Cyclisme] Tour De France 2008
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Cyclisme:Tour Med.
» cherche pouliche 2008 ou 2009
» Tour du Cantal 2009
» Un meuble support pour mon tour
» Fourgon prêt pour...Un tour du monde !...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doumie :: Au quotidien :: Loisirs-
Sauter vers: