Doumie

Au lieu d'un site, un forum pour partager...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le nez et l’odorat du chien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Le nez et l’odorat du chien   Lun 23 Juin - 9:10

Chez le chien, l’odorat peut être considéré comme le sens numéro un. Il sert pour la chasse, pour se repérer, pour communiquer entre individus et indiquer ses préférences alimentaires. Le chien reconnaît plus facilement son maître, sa maison, à l’odeur plutôt qu’à la vue. Le flair est également important dans la perception et l’appréciation des aliments. Il prime même sur le goût : si l’odeur ne convient pas à l’animal, il refusera d’y goûter.

Par rapport à l’homme, l’odorat du chien est un million de fois plus développé, les cellules cérébrales liées au décryptage des odeurs sont 40 fois plus nombreuses dans le cerveau du chien. Cette grande sensibilité olfactive est également due à la surface du récepteur, la muqueuse olfactive, qui mesure chez le chien 150cm3 contre 3 cm3 chez l’homme.

La muqueuse repose sur des cornets osseux du nez dans le prolongement des narines du chien. Ces cornets sont irréguliers et séparés par des sinus entre lesquels s’engouffre l’air inspiré et s’emprisonnent les odeurs. Un autre organe situé au fond de la cavité nasale, l’ethmoïde, constitué lui aussi de cellules sensorielles, est destiné à l’olfaction.

Les odeurs au contact de ces cellules déclenchent des modifications chimiques entraînant un message nerveux qui aboutit par le nerf olfactif à la zone du cerveau traitant l’information.

La perception des odeurs est variable en fonction de leur composition chimique, du degré d’hygrométrie de l’air ambiant ou de leur poids moléculaire. Une molécule lourde et légèrement soluble dans l’eau est plus facilement perçue. C’est sur ces bases que travaillent les chiens détecteurs d’odeurs humaines (chien de décombre, d’avalanche, de pistage…), ou d’objets (drogues, explosifs, armes…).

D'après l'Encyclopédie du Chien de Royal Canin

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Le nez et l’odorat du chien   Mer 25 Juin - 10:04

C'est le sens le plus développé chez le chien. L'appareil olfactif est très proche de celui de l'homme.

L'appareil olfactif :
C'est par les narines que l'air, et donc les molécules odorantes qu'il contient, pénètre dans la cavité nasale. Celle-ci est composée de deux lames osseuses qui s'enroulent pour former les cornets. Ils sont séparés par une cloison médiane.

- le cornet supérieur : dans lequel va circuler une petite partie de l'air inhalé. Ce cornet est tapissé d'une muqueuse formant une sorte de labyrinthe : la muqueuse pituitaire. La muqueuse pituitaire joue plusieurs rôles :

les cils qui la recouvre débarrassent l'air de ses impuretés et le dirige vers la lame criblée de l'ethmoïde.
fortement vascularisée elle réchauffe l'air ambiant.
elle est pourvue de nombreuses cellules nerveuses, qui, par l'intermédiaire des nerfs olfactifs transmettent au cerveau les différentes odeurs.
-le cornet inférieur : dans lequel passe la plus grande partie de l'air. Celui-ci sert à la respiration, il se dirige vers le pharynx et les voies respiratoires.

"L'organe de l'odorat que les chiens paroissent avoir plus fin et plus parfait qu'aucun autre animal ... " (Daubenton)

Les chiens ont un odorat beaucoup plus développé que l'homme. Ceci est du :

- à la longueur de la muqueuse pituitaire (beaucoup plus longue chez le chien)
- au nombre beaucoup plus important de cellules olfactives,
- à la zone olfactive du cerveau plus développée chez le chien.

A quoi sert l'odorat ?

Une fonction vitale :

A l'origine le chien doit chasser pour se nourrir et leur formidable odorat les guidait pour trouver leur nourriture, aujourd'hui les chiens n'ont plus cette nécessité. Cette fonction reste toutefois importante chez le chiot. Sourd et aveugle à la naissance, c'est l'odeur qui va le guider vers sa mère pour trouver les mamelles et ainsi s'allaiter.

Les odeurs ont une fonction relationnelle :
Les odeurs provenant des glandes sudoripares (même si ces dernières sont peu nombreuses chez le chien), les glandes anales, les phéromones, l'urine sont autant d'informations pour les aniamaux. Ils déterminent ainsi s'il s'agit d'un chien, dominant ou non, d'une chienne, si elle est en chaleur ... Ils pourront ainsi reconnaître un autre chien, adapter leur comportement à ce dernier.
Les phéromones agissent également sur le comportement du chiot, la mère rassure ainsi son bébé. Elles sont utilisées maintenant en médecine vétérinaire, afin de tranquilliser les chiens anxieux lors de séparation, ou les chiens sensibles aux bruits (orages...).

L'odorat du chien est utilisé par l'homme :

De nombreux chiens sont éduqués pour rechercher des personnes ensevelies sous des décombres ou la neige et pour la détection de stupéfiants ou la recherche des truffes.

Cani-Wap

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Pourquoi les chiens ont-ils l'odorat si développé ?   Mer 25 Juin - 10:06

L'odorat du chien est un million de fois supérieur à celui de l'humain. Les odeurs en suspension dans l'air sont captées par des cellules spéciales regroupées. On appelle ce regroupement la tache olfactive. Cette tache est située dans le haut et vers l'arrière du nez, très près du cerveau. Chacune de ces cellules olfactives possède des petits cils enrobés de mucus qui prennent les odeurs au piège. Les cellules olfactives transmettent les informations au centre de l'odorat du cerveau par le nerf olfactif. Le cerveau interprète les informations reçues. Chez l'humain, la tache olfactive est très petite, environ 4 cm2 de superficie (plus petit qu'un timbre) et contient environ 5 millions de cellules olfactives. Chez le chien, la tache olfactive est beaucoup plus grande. Selon la race, elle peut atteindre une superficie de 150 cm2 (chez le berger allemand) et contenir de 125 à 200 millions de cellules olfactives. Plus il y a de cellules olfactives, plus l'odorat est développé. Les chiens sont capables de détecter de très faibles quantités de substances odorantes. Le flair est différent d'une race à l'autre et aussi d'un individu à l'autre. Par exemple, les champions sont les bassets et les bergers, on dit qu'ils ont un "grand nez". Par contre, les dogues, les lévriers et les terriers ont moins de nez. On dit d'eux qu'ils ont le nez "court". Grâce aux qualités subtiles de son odorat, le chien est utilisé par l'homme pour déceler les fuites de gaz, par les services de police dans la recherche des drogues, et par les sauveteurs, dans la recherche des victimes d'avalanches ou de blessés enterrés sous les décombres. La performance du chien pisteur dépend de plusieurs facteurs : la fraîcheur de la piste, la santé du chien (un chien en bonne santé a la truffe humide et cette surface mouillée aide à retenir et à absorber les odeurs qui flottent dans l'air), la présence ou l'absence de végétation qui retient les odeurs, l'état de sécheresse du sol ou son degré d'humidité (l'humidité retient davantage les odeurs) D’autres facteurs entrent en ligne de compte : les conditions météorologiques, les conditions du champ électromagnétique (il est plus difficile de pister par temps orageux ou dans le voisinage d'une ligne à haute tension). Le sexe du chien est également un facteur déterminant : en général, les femelles pistent mieux que les mâles .

http://www.radio-canada.ca

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: L'odorat chez le chien   Jeu 26 Juin - 7:28

L'os ethmoïde est tapissé d'une fine peau (muqueuse) qui porte des cils chargés de nettoyer l'air. La muqueuse olfactive est constituée d'un épithélium comprenant trois types de cellules:

* les cellules olfactives
* les cellules interstitielles
* les cellules basales.

La muqueuse nasale :


1. Cellule engainante
2. Cellule basale
3. Glande de Bowman
4. Cellule de soutien
5. Neurone sensoriel
6. Cil
7. Mucus



L'air qui passe dans le cornet supérieur, et donc dans l'os ethmoïde, est débarrassé de ses particules solides par les cils de la muqueuse.

Les molécules odorantes arrivent jusqu'à la lame criblée où elles sont récupérées par les cellules olfactives : les informations sont transmises au cerveau où elles sont mémorisées et analysées.

Les cellules olfactives

Elles sont appelées cellules réceptrices : leur nombre est évalué à 5 millions chez l'homme et 35 fois plus chez le chien. Ce sont des véritables neurones sensoriels.
Une extrémité traverse la membrane basale et se transforme en axone pour entrer en contact avec le neurone suivant. L'autre extrémité émerge de l'épithélium sous forme de cils, lesquels baignent dans un mucus (sécrétion visqueuse produite par les glandes de la muqueuse), utile à la fois pour dissoudre et concentrer les molécules odorantes.
Chaque neurone comprend environ 1000 cils qui portent des récepteurs protéiques captant les molécules odoriférantes.
La cellule olfactive est le seul neurone en contact direct avec l'environnement extérieur. Cette particularité est sans doute due à l'apparition très ancienne de l'odorat dans l'évolution.

Les cellules interstitielles et basales


Ces cellules, dites de soutien, assurent la cohésion de la muqueuse et enrobent le corps des neurones en ne laissant passer que l'extrémité sensorielle. Ce tissu renferme des glandes de Bowman qui secrètent le mucus de surface dans lequel baignent les cils olfactifs.

La surface de la muqueuse varie en fonction de celle de l'os ethmoïde (grande différence entre les brachycéphales et les longilignes).

Par exemple, on estime à :

* 150cm2 à 200 cm2 la surface chez un berger allemand ou un labrador (150 à 200 millions de cellules olfactives)
* 100 millions de cellules chez le fox terrier ou le bulldog
* 4 cm2 et 5 millions de cellules olfactives chez l'homme

Les chiens ont une muqueuse olfactive plus étendue et des récepteurs olfactifs plus nombreux que l'homme, mais en plus la sensibilité unitaire de chacun de ces récepteurs semble meilleure chez les canidés que chez les humains.

L'aire cérébrale consacrée au traitement des informations olfactives est également plus étendue chez le chien que chez l'homme.

Le mucus serait également secrété en plus grande quantité chez les chiens.

Les centres nerveux de l'olfaction :


1- Bulbe olfactif
2- Tractus olfactif
3- Nerf olfactif

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Le nez   Jeu 26 Juin - 7:33

La truffe :

Elle est couverte d'une peau épaisse généralement noire, parfois marron, présentant parfois des zones de dépigmentations. L'humidité de la truffe participe à la finesse de l'odorat.

Le squelette du nez :

1. Cornet nasal supérieur
2. Cornet nasal inférieur



Le nez est séparé en deux parties :
- le cornet nasal supérieur constitué par l'os ethmoïde; c'est sur cet os que sont captées les molécules odorantes.
-le cornet nasal inférieur qui débouche dans les voies respiratoires et qui amène l'air chargé d'oxygène.

L'appareil olfactif :



1- Cornet nasal supérieur
2- Cornet nasal inférieur
3- Lame criblée
4- Emplacement des narines
5- Emplacement du cerveau


L'air inspiré est séparé en deux par les cornets nasaux :

* le courant le plus important passe dans le cornet nasal inférieur et sert à la respiration, l'air est réchauffé et dépoussiéré.
* le second courant passe dans le cornet supérieur et donc dans l'os ethmoïde, où il est également réchauffé en tourbillonnant dans les volutes.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Le nez et l’odorat du chien   Jeu 26 Juin - 7:35


Analyse des odeurs :


Comme la gustation, l'olfaction est un sens chimique, mais l'analyse des odeurs est un processus bien plus complexe que celui des saveurs. Si une saveur se classe selon quatre primaires: l'amer, le sucré, l'acide ou le salé, la gamme de l'odorat semble beaucoup plus étendue (de 4 à 44 primaires selon les chercheurs).
Il semble aujourd'hui admis que le stimulus est composé de molécules à l'état gazeux amenées par le mouvement inspiratoire. Les deux modalités de stimulation sont la voie nasale et la voie rétronasale (depuis la cavité buccale à travers le pharynx).
La molécule odoriférante doit entrer en contact direct avec la muqueuse. En outre, pour être active, elle doit présenter une composition chimique qui la rende capable d'entrer en interaction avec els cellules nerveuses réceptrices de la muqueuse olfactive.

La perception olfactive :

Le seuil de sensibilité olfactive est défini comme la plus petite concentration d'une substance volatile nécessaire pour donner naissance à une sensation d'odeur.
On peut observer expérimentalement que le seuil de réponse aux odeurs est extraordinairement bas. Pour les corps chimiques les plus actifs (les plus odorants), ce seuil peut atteindre chez le chien une dilution de un million de milliardième (10 puissance -15) : l'odorat du chien est 1 million de fois plus sensible que celui de l'homme.

Chaque récepteur stimulé par une molécule active envoie une information dans les bulbes olfactifs; cette information est distribuée et interprétée dans différentes zones du cerveau, entraînant parfois une réaction active du chien, consciente ou inconsciente.
La latence d'une sensation est d'environ 0,5 seconde.

De nombreux facteurs physiologiques (état de vigilance, infections) ou physiques (température, humidité) peuvent modifier l'acuité olfactive.
Certains arguments permettent de supposer qu'il existe différentes catégories de récepteurs, ce que semble démontrer, en pathologie, l'apparition d'anosmie spécifique (incapacité à percevoir certaines odeurs). Ces "cécités olfactives" sont très souvent génétiques et les spécialistes en ont répertorié un peu plus d'une soixantaine différentes. Elles pourraient s'expliquer par l'absence d'un type particulier de récepteurs olfactifs.

Odeur et société :

Même s'il est avéré que l'odorat a perdu de son importance chez l'homme, il conditionne encore de façon consciente ou inconsciente un grand nombre de comportement sociaux. Dès la naissance, alors que la vision et l'ouïe ne sont pas développées, le chien est capable de sentir sa mère et de la retrouver à l'odeur.
En vieillissant, il perdra progressivement la vue et l'ouie, mais conservera jusqu'au bout son odorat.

Dr Didier Vandeputte pour chien.guide.org

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...


Nombre de messages : 741
Age : 39
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: Le nez et l’odorat du chien   Jeu 26 Juin - 13:27

Magnifique topice Nounouch ! kiiisss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...


Nombre de messages : 741
Age : 39
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Un flair incomparable   Ven 18 Juil - 15:38

S’il y a quelque chose à sentir, le chien le sent!

Le chien a un odorat incomparable. De tout temps, les hommes ont travaillé avec certaines races de chiens pour traquer le gibier. Aujourd’hui, même si nous considérons les chiens comme des animaux de compagnie plutôt que comme des chasseurs, ils n’ont rien perdu de leur flair légendaire.

Beaucoup de chiens renifleurs passent leur vie à travailler, à traquer des criminels en fuite, par exemple, ou à chercher des personnes portées disparues ou noyées. Dans les aéroports et les postes frontières, les chiens peuvent repérer des bombes, des armes à feu et de la drogue en reniflant des odeurs quasi imperceptibles. Ce sont des partenaires loyaux de la lutte contre le crime, s’acquittant de tâches difficiles que seul le meilleur ami de l’homme peut accomplir! Les pompiers font appel aux chiens quand ils croient qu’un incendie est d’origine criminelle, car les chiens peuvent déceler les odeurs résiduelles. L’industrie pétrolière et gazière emploie des chiens pour déceler les fuites dans des conduits enfouis à plusieurs mètres dans le sol. Plus étonnant encore, on a vu des chiens déceler des lésions cancéreuses chez des gens. Bien que le mécanisme qui permet de déceler les cancers, y compris les mélanomes (cancer de la peau) chez les humains soit mal compris, il pourrait s’agir d’un autre exemple des services que le flair des chiens rend à l’homme.

Au Canada, des équipes de chiens entraînés par la Canadian Avalanche Rescue Dog Association servent à retrouver les victimes d’avalanches. Ailleurs dans le monde, les chiens font partie des équipes de sauveteurs mises sur pied à la suite de désastres naturels (éruptions volcaniques ou séismes) ou d’actes de terrorisme, comme ce fut le cas au World Trade Center, à New York. La détection de mines antipersonnel dans des contrées lointaines comme l’Afghanistan est une autre des nombreuses tâches qu’un chien renifleur accomplit avec succès.

Quand les chercheurs vétérinaires ont étudié le cerveau du chien, ils ont constaté qu’il contenait un très grand lobe olfactif, capable de traiter une grande quantité de sensations olfactives recueillies par le nez. Ce lobe est quatre fois plus grand que celui de l’homme, même si le cerveau de ce dernier est bien plus gros. Puisqu’une grande partie de son cerveau sert à décoder les odeurs, on peut conclure que l’odorat joue un rôle prépondérant chez le chien. Les tissus sensoriels qui se trouvent dans la cavité nasale couvrent aussi une plus grande surface que chez l’humain, et les récepteurs qui décodent les molécules porteuses d’odeurs sont beaucoup plus sensibles que les nôtres. Les chiens semblent capables de discerner, parmi un mélange d’odeurs, celles qui les intéressent, et aussi de remonter jusqu’à la source de ces odeurs. On évalue que la capacité de déceler des odeurs et de les distinguer est de 10 000 à des millions de fois plus élevée chez le chien que chez l’humain. Ainsi, le berger allemand, considéré comme un des champions renifleurs, possède 220 millions de cellules sensorielles, comparativement à seulement 5 millions chez l’homme. Le chat a dix fois plus de récepteurs olfactifs que l’humain, de sorte que son odorat est plus sensible que le nôtre, mais pas autant que celui du chien.

Une fois qu’une odeur atteint le nez du chien, l’humidité contenue dans les fosses nasales (mucus) et la moiteur du nez aident à retenir les molécules porteuses et à les décoder. Les fosses nasales, situées dans le museau, ont la forme de conduits en spirales complexes appelés labyrinthes nasaux, dont les parois sont recouvertes de cellules sensorielles qui forment l’épithélium olfactif. Pour renifler, le chien inhale à petits coups profonds, ce qui modifie la direction de l’air dans le nez de manière à activer les principaux tissus olfactifs. Ensuite, le nerf qui se termine dans ces récepteurs spécialisés transmet, par le truchement du nerf olfactif, l’information sur l’odeur perçue au lobe olfactif situé dans le cerveau.

On dit que les animaux peuvent sentir la peur, mais cette croyance n’est pas fondée car la peur est une émotion. Toutefois, la recherche a permis de relever certains faits intéressants. Quand un animal ou une personne ressent de la peur, du stress ou une autre émotion intense, le corps subit des changements, comme la production d’un type différent de sueur. Chez l’homme, des glandes sudoripares spéciales (apocrines) libèrent de la sueur très odorante. La température plus élevée du corps et, peut-être, la dégradation bactérienne de cette sécrétion, produisent une odeur qu’un chien pourrait interpréter comme un signe de peur. Les mouffettes possèdent une glande du genre de l’apocrine particulièrement évoluée, qui libère leur odeur bien connue quand un intrus s’approche d’elles.

Les vétérinaires ont rarement à évaluer l’odorat d’un animal, sauf dans le cas où un bon chien policier ou de chasse perd sa capacité de suivre la trace des odeurs. En soi, l’anosmie, ou perte de l’odorat, ne représente pas un problème grave chez le chien, mais elle peut indiquer que l’animal a subi un traumatisme crânien ou qu’il souffre d’une infection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le nez et l’odorat du chien   Aujourd'hui à 17:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Le nez et l’odorat du chien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chien castré ou pas le castré...?
» odeur forte de chien
» Activités canines: pourquoi forcer le chien?
» Chien ou chat: qui est le meilleur?
» Comment travailler le flair/odorat de nos chiens ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doumie :: Le monde vivant :: Les animaux :: Les toutous-
Sauter vers: