Doumie

Au lieu d'un site, un forum pour partager...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Actu / Divers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Actu / Divers   Mar 20 Mai - 6:17

Google dévoile son service d'informations médicales sur internet


Reuters - Lundi 19 mai, 23h01

NEW YORK (Reuters) - Google a dévoilé Google Health, son très attendu service d'informations médicales sur internet.


Le service (http://www.google.com/health/), protégé par un mot de passe, établit un profil de l'utilisateur à partir des données médicales élémentaires qu'il aura stockées et lui propose des informations pertinentes.

Un lien permet aux utilisateurs de trouver un médecin en faisant une recherche géographique ou par spécialisation. La "boîte à pilules virtuelle" prévient l'internaute quand il doit prendre ses médicaments ou l'avertit d'éventuelles interactions entre deux traitements.

Ce service en ligne inclut des liens vers les principales chaînes américaines de pharmacies, les médecins et les hôpitaux.

Walgreen, Longs Drugs Stores, CVS Caremark, AllScripts, Quest Diagnostics et la Cleveland Clinic figurent parmi les partenaires de "Google Health" (Google Santé).

Cette annonce a été faite par Google lors d'une conférence de presse consacrée à son coeur d'activité, la recherche sur internet.

"Si quelqu'un peut démystifier ce qu'est la médecine, et en faire quelque chose d'amusant, c'est Google", a déclaré lors de la conférence de presse le Dr. Michael Roizen, un des responsables de la Cleveland Clinic.

Eric Auchard à New York et Amanda Beck in San Francisco, version française Mathilde Gardin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Firefox 3.0 : Mozilla veut entrer dans le Guinness des records   Mer 4 Juin - 15:31

Par Vincent Hermann PCINpact - il y a 2 heures 59 minutes

Mozilla compte bien lancer Firefox 3.0 en grandes pompes. Alors que la version Release Candidate 2 est toujours prévue pour demain, la société a l’intention de faire du lancement officiel un record, au sens littéral du terme. Ainsi, une nouvelle page du site SpreadFirefox a été créée pour comptabiliser les promesses de téléchargement, et créer un authentique record dans le Guinness.


Mozilla récupère pour le moment des promesses de téléchargements. La date de la sortie officielle sera bientôt annoncée, et des courriers électroniques seront envoyés à tous ceux qui se seront inscrits pour les avertir de la disponibilité du téléchargement. On peut ainsi « contempler » une carte mondiale des promesses de téléchargements, chaque pays étant coloré selon le nombre de ces promesses. La France y apparaît en jaune, avec plus de 31 000 engagements à l’heure où nous écrivons ces lignes. La Pologne et le Brésil sont en orange avec environ 54 000 promesses chacun, et les États-Unis sont en rouge avec plus de 112 000 promesses.

Bien sûr, l’entrée dans le livre des records est une chose, mais générer un buzz et de la visibilité en sont d’autres. Mozilla compte effectivement récupérer de nouvelles parts de marché pour devenir un peu plus un acteur sur qui il faut compter. En ligne de mire, toujours Microsoft, qui prépare son Internet Explorer 8, dont le moteur par défaut doit normalement être basé sur les standards du web.

Notons qu’une initiative intéressante et humoristique a vu le jour avec SaveTheDevelopers.org : « Sauvez un développeur. Mettez à jour votre navigateur ». Le but est simple, puisqu’il s’agit de faire passer le message qu’il est important d’installer la dernière version de butineur favori, dans une optique de se débarrasser d’Internet Explorer 6, qui complique tellement la vie des développeurs web.

Donnons-leur un coup de main et mettons à jour nos navigateurs :

- Internet Explorer

- Firefox

- Opera

- Safari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: eBay condamné pour contrefaçon   Mer 4 Juin - 21:23

Citation :
Le site d'enchères en ligne a été condamné pour «contrefaçon», par le tribunal de grande instance de Troyes et devra débourser 20.000 euros de dommages et intérêts au groupe Hermès.

C'est l'avocat du groupe de luxe, Me Emmanuel Colomes, qui avait plaidé début avril 2008 devant le TGI de Troyes pour dénoncer le phénomène de contrefaçon auquel participait le site d'enchères américain, et avait, par ailleurs, réclamé 30.000 euros de dommages et intérêts. En effet, une utilisatrice du site d'enchères avait vendu en ligne trois sacs Hermes pour 3.000 euros, dont deux étaient en réalité contrefaits.

Selon le TGI, par «la vente des sacs et des accessoires de marque Hermès sur le site ebay.fr l'utilisatrice et eBay ont commis des actes de contrefaçon par reproduction et imitation des marques françaises au préjudice de Hermès international». Dès lors, ce dernier a condamné l'utilisatrice et eBay «à payer à Hermès 20.000 euros à titre de dommages et intérêts».

Par ailleurs, les groupes de luxe Louis Vuitton et Dior Couture ont également assigné, en septembre 2007, le site américain devant le tribunal de commerce de Paris lui réclamant respectivement 20 millions et 17 millions d'euros de dommages et intérêts.

Source : Le Figaro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Facebook dans le collimateur de la Cnil   Mer 4 Juin - 21:25

Samuel Laurent (lefigaro.fr) avec AFP
28/05/2008
.
La commission nationale de l'informatique et des libertés reproche au site communautaire sa gestion des données personnelles de ses abonnés.

Facebook inquiète la Cnil. Le réseau social créé par Mark Zuckerberg et qui a déferlé l'an dernier sur la France, où il compte quelque 1,9 millions d'utilisateurs, négocie actuellement avec la commission informatique et libertés, de même que d'autres réseaux sociaux au sujet du traitement des données personnelles.

La Cnil s'interroge sur la conservation par ces réseaux des informations laissées par leurs utilisateurs. Sur Facebook, comme sur MySpace, Orkut ou autres, on laisse en effet toute une série de données : son adresse mail, son âge, ses livres ou films préférés… De plus, Facebook et les autres réseaux sociaux sont basés sur les croisements et interaction entre les membres. Le site est donc à même de croiser vos données avec celles de vos proches pour cibler plus précisément encore vos goûts.

«Vous vendez vos données»

Mais cette utilisation des données personnelles inquiète la Cnil. Qui reproche au site de ne pas «anonymiser» les données recueillies, pour éviter qu'elles soient reliées à un nom précis. Autre question soulevée par la commission, celle des applications tierces que Facebook propose. Tests, jeux, quizz… Toutes, ou presque, nécessitent pour les utiliser d'autoriser leurs gestionnaire à accéder à vos données. Les utilisateurs «vendent leurs données à caractère personnel», le plus souvent sans le savoir, explique Gwendal le Grand, chef de service expertise informatique à la Cnil.

Pour le moment, la commission se contente de discuter avec Facebook. Un groupe de travail européen, baptisé G29, fait de même dans chaque pays de l'Union. Il devrait rendre un avis sur cette question des données personnelles d'ici l'automne, que la Commission pourrait ensuite transposer sous forme de directive. «La balle est dans le camp de Facebook», explique encore Gwendal le Grand.

La question des données personnelles va devenir de plus en plus importante sur Internet, à mesure que se multiplient les réseaux sociaux. Car bien plus que leur audience, ce sont ces données et leur revente aux annonceurs qui représentent la principale source de valorisation des plateformes communautaires comme Facebook, estimée à 15 milliards de dollars.

Le scandale «Beacon»

Le PDG de Facenbook, Mark Zuckerberg, avait créé la polémique en expliquant, lors d'une conférence avec des annonceurs fin 2007, que son service leur permettait de cibler très précisément leurs publicités. «Rien n'influence plus une personne que la recommandation d'un ami à qui l'on fait confiance», avait lancé le jeune patron.

Le site avait cependant dû reculer, début décembre 2007, en permettant à ses abonnés de désactiver le programme «Beacon», qui suivait leurs activités sur des sites partenaires, comme eBay, et en avertissait leurs amis sur Facebook. Une intrusion dans la vie privée peu appréciée par les associations de consommateurs américaines.

Face à ces questions, la Cnil veut agir au plus vite. Principalement en informant les internautes. «Vous n'êtes pas la seule personne qui contrôle la diffusion des informations qui vous concerne» sur le web, estime Gwendal Le Grand, qui craint une fracture entre «ceux qui gèrent et ceux qui ne gèrent pas» leur identité numérique. Premiers visés : les 12-25 ans. La commission va lancer une série d'informations dans les collèges et les lycées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Firefox 3.0 est disponible en version Release Candidate 2   Jeu 5 Juin - 12:50

Par Vincent Hermann PCINpact - il y a 2 heures 25 minutes

Comme prévu, Firefox 3.0 est disponible au téléchargement en version Release Candidate 2. La nouvelle mouture du navigateur peut être considérée comme pratiquement finale, et ceux qui attendaient une version stable peuvent s’essayer au logiciel de Mozilla sans trop de risques. Le seul problème sera éventuellement la compatibilité des extensions et des thèmes graphiques.

Vis-à-vis de la version RC1, des bugs ont bien entendu été corrigés. Pour ceux qui sont actuellement sur la branche 2.0.X du navigateur, voici les nouveautés de la version 3.0 :

Sécurité :

- Meilleure présentation de l’identité des sites web, avec support des certificats Extended Validation SSL

- Protection contre les malwares

- Pages d’erreurs SSL plus strictes

- Intégration de l’antivirus installé dans le gestionnaire de téléchargements

Facilité d’utilisation :

- Meilleure présentation et découverte des extensions

- Gestionnaire de téléchargements amélioré

- Recherches et indicateur de progression dans la barre de statut

- Amélioration de la reprise de téléchargements mis en pause

- Zoom sur la page entière

- Meilleure intégration visuelle sous Vista, Mac OS X et Linux

Personnalisation :

- Ajout dans les marque-pages d’un seul clic

- Dossiers intelligents pour les marque-pages

- Barre d’adresse employant un algorithme présentant en premier les résultats les plus significatifs quand on y écrit une adresse. La recherche est effectuée dans l’historique et les marques-pages et est basée sur la fréquence d’utilisation, ainsi que le caractère récent ou non de la visite

- Possibilité d’enregistrer les applications web en tant que gestionnaires par défaut de protocoles

- Meilleure personnalisation des actions de téléchargements en fonction des types de fichiers

Fonctionnalités :

- Nouvelle architecture de rendu des graphiques et des polices

- JavaScript 1.8

- Changements majeurs dans le moteur de rendu HTML pour améliorer le support de certains éléments comme les CSS ou encore les tables

- Les contrôles des formulaires en ligne sont désormais natifs, leur apparence dépend donc directement du système d’exploitation utilisé

- Gestionnaire de profils de couleurs

- Support des applications hors ligne

Performances :

- Meilleure fiabilité des données utilisateurs

- Améliorations de l’architecture pour un rendu plus rapide des pages web

- Plus de 350 fuites mémoires corrigées

- Nouveau collecteur XPCOM pour réduire encore les pertes mémoires

- Réduction de la consommation en mémoire vive

Les intéressés pourront télécharger la version française ou anglaise (pour les irréductibles) avec les liens suivants :

Versions françaises :

- Windows

- Mac OS X

- Linux

Versions anglaises :

- Windows

- Mac OS X

- Linux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Firefox 3 : la RC2 disponible en téléchargement   Jeu 5 Juin - 15:30

Par Guillaume Deleurence, 01net. 01net. - il y a 2 heures 9 minutes
Citation :


Une nouvelle version de Firefox 3 est disponible en téléchargement depuis hier, 4 juin. Il s'agit de la Release Candidate 2, autrement dit une version très proche de ce que sera le navigateur final.

Au mois de mai dernier, la fondation Mozilla avait mis à disposition des internautes une RC1. Après la découverte de quelques bugs, elle avait pris la décision de proposer une RC2, repoussant la sortie de la version définitive. Celle-ci devrait intervenir dans le courant du mois de juin, sauf si de nouveaux bugs bloquants venaient à être mis au jour. On saura alors si la fondation Mozilla parvient à relever le défi qu'elle s'est lancé, à savoir établir le record du plus grand nombre de téléchargements en 24 heures.


La fondation Mozilla publie la version Release Candidate 1 de son futur logiciel, en attendant la définitive, prévue pour juin.

L'arrivée de Firefox 3 se précise. La fondation Mozilla, qui édite le navigateur Web open source, vient de rendre disponible en téléchargement sur son site (voir ici sur 01net.) la version Release Candidate 1 (RC1). Il s'agit là d'une version de test s'adressant en priorité à la communauté des développeurs Web. Les internautes qui l'installent doivent savoir qu'ils utiliseront une version contenant des bugs et ne permettant pas de faire fonctionner certains modules complémentaires.

Cette RC1, disponible dans plus de 45 langues, dont le français, pour Windows, Linux et Mac OS, est une version quasi finalisée. Ce qui signifie que la version stabilisée de Firefox 3 sera bien proposée dans les semaines qui viennent, en principe en juin.

D'autres RC à attendre

« L'expérience prouve que la première RC n'est presque jamais la bonne, compte tenu de la complexité d'un logiciel tel que Firefox. Il est fort probable que d'autres Release Candidate soient publiées », indique sur son blog Tristan Nitot, président de Mozilla Europe.

La troisième mouture de Firefox ne représentera pas une révolution, mais apportera quelques nouveautés intéressantes. Le logiciel au panda rouge, grâce au nouveau moteur de rendu Gecko 1.9, devrait se montrer plus performant dans l'affichage des pages Web et moins gourmand en mémoire vive.

Le grand rival de Firefox, Internet Explorer 8, sera quant à lui disponible en version finale à compter du second semestre de cette année. Le navigateur de la fondation Mozilla représente, selon des chiffres récents, 29 % des visites en Europe, contre 65 % pour le logiciel de Microsoft.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
belle onyx
Complètement déjantée mwa?!?
Complètement déjantée mwa?!?
avatar

Nombre de messages : 1816
Age : 68
Localisation : cote d'azur
Humeur : ONYX mon ange tu nous manque !!!!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: RE:Actu./ Divers...   Jeu 5 Juin - 15:36




avec le nouvel ordi j'ai installer firefox 3.0 et c'est yop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Google teste treize nouvelles fonctions pour Gmail   Ven 6 Juin - 23:07

Par Julie de Meslon, 01net. 01net. - Vendredi 6 juin, 17h30

Chez Google, même les beta tests sont réinventés. La firme vient en effet d'adopter un nouveau procédé pour faire évoluer Gmail, sa messagerie en ligne. Au lieu d'y ajouter d'emblée de nouvelles fonctions, Google préfère les soumettre aux utilisateurs qui peuvent, s'ils le souhaitent, les tester une à une. Une opération sans risque pour eux ou leur PC, puisque Gmail reste hébergé sur les serveurs de Google et qu'ils peuvent à tout moment revenir à la version habituelle de leur messagerie.

Cette initiative porte le nom de Gmail Labs. Les fonctions proposées en test sont directement accessibles depuis l'interface de Gmail, dans le menu Paramètres, où un espace « Labs » apparaît. Pour le moment, Gmail Labs est réservé aux utilisateurs anglophones, mais Google dit travailler à un élargissement global. En attendant, il suffit de sélectionner l'anglais en langue d'affichage dans les « Paramètres » de Gmail pour y accéder.

Des fonctions anecdotiques

Treize fonctions sont proposées en test. Elles n'ont rien de bien révolutionnaires, ce qui laisse à penser que Google cherche plus à évaluer son nouveau système de beta test que les fonctions elles-mêmes. Parmi les plus intéressantes, « Quick Links » permet en deux clics d'enregistrer les liens menant aux divers contenus de la messagerie (mail, rendez-vous, etc) comme des favoris. Citons par ailleurs un petit module de personnalisation de raccourcis clavier limité au périmètre de Gmail, ou encore une fonction inutile de navigation « gestuelle », permettant de passer d'une page à une autre en déplaçant sa souris.

Petit clin d'oeil googlesque, « Email addict » s'adresse elle aux inconditionnels du mail, en figeant pendant quinze minutes l'interface de leur messagerie pour les protéger de l'overdose. Chaque fonction peut être activée ou désactivée d'un clic -et indépendamment les unes des autres- dans l'espace Gmail Labs. Google propose aussi une « issue de secours », si la fonction testée perturbait le bon usage de Gmail : la désactivation pure et simple de Gmail Labs. Selon Google, les commentaires des utilisateurs seront pris en compte pour choisir les fonctions qui seront défitivement retenues et intégrés dans Gmail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Le gouvernement disposé à appliquer un filtrage renforcé du Net   Ven 6 Juin - 23:07

ZDNet.fr - Vendredi 6 juin, 18h24

Que prépare exactement le gouvernement en matière de surveillance et de filtrage de l'internet ? Les futures orientations semblent inquiétantes, si l'on se fie à un document en cours de rédaction au sein du ministère de l'Intérieur, que se sont procurés nos confrères de PC Inpact. Il s'agirait d'une charte « sur la confiance en ligne », qui imposerait aux fournisseurs d'accès internet, aux opérateurs télécoms et aux éditeurs de nouvelles obligations.

Certaines mesures exigeraient ainsi des FAI de bloquer certains ports « auprès de clients mettant en jeu la sécurité du réseau », ou de « préconfigurer les équipements fournis aux utilisateurs afin qu'ils atteignent un niveau de sécurité par défaut optimal selon l'état de l'art ». En vrac, le texte demande aussi que les FAI puissent suspendre, voir supprimer des contenus (probablement issus des blogs) en l'absence de mise à jour au bout de trois mois.

Il serait également envisagé de demander un filtrage, a priori, des contenus sur les sites pour mineurs, et surtout de donner aux différents prestataires un rôle très accru en matière de surveillance des contenus illicites sur la Toile.

Le gouvernement aurait soumis sa version à l'ensemble des acteurs concernés, en espérant recueillir leur signature avant le 10 juin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Le gouvernement accusé de préparer le filtrage du Net   Ven 6 Juin - 23:08

Par Stéphane Long, 01net. 01net. - Vendredi 6 juin, 18h40

C’est un document de quatre pages qui a mis le feu aux poudres. Vendredi 6 juin 2008, le site PC Inpact met en ligne un texte intitulé charte « Confiance en ligne », dont le ministère de l’Intérieur serait à l’origine.


Ce document, visiblement encore à l’état de brouillon, serait en discussion entre les acteurs du Net, fournisseurs d’accès à Internet, et opérateurs mobiles, fournisseurs de services en ligne et éditeurs. Il liste une série d’engagements destinés à renforcer la sécurité d’Internet et à en faire « un environnement le plus sûr possible pour tous les citoyens ».

Blocage de certains ports de communication

Les acteurs signataires de cette charte s’engageraient à améliorer la sécurité des utilisateurs. Notamment en les informant des risques qu'ils encourent sur le Net, en leur indiquant une liste d’outils de protection à leur disposition ou encore en leur prodiguant les bons conseils pour lutter contre le spam. Jusque là, rien de bien choquant. Mais la suite, consacrée aux « engagements pris auprès des autorités », est au cœur de la polémique.

Les prestataires s’engageraient en effet à communiquer certains contenus et comportements sur la Toile qu’ils jugeraient suspicieux ou présentant un risque pour la sécurité des personnes et des biens, cela sans qu’il soit fait état d’un quelconque cadre juridique. La Quadrature du Net, association pour la défense des libertés publiques, y voit la mise en place d’un « dispositif de surveillance généralisé et de contrôle de l'information digne du régime chinois ».

D’autres mesures suscitent l’inquiétude, comme la possibilité pour les FAI de suspendre ou carrément de supprimer les espaces de discussion en cas d’absence de mise à jour ou de modération pendant trois mois. Le blocage de certains ports de communication sur les équipements des internautes mettant en jeu la sécurité du réseau et le contrôle a priori des espaces destinés aux mineurs font également craindre à certains la mise en place d'un système de filtrage du Web.

Autant de sujets dont les différents acteurs d'Internet devront discuter. Le gouvernement se serait donné jusqu’au 10 juin pour faire signer cette charte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Rouen : procès d'internautes ayant projeté le viol d'une fillette   Ven 6 Juin - 23:24

Deux hommes comparaissent, soupçonnés d'avoir, en 2007, préparé sur Internet l'enlèvement, la séquestration, le viol et la torture d'une fillette dans la banlieue de Rouen. Ils encourent jusqu'à dix ans de prison.

Le procès en correctionnelle de deux internautes, soupçonnés d'avoir au printemps 2007 préparé sur Internet l'enlèvement, la séquestration, le viol et la torture d'une fillette, s'est ouvert jeudi matin 5 juin au palais de justice de Rouen (Seine-Maritime).
les deux hommes, Christian Cadart, 49 ans, dit "Helliot", domicilié au Grand-Quevilly, près de Rouen, et Hervé Limbour, 41 ans, dit "Diablo", originaire de Nice (Alpes-Maritimes), sont poursuivis pour "participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un crime". Les débats doivent durer deux jours.
Les deux auteurs présumés du projet encourent jusqu'à dix ans de prison.

Projet de séquestrer, violer, torturer

Les deux hommes avaient été dénoncés le 28 mars 2007 par un internaute belge de l'association Child Focus qui avait alerté la justice de son pays.
La police belge avait aussitôt infiltré un de leurs enquêteurs sur le réseau internet. Ce dernier, inscrit sous le pseudonyme de "Tyler", était rentré en contact avec les deux hommes qui, au cours de leur conversation sur le web, projetaient d'enlever une fillette entre 5 et 9 ans pour la séquestrer, la violer, la torturer et la marquer au fer rouge avec un "S" comme soumise.
"C'est un dessein criminel qui a été fourbi et ourdi de longue date, c'est des mois de préparation, c'est des instruments achetés, des chaînes, des locaux reservés", a estimé avant l'audience Me Olivier Baratelli, avocat de la Fondation de l'Enfance, partie civile.
"Le fait qu'ils se retrouvent devant le tribunal correctionnel parce que, Dieu merci, la police a inflitré leur réseau, devrait être une grande satisfaction pour eux, car ils devraient être devant une cour d'assises", a-t-il souligné.
A l'inverse, Me Bruno Averlant, avocat de "Diablo", s'est dit "intimement convaincu qu'il n'y aurait pas eu de passage à l'acte". "C'est un montage purement intellectuel, et sûrement sordide et minable, immoral, amoral. Mais, me semble-t-il, il n'y a rien d'illégal", a-t-il déclaré. De même pour Me Philippe Lescène, avocat de "Helliot", "on est dans le virtuel". "On ne punit pas les intentions", a-t-il fait valoir.


Infiltrés par la police

C'est après avoir gagné la confiance de "Helliot" et avec une collaboration parfaite entre les justices belge et française que l'enquêteur belge se déplacera jusqu'en Normandie où, le 11 mai 2007, l'internaute rouennais lui fera visiter un local technique de France Télécom (son employeur) à Grand-Quevilly. C'est dans l'une des pièces de ce bâtiment auquel il avait accès qu'il projetait de séquestrer sa victime.
"Helliot" sera interpellé le jour même. Son complice "Diablo" l'avait été neuf jours plus tôt suite à l'écoute de conversations téléphoniques dans lesquelles il voulait passer à l'acte près de chez lui à Nice.
Un troisième homme, originaire de la région d'Orléans (Loiret), âgé de 31 ans et connu sur le web sous le pseudo de "Dada", comparaît également lors de ce procès. Au cours de l'enquête, les gendarmes ont retrouvé à son domicile près de 5.000 photos de mineurs à caractère pédophile. (Avec AP)

Source : Nouvel Obs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Charte et filtrage du web : réactions du ministère de l'Intérieur   Sam 7 Juin - 21:50

Par Marc Rees PCINpact - Vendredi 6 juin, 22h53

Par la voix d’un des conseillers de Michèle Alliot-Marie, le ministère de l’Intérieur nous a contactés ce soir pour nous apporter plusieurs éclaircissements sur les pages publiées dans nos colonnes, en confirmant du même coup la pertinence de nos sources.


Document provisoire, appel à commentaires

Première information, qu’on savait déjà : « nous sommes sur un document de travail, une négociation où l’on essaye de contractualiser de bons rapports de travail avec les acteurs du Web ». De plus, nous corrige-t-on, la Charte n’est pas destinée à être signée et finalisée ce 10 juin. « Ce n’est pas une réunion conclusive ». A cette date, FAI et autres acteurs du web seront simplement invités à fournir leurs observations sur les différents chapitres et points du document transmis voilà peu. Des sujets qui sont également débattus aux actuelles Assises du numérique.

Faisant foi d’une démarche « pragmatique », le ministère nous confie que cette charte sera bien rédigée avec ces acteurs. « Nous n’imposons pas de document, ce sera une plume à plusieurs voix ». En bref, ce texte encore imparfait sera mis en débat, édité avec les FAI et les prestataires qui restent libres d’accepter ou de refuser, ou d’observer. De même, toutes les procédures mises en place ou suivies le seront dans le strict respect du droit, le passage relatif aux « réquisitions non standards » ne devant donc être interprété dans le sens premier.

Respect scrupuleux des règles

« Il n’y a aucune tentative de contourner le rôle du juge. On n’a rien inscrit de plus qui n’était pas inscrit dans la loi, sauf le contrôle des sites pédopornographiques » tempère-t-on. Des passages relatifs aux quotas, au filtrage des ports, au contrôle a priori à l’entrée des espaces pour mineurs (qui ne concernerait finalement que les solutions de contrôle parental), la suppression des contenus passifs au bout de 3 mois, etc. ne sont pourtant pas de base légale impérative. Autre problème, le texte en question ignore superbement le statut particulier des hébergeurs, qui est pourtant encadré par la loi sur la confiance dans l'économie numérique. Dans ce grand bouillon d'engagements, on a surtout l'impression que le parapluie de la LCEN reste aux vestiaires.

Laurent Baup, du Forum des Droits sur l’Internet le dira à 20minutes, «comme tout document de travail, il va être débattu et amendé. Rien de ce qui est listé n’est définitif. C’est une première mouture.» Mais l’intervention apparente du FDI sur certains passages de ce texte surprend déjà l’April, qui représente les utilisateurs au sein de ce forum et s’interroge : « on n’a jamais été informé que le FDI travaillait là-dessus » nous indique ce soir l’association qui se souvient de l’échec du Label Confiance au sein du FDI, un ancêtre des mesures proposées. « On ne comprend pas qu’on présente le Forum comme impliqué dans cette charte, alors que le document n’a pas été soumis à qui que ce soit. Au prochain Conseil d’orientation, nous demanderons des explications. Ce n’est pas le conseil d’orientation qui a réfléchi sur ce sujet là ». En attendant, ces données sont donc discutées entre ministères et industriels.

Contractualiser les rapports avec les FAI


Côté Interieur, pas de doute : « notre rôle est de protéger les citoyens contre la délinquance, nous travaillons sur la sécurisation du web pour les personnes. Or, nous avons de plus en plus d’escroqueries, d’images pédophiles, d’incitations à la haine raciale. Nous avons donc besoin que les FAI répondent vite dans ce cadre, sur tout ce qui correspond à cette cyberdélinquance. C’est pour cela que l’on souhaite contractualiser nos rapports. ». Une démarche en harmonie avec le discours de Michèle Alliot-Marie qui déclarait le 14 février dernier « je me tournerai […] vers l'ensemble des acteurs concernés par la lutte contre la cybercriminalité. Je pense en premier lieu aux fournisseurs d'accès à Internet. J'entends engager avec eux un dialogue constructif sur les actions à mener en commun contre la cybercriminalité. (…) Je souhaite une charte de bonnes pratiques améliorant la coopération avec les opérateurs de communications électroniques. »

Pas de big brotherisation du Web

« La délinquance évolue vite. S’il faut une semaine pour obtenir d’un FAI les adresses IP, la localisation d’une personne, etc., et qu’un attentat est commis, plus personne ne dira que nos mesures étaient exorbitantes du droit commun (…) il nous faut les moyens techniques pour ne pas être en retard sur les technologies », un retard que ne peut combler semblerait-il une modification législative. Preuve du statut d'ébauche du document, des éléments comme le filtrage des ports pourraient finalement être retirés, selon la pertinence des critiques. Autre éclairage clairement annoncé cette fois : « Il n’a pas d’idée de contrôle P2P sur les contenus » (une démarche que soutient l’industrie du disque). « Nulle part il n’est dit que le gouvernement souhaite filtrer d’autres sites que les sites pédopornographiques ». Une idée que poursuit bec et ongle l'industrie de la culture et qui s'inscrira plutôt dans le projet Hadopi, malgré les critiques au Conseil d'Etat.

Liste noire des sites pédopornographiques et rôle des FAI

Sur ce terrain ultra sensible du filtrage des contenus pédopornographiques, il existe à ce jour une plateforme à laquelle est reliée l’AFA (association des fournisseurs d’accès) via des points de contact et qui permet de dénoncer ces contenus dits « odieux ». Lorsque les sites sont hébergés en France, c’est la justice française qui prend ensuite le dossier en charge, via la police. Lorsqu’ils sont situés hors du territoire, la plateforme transmet à interpole ou Europole qui fait fermer l'espace. « C’est cette même plateforme qui hébergera la liste noire des sites pédopornographiques ».

Là, il a été demandé aux FAI de fournir les meilleures solutions en fonction des spécificités techniques du réseau français, « et on se limitera au secteur de la pédopornographie » insiste encore le ministère. Un exercice périlleux, d’autant que les FAI qui se heurtent à des problèmes techniques de faisabilité, craignent qu’on leur demande d’une part de fermer des sites qui se révèlent finalement non pédophiles, ce qui met en cause leur responsabilité. Et d’autre part, qu’ils aient à analyser le contenu, rôle normalement dévolu à l’État.

Pour le reste, les débats relatifs aux questions de mœurs, etc. sont renvoyés dans les mains des parents « qui doivent prendre leurs responsabilités», et au ministre de la famille « qui doit les accompagner ». Réagissant au contenu de la Charte, la Quadrature du Net a une analyse un peu différente : « Le but du pouvoir exécutif français n'est pas de lutter efficacement contre la criminalité avec des mesures adéquates car nécessaires, appropriées et proportionnées. Il s'agit de contrôler par tous les moyens le seul média libre qui ne lui obéit pas » estime Christophe Espern, co-fondateur de l'initiative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Google déçoit avec les nouvelles fonctionnalités de Gmail   Mar 10 Juin - 12:15

ZDNet.fr - Lundi 9 juin, 17h30

Technologie

Lorsque Google annonce de nouvelles fonctionnalités dans sa messagerie électronique, on s'attend généralement à quelques innovations très pratiques et ergonomiques, dont la société est coutumière. A fortiori quand les « Gmails Labs » proposent un total de treize fonctions en test.

Rien de tout cela, cette fois. On est en présence d'une collection de gadgets qui, dans leur ensemble, n'apportent pas grand-chose pour une gestion plus efficace des courriers électroniques, ni même pour une recherche plus aisée. Les ingénieurs de Google se sont surtout amusés à rajouter de la couleur (nouvelles icônes pour marquer un courrier important), des photos (possibilité d'insérer les photos de ses correspondants dans le chat) ou des jeux dans l'interface.

Quelques-unes se distinguent malgré tout, à l'image de Quick Links, la meilleure de toutes : elle permet de créer des raccourcis vers une conversation, une recherche ou un rendez-vous. Des raccourcis qui apparaissent alors dans la colonne de menus à gauche.

Peu d'options pour personnaliser l'interface

Autres fonctions dignes d'être relevées : la possibilité de personnaliser les raccourcis clavier d'une part, et de naviguer d'un simple mouvement de souris d'autre part pour passer, par exemple, d'un courrier à l'autre (plus besoin de cliquer).

Google laisse, par ailleurs, peu de liberté à ses utilisateurs pour personnaliser l'interface : ils peuvent décider du format de la date, supprimer l'indication de courriers non lus ou le statut de ses amis dans le chat. Les plus pointilleux seront heureux d'apprendre que l'on peut enfin supprimer les agaçants « -- », qui apparaissent au dessus de chaque signature personnalisée.

Aux utilisateurs de Gmail à présent de donner leurs commentaires (*) : Google s'en servira pour garder ou supprimer les diverses fonctionnalités proposées. À part Quick Links, les autres peuvent aisément tomber aux oubliettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Le Conseil d'Etat favorable à la riposte graduée   Sam 14 Juin - 6:03

Le Conseil d'Etat a rendu jeudi un "avis favorable" au projet de loi "Création et Internet", qui doit instaurer la riposte graduée. La ministre de la Culture, Christine Albanel, s'en est félicitée. Mais le texte pourrait avoir été revu par le Conseil avant d'être approuvé...



­Dans un communiqué, la ministre de la Culture, Christine Albanel, a annoncé, et s'est félicitée, de l'"avis favorable" rendu jeudi par l'assemblée générale du Conseil d'Etat à propos du projet de loi "Création et Internet".

Ce texte propose les différentes mesures élaborées par le gouvernement pour lutter contre le téléchargement illicite des oeuvres, dont la fameuse "riposte graduée".

Le Conseil d'Etat, qui a procédé au cours des deux derniers mois à un examen "particulièrement approfondi" du texte, a, selon le communiqué, "validé les différentes options retenues par le gouvernement" pour mettre en oeuvre les accords de l'Elysée du 23 novembre 2007 signés par 47 entreprises ou organismes représentatifs du cinéma, de la musique, de l'audiovisuel et de l'Internet."

Cet avis va à l'encontre de ceux rendus par l'Arcep, la Cnil et le Parlement européen, qui condamnaient tous un dispositif disproportionné.

Amendement du texte?

Selon PC INpact, le rapporteur du Conseil d'État considérait pourtant que la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur l'Internet (Hadopi) qui doit être mise en place ne devait en aucun cas disposer des pouvoirs de filtrage, dévolus à la seule autorité judiciaire. Aurait-il été désavoué?

Peut-être pas, si l'on considère que le conseil d'Etat peut très bien avoir amendé significativement le projet initial, tout en respectant les grandes lignes des accords de l'Elysée (accords Olivennes). Cet avis favorable permet donc au projet de loi de continuer son chemin... reste maintenant à savoir ce qu'il contient vraiment.

Le texte est aujourd'hui entre les mains du Premier ministre et du président de la République. Il sera présenté mercredi 18 jui, lors du Conseil des ministres.

Christine Albanel a indiqué lundi qu'elle n'avait "pas perdu l'espoir que le texte passe en première lecture devant le Sénat avant l'été, même si le programme est très chargé". La ministre table toujours sur une entrée en vigueur du texte avant le 1er janvier 2009.



Par LEXPRESS.fr - publié le 13/06/2008


Dernière édition par Nounouch le Sam 14 Juin - 6:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Daniel Fava: "La charte 'Confiance en ligne' n'est pas claire"   Sam 14 Juin - 6:11

La charte du ministère de l'Intérieur liée au label "Confiance en ligne", censée améliorer la sécurité de tous sur Internet, inquiète associations d'internautes et professionnels. Daniel Fava, président de l'Association des fournisseurs d'accès et de services Internet (AFA) et directeur général d'Alice France, donne son avis sur ce texte à LEXPRESS.fr.


DR
Daniel Fava est président de l'Association des fournisseurs d'accès et de service à Internet (AFA) et directeur général d'Alice France.


La charte liée au label "Confiance en ligne" fait des remous chez les acteurs du Web. Qu'en pensez-vous?

Cette Charte est un non-événement. Elle n'apporte rien de nouveau. Le texte réexplique seulement la loi. Lorsqu'il a été dévoilé sur Internet, il y a eu un mouvement de panique: tout le monde a pensé que les FAI allaient devenir "Big Brother". Mais ces inquiétudes sont surtout liées à des problèmes de forme, d'écriture du texte.
Le ministère de l'Intérieur nous a tous réunis lundi matin (fournisseurs d'accès à Internet, éditeurs et associations) pour faire un point sur le texte. Nous avons tous fait la même remarque: le texte est flou, souvent équivoque, et il y a beaucoup d'amalgames qui sont faits.

Quels amalgames par exemple?

Entre autres, la charte donne des obligations aux FAI et aux hébergeurs sans différencier leur statut; or, nous, FAI, n'avons pas les mêmes devoirs, selon la loi française, que les hébergeurs, en ce qui concerne les contenus. La charte vise ainsi à mettre en place un filtrage et une suppression de certains contenus, alors que, en tant que fournisseurs d'accès, nous sommes obligés par la loi sur la Poste et les Télécommunications d'assurer un service sans discontinuité. Il nous est donc impossible de supprimer l'accès à un site ou à une page d'un site.

D'autres parties du texte reflètent également une méconnaissance des lois déjà appliquées. Par exemple, la loi oblige déjà les FAI à conserver et transmettre les données en cas de procédure judiciaire.

Justement, l'inquiétude des associations d'internautes se porte aussi sur cette sortie du domaine judiciaire pour donner à une police administrative toute autorité pour contrôler l'Internet.

L'AFA coopère pleinement avec le ministère de l'Intérieur, en lui signalant tout contenu ou comportement interdit (pédopornographie, cybercriminalité...) repéré par les internautes. Nous sommes bien entendu d'accord avec la volonté du gouvernement d'avoir un environnement Internet le plus sûr possible, notamment en ce qui concerne la sécurité des enfants qui surfent sur le Web. Cependant, pour nous, le filtrage doit toujours se faire par le biais judiciaire. Nous l'avons déjà dit, nous ne sommes pas favorables à ce que les pouvoirs du juge soient transférés à une haute autorité administrative.




Par Bérénice Dubuc - publié le 10/06/2008-L' Express.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Riposte graduée : le projet de loi préconise un an de suspension de l'abonnement internet   Sam 14 Juin - 6:16

Par ZDNet.frpublié le 06/05/2008 19:13:02

Le projet de loi destiné à lutter contre le téléchargement illégal, actuellement devant le Conseil d'Etat, prévoit un an de suspension d'abonnement à un FAI, sauf si l'internaute reconnaît les faits. Dans ce cas sa suspension sera plus courte, d'un ou de six mois.


Les internautes qui téléchargent de manière illicite des oeuvres protégées par le droit d'auteur pourraient voir leur abonnement suspendu pendant un an. Une période durant laquelle ils continueraient de payer leur FAI et seraient dans l'incapacité de « souscrire un autre contrat de même nature auprès de tout fournisseur ».

Cette nouvelle disposition pour lutter contre le piratage est inscrite dans le projet de loi « relatif à la Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet (Hadopi) ». Du moins dans sa version la plus récente, c'est-à-dire celle étudiée actuellement par le Conseil d'État, et dont le collectif « La Quadrature du Net » s'est procurée une copie.

« Cette version confirme l'extrémisme de ses rédacteurs » estime Christophe Espern, cofondateur du collectif. « « Ce texte est contraire au droit communautaire, que ce soit sur le terrain des droits fondamentaux ou de la libre concurrence. Il nie la réalité sociale, économique et technique démontrant l'absence totale de réflexion des pouvoirs publics français sur les enjeux du numérique.» poursuit-il.

Collaborer pour réduire la sanction

Le texte prévoit toutefois un moyen pour échapper aux douze mois de coupure d'internet : collaborer avec l'autorité administrative chargée de lutter contre le piratage. La personne en infraction se verrait proposer « une transaction » donnant lieu à « la suspension de l'accès au service pour une durée plus courte, d'un mois ou de six mois ».

Pour en bénéficier, l'abonné devrait reconnaître les faits qui lui sont reprochés et s'engager à respecter la loi. Mais, en reconnaissant les faits, il perd du coup ses possibilités de recours et de contestation.

Dans le cadre d'un abonnement à une offre triple play, seul l'accès internet pourra être coupé, mais pas celui au téléphone ou à la télévision. « La suspension de l'accès s'applique strictement et limitativement à l'accès à des services de communication au public en ligne. Lorsque ce service d'accès est acheté selon des offres commerciales composites incluant d'autres types de services, tels que services de téléphonie ou de télévision, les décisions de suspension ne s'appliquent pas à ces services », peut-on lire dans le texte.

Les abonnés au triple-play à l'abri

Sauf que techniquement, il pourra être difficile de ne couper que l'accès au Net. C'est pourquoi, dans le cas où l'isolement d'un service en particulier, n'est pas possible, le projet de loi prévoit qu'aucun des accès ne soit coupé.

Les abonnés au triple play seraient donc relativement à l'abri de ces mesures. « Ce qui constitue une rupture du principe d'égalité devant la loi et est donc anticonstitutionnel », estime-t-on à La Quadrature du Net.

Enfin, le texte précise que toute personne ayant porté atteinte à « au moins une oeuvre ou un objet protégé par un droit d'auteur ou par un droit voisin » peut être visé par ces mesures. L'idée d'un contrôle dépendant du volume de fichiers échangés n'est donc plus d'actualité. En outre, il n'y a pas de différence faite entre le téléchargement et la mise à disposition.

Après le Conseil d'État, le texte doit passer en Conseil des ministres ce printemps, puis devant le Parlement au plus tard à l'automne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Les dangers du piratage   Jeu 19 Juin - 11:07

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
belle onyx
Complètement déjantée mwa?!?
Complètement déjantée mwa?!?
avatar

Nombre de messages : 1816
Age : 68
Localisation : cote d'azur
Humeur : ONYX mon ange tu nous manque !!!!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: re: Actu /Divers   Jeu 19 Juin - 11:15




les risques de l'ordi loool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rinkin
J'ai peur de rien ...
J'ai peur de rien ...
avatar

Nombre de messages : 997
Age : 41
Date d'inscription : 14/05/2008

MessageSujet: Re: Actu / Divers   Jeu 19 Juin - 13:35

Le mieux c' est de télécharger uniquement chez ses amiEs ainsi on ne prend aucun risque ... ;);)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Dessin : riposte graduée, pas de suspension pour les lignes pro   Ven 20 Juin - 21:37

Par Marc Rees PCINpact - Vendredi 20 juin, 17h29

Dans le texte Hadopi, lorsqu'une activité illicite est repérée sur réseaux P2P, l'abonné risquera une suspension d’abonnement. Le ministère de la Culture nous a confié cependant que pour les usages professionnels, la sanction ultime pourra être plutôt une injonction. « Par exemple, vous êtes un médecin, vous avez besoin de votre connexion Internet pour remplir les dossiers médicaux de vos patients. C'est le type même d'usages professionnels que l'autorité va prendre en compte ».

Selon Snut, cette discrimination pourrait avoir des effets inattendus sur le marché de l’emploi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Windows 7 et Internet Explorer 8 sous la surveillance de la justice américaine   Ven 20 Juin - 22:47

ZDNet.fr - Vendredi 20 juin, 18h34

Le Département de la justice américaine (DOJ) va continuer à surveiller les agissements de Microsoft concernant deux futurs produits majeurs : Windows 7 et Internet Explorer 8. C'est ce que rapporte le site américain Networkworld.com, sur la base d'un document juridique publié par le DOJ.


La justice veut vérifier si l'éditeur n'enfreint pas la législation locale sur la concurrence avec IE 8 et Windows 7, et s'il respecte bien les engagements pris lors du compromis signé en 2002 avec les autorités antitrusts.

Cette surveillance sera assurée par un comité technique auquel Microsoft s'engage à communiquer les informations sur le développement des deux logiciels. Ce comité portera une attention particulière à l'intégration d'Internet Explorer 8 dans Windows. Il va aussi vérifier l'exhaustivité des informations communiquées par Microsoft aux autres éditeurs concernant les protocoles de communication de Windows 7, afin qu'ils puissent développer des logiciels interopérables avec le prochain OS.

Pour en savoir plus : Interopérabilité : Microsoft rouvre un front judiciaire contre Bruxelles Interopérabilité : Microsoft publie 14000 nouvelles pages de documentation Nouvelle amende de Bruxelles pour Microsoft : 899 millions d'euros

la rédaction, ZDNet France
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 40
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: Actu / Divers   Sam 21 Juin - 20:47

Mais ils ignoraient qu' ils n' étaient pas seuls sur Terre ! Comment penser aux lois de la concurence ? mdrrr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Après le .com, le .amour ou le .dupont ?   Mar 24 Juin - 9:14

Par Julie de Meslon, 01net. 01net. - Lundi 23 juin, 19h50

.com, .net, .org, .info, .biz… Les internautes sont habitués à croiser ces extensions, limitées en nombre. Depuis 1995, seulement une vingtaine de suffixes dits « génériques » (sans limites géographiques) ont été créés. Mais cela va changer. L'Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), l'organisme qui supervise la gestion des noms de domaine sur Internet, semble décidé à ouvrir les vannes.


Le sujet fait partie des thèmes de la Trente-deuxième Réunion internationale de l'Icann, qui se tient du 22 au 26 juin à Paris. On y évoquera la création de plusieurs centaines d'extensions. Mais le « grand ordonnateur » de l'Internet ne semble pas vouloir s'arrêter là.

En effet, dans une interview accordée ce lundi 23 juin aux Echos, le président de l'Icann, Paul Twomey, a révélé une information explosive si elle se confirmait : l'Icann envisagerait de libéraliser les extensions de domaine, pour que n'importe qui puisse déposer celle de son choix. « Les 1,3 milliard d'internautes pourront acquérir des adresses génériques en déposant des mots courants comme .amour, .haine ou .ville ou encore des noms propres », a-t-il précisé au quotidien économique.

D'une poignée de suffixes, Internet passerait alors d'un coup d'un seul à des millions, d'un sobre « www.01net.actualites » à de plus exotiques « www.yaka.fokon » ou « www.francois.pignon ». Et ce, alors que des extensions actuelles, comme le .mobi, sont encore peu employées ! Selon les propos recueillis par Les Echos, cette ouverture pourrait même être mise en place « dès le premier trimestre de 2009 », ce qui semble difficilement réalisable. L'idée d'un adressage personnalisable à l'extrême est certes séduisante mais, en pratique, elle pourrait vite tourner au cauchemar.

100 000 dollars pour s'offrir une extension

Dans l'état actuel des procédures, obtenir un « .dupont » revient à devenir le « registre »(registry en anglais) de cette extension, autrement dit d'en devenir le gestionnaire. C'est par exemple le cas de l'entreprise VeriSign, qui gère l'attribution des adresses en .com et en .net, éventuellement en confiant leur commercialisation à d'autres sociétés (les registrars). Et devenir registre, cela coûte cher.

« Il faut au minimum 100 000 dollars… », précise Loïc Damilaville, adjoint au directeur général de l'Afnic (gestionnaire du .fr), qui n'avait pas été mis au courant par l'Icann de ce projet d'ouverture. « Il faut financer sa gestion technique, payer diverses assurances, payer l'Icann… Seuls des groupes privés peuvent se le permettre. Je ne vois pas comment l'Icann pourrait ouvrir les extensions à n'importe qui », s'interroge-t-il.

Lundi en fin d'après midi, l'Icann n'avait ni confirmé, ni précisé l'information, y compris auprès de ses partenaires. Dans son interview au quotidien économique, Paul Twomey semble toutefois déjà bien avancé dans ses réflexions. Il évoque même des garde-fous si ce projet venait à se concrétiser : les noms d'extensions demandés par les internautes ne devront ni violer le droit des marques, ni s'approcher d'une extension existante (.kom, par exemple), ni usurper l'identité d'une communauté, ni perturber l'ordre public ou moral.

Et si deux internautes se disputent un suffixe, ils auront trois mois pour négocier à l'amiable, avant de régler l'affaire aux… enchères. Belle pagaille en perspective !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: L'Icann va mettre fin au règne des .com, .net ou .fr   Mar 24 Juin - 9:21

LEMONDE.FR avec AFP | 23.06.08 | 18h53

Les noms de domaine en .com, .net et .fr seront-ils bientôt supplantés ? Dès 2009, les internautes pourront créer l'extension d'adresse Internet de leur choix. C'est ce qu'a annoncé l'autorité de régulation de l'Internet, l'Icann (Internet corporation for assigned names and numbers) à l'ouverture de sa 32e réunion internationale, à Paris, lundi 23 juin, devant 1 500 participants venus de plus de soixante-dix pays.
"Outre les .com, .net ou .org dès le premier trimestre de 2009, les 1,3 milliard d'internautes pourront acquérir des adresses génériques, en déposant des mots courants comme .amour, .haine ou .ville ou encore des noms propres", a précisé le président de l'Icann, Paul Twomey, aux Echos. L'Icann va plus loin dans sa révolution, en autorisant les adresses en caractères non latins, par exemple en chinois, en cyrillique ou en arabe. La compétence de l'Icann, créée en 1998, est mondiale et ses décisions s'imposent à tous les Etats, alors même que cette organisation est de droit californien et qu'elle est liée par contrat au département du commerce américain.

UN NOMBRE PRATIQUEMENT ILLIMITÉ D'ADRESSES

L'Icann sera la première bénéficiaire de cette ouverture, car elle perçoit des droits pour chaque nom de domaine créé. Mais la création d'une extension ne sera pas à la portée de tous : "Il faudra montrer patte blanche en terme sde compétences techniques et de solidité financière", prévient Loïc Damilaville, directeur général adjoint de l'Afnic (association chargée de gérer les noms de domaine français). De plus, les frais de dossier s'élèveront à "plusieurs dizaines de milliers de dollars".
Cette libéralisation dans les choix des noms de domaine devra tout de même respecter une règle essentielle : les noms choisis ne devront pas violer le droit des marques, ils ne pourront pas être trop proches de termes qui existent déjà, ni usurper l'identité d'une communauté ou encore conduire "à des problèmes d'ordre public ou moral", a expliqué Paul Twomey.

Actuellement, 162 millions de noms sont recensés, dont plus de la moitié en .net et .com, sur un total de quelque 250 extensions. Afin de diversifier celles-ci, l'Icann va travailler cette semaine au passage à la prochaine génération des adresses Internet (IPV6) qui "permettra à un nombre pratiquement illimité d'adresses d'entrer en vigueur", selon le président de l'Icann. Le stock des adresses Internet disponibles sous le protocole actuel IPV4 devrait s'épuiser d'ici à 2010 ou 2011.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 36
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Noms de domaine : "Il y aura inévitablement des conflits"   Mar 24 Juin - 9:29

Par Guillaume Grallet, publié le 23/06/2008 pour L' Express .

Alors que l'Icann, l'organisme américain chargé de gérer les noms de domaines à Internet, s'apprête à autoriser la création de nouvelles extensions de noms de domaine, Mathieu Weill, directeur général de l'fnic, l'organisme chargé de la gestion des noms en .fr répond à nos questions.


Quels sont vos liens avec l'Icann?

Nous dépendons d'eux techniquement, mais ils n'interfèrent pas dans notre fonctionnement. Nous agissons également en accord avec le gouvernement français qui est présent dans notre conseil d'administration.

Quel impact aura la possibilité laissée par l'Icann de créer de nouvelles extensions de noms de domaine à partir de l'an prochain?


A mon avis, une centaine de nouvelles extensions devrait voir le jour. Même si c'est potentiellement un gros changement, je pense qu'en France, le .fr restera prédominant car il est bien installé. Il existe ainsi plus d'1,2 million de noms de domaine en .fr. Les noms en .org ou les .com resteront également très importants.

Quelles seront alors, selon vous, les extensions qui pourraient se développer le plus?

Je vois bien les noms de villes type .berlin, .paris, ou encore .nyc pour New-York se développer, en mettant l'acent sur un service local. Ou encore un .bio dédié aux activités environnementales; le .med pourrait également intéresser les professions médicales, tout comme les Etats intéressés par le développement du pourtour méditérannéen.

Il y aura donc des conflits ?


C'est inévitable. Pour l'instant, l'Icann pense les régler avec des mises aux enchères. Et comme il s'agit d'une association à but non lucratif, elle devrait redistribuer l'argent récolté à des associations chargées de promouvoir Internet, comme l'IETF ou le W3C.

La régulation de l'Internet ne devrait-elle pas passer par une institution internationale comme l'ONU, plutôt que par une association sur laquelle personne n'a de contrôle?

Je suis d'accord avec vous sur le manque de légitimité. Mais c'est une solution pragmatique. Nous sommes dans l'action et cette solution a le mérite de fonctionner. Est-ce que l'ONU, dont la lourdeur administrative a bien du mal à empêcher les conflits de la planète, serait plus efficace pour gérer les noms de domaine sur Internet ? Je n'en suis pas sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actu / Divers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Actu / Divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Divers Bromélias
» Photo divers du club de Brest
» Actu people : Barney papa !
» Mes liens favoris : Divers
» divers cichlidés malawi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doumie :: Multimédia :: Informatique-
Sauter vers: