Doumie

Au lieu d'un site, un forum pour partager...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Cinéma] Sur la toile ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Le Réveil des Golems   Sam 31 Mai - 5:49

Date de sortie : 28 Mai 2008
Réalisé par Armand Geiger
Avec Candice Leclabart, Patrick Alaguerateguy, Peter Bohr
Film français.
Genre : Fantastique
Durée : 1h 25min.
Année de production : 2008
Distribué par The New Distributors Association


Le mal peut-il se moquer éternellement et se promener impunément au travers des siècles, apparaissant tour à tour sous les traits d'un amoureux sorti des enfers pour retrouver la femme qu'il aime, ou sous les traits d'un führer avide de destruction. Ou bien le mal n'est-il pas lui-même le pantin d'un jeu divin. Akhenaton le pharaon rebelle aurait confié la charge redoutable de garder cette connaissance à un peuple élu et missionné. C'est en combattant le mal que l'onde divine rayonne et éclaire la création. Le dualisme de deux forces qui se combattent pour montrer le visage du Dieu unique. C'est le cheminement intérieur auquel vous convie ce film.

CRITIQUES :

Le Figaroscope
- La rédaction

Un film fantastique et onirique.

Le Nouvel Observateur
- Xavier Leherpeur

Quelle faute a-t-on commise dans une vie antérieure pour subir "Le Réveil des Golems" ? (...) Salmigondis nébuleux (...) agrémenté d'effets visuels d'un ridicule et d'une laideur rarement atteints.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Avoue que tu mens   Sam 31 Mai - 5:51

Date de sortie : 28 Mai 2008
Réalisé par Serge Roullet
Avec Julie Sozza-Barbier, Christophe Beau, Joël Holoubek
Film français.
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1h 30min.
Année de production : 2008
Distribué par Espace & Mouvement

Après avoir séduit Claudia, Gabriel s'inquiète de sa disparition. Tout le monde ment et lui se ment à lui-même. Claudia, victime de la respectabilité, serait à jamais perdue. Gabriel la retrouve pourtant. Quand il découvre qu'il doit la partager, c'est à son tour d'être désemparé. Il ne reprend espoir qu'avec un mystérieux ami.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Le "Sex" vend toujours: "Sex and the city-le film" détrône Indiana Jones au box office   Lun 2 Juin - 19:32

Par David Germain AP - Lundi 2 juin, 12h02

LOS ANGELES - Sarah Jessica Parker et ses amies n'ont rien perdu de leur pouvoir de séduction: "Sex and the City, le film" a dépassé toutes les prévisions en engrangeant 55,7 millions de dollars (35,92 millions d'euros) pour son premier week-end sur les écrans.


Les aventures des quatre new-yorkaises ont rapporté le double de ce qu'espérait le distributeur du film, la Warner. "Le pouvoir des femmes", a commenté le directeur de la distribution de la société, Dan Fellman. "Ce week-end, c'était édifiant".

Même Indiana Jones a dû s'incliner. Après une première semaine en haut du box office, le quatrième opus des aventures du célèbre archéologue, "Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal", est redescendu en deuxième place avec 46 millions de dollars (29,7 millions d'euros) de recettes. En onze jours, le film a enregistré 216,9 millions de dollars (139,9 millions d'euros) pour les seuls Etats-Unis.

Le succès de "Sex and the City, le film" relève toutefois du jamais-vu pour une oeuvre interdite aux plus jeunes. Carrie et ses amies ont ainsi fait mieux que les 45,1 millions de dollars d'"American Pie 2" et atterri à la cinquième place des entrées de films avec une restriction de public, derrière "Matrix reloaded", "La passion du Christ", "300" et "Hannibal".

"C'est un blockbuster de femmes. C'est aux femmes ce qu"Indiana Jones' ou 'Star Wars' est aux hommes", analyse Paul Dergarabedian, le directeur de l'institut Media By Numbers.

A Hollywood, nombreux pourtant étaient les sceptiques qui ne donnaient pas cher d'un film basé sur une série encore diffusée à la télévision et peu tournée vers le public jeune et masculin, pilier du box office.

Néanmoins, les signes d'une "Sex and the city" mania étaient visibles avant même la sortie du film, de nombreuses femmes réservant leur soirée du vendredi pour aller voir le film entre amies. Selon Dan Fellman, les femmes constituaient 85% des spectateurs vendredi.

L'autre nouveauté de la semaine, "The Strangers", un film d'horreur où Liv Tyler et Scott Speedman se font attaquer par des envahisseurs masqués pendant leurs vacances, a également pris un bon départ, arrivant en troisième position avec 20,7 millions de dollars de recettes (13,35 millions d'euros) pour son distributeur Universal.

Voici les recettes estimées du week-end (vendredi à dimanche) dans les salles nord-américaines, selon l'institut Media By Numbers:

1. "Sex and the City -le film", 55,7 millions de dollars (36 millions d'euros).

2. "Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal," 46 millions de dollars (29,7 millions d'euros).

3. "The Strangers", 20,7 millions de dollars (13,35 millions d'euros).

4. "Iron Man," 14 millions de dollars (9 millions d'euros).

5. "Le Monde de Narnia: chapitre 2 - Prince Caspian", 13 millions de dollars (8,4 millions d'euros).

6. "Jackpot", 6,9 millions de dollars (4,45 millions d'euros).

7. "Baby Mama," 2,2 millions de dollars (1,4 million d'euros).

8. "Speed Racer," 2,1 millions de dollars (1,35 million d'euros).

9. "Le témoin amoureux", 2 millions de dollars (1,3 million d'euros).

10. "Sans Sarah rien ne va!", 1 million de dollars (0,64 million d'euros).

___

Sur Internet:

http://www.mediabynumbers.com

AP

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Indiana Jones ne connaît pas sa géographie, reprochent les Péruviens   Mer 4 Juin - 15:11

AFP - Mercredi 4 juin, 10h37

LIMA (AFP) - Indiana Jones, le célèbre archéologue du "Royaume du crâne de cristal" n'est certainement pas géographe, vitupèrent les péruviens, irrités en voyant leur pays andin confondu grossièrement avec le Mexique.


Les spectateurs péruviens avaient pourtant été préparés par une campagne publicitaire ne laissant rien ignorer du fouet, des différents pistolets de l'aventurier allergique aux serpents, du saint graal ou des nazis avides de reliques aux pouvoirs magiques. Ils ont été décontenancés, déçus et enfin irrités en entendant le mexicain Pancho Villa parler en quechua, la langue des Incas et en constatant la confusion dans les décors et les lieux supposés.

"C'est un barbarisme", tonne Hugo Neyra, un historien, devenu directeur de la bibliothèque nationale de Lima.

A la sortie des salles, les spectateurs sont désorientés par les rancheras, ces chansons traditionnelles mexicaines qui accompagnent le héros dans l'Amazonie péruvienne. Ils sont aussi surpris par les féroces guerriers mayas qui parlent la langue des Andes où encore par la fameuse pyramide de Chichen Itza (au Mexique) déplacée... dans l'Amazonie péruvienne.

Pour l'historien Manuel Burga, ancien recteur de l'Université San Marcos, Steven Spielberg et George Lucas manquaient visiblement de conseillers historiques: "Il y a beaucoup de données fausses, même s'il s'agit d'une fiction cela va faire du tort, on montre un Pérou qui n'est pas vrai. Il n'est pas possible de confondre l'Amazonie avec la forêt du Yucatan au Mexique" proteste-t-il.

L'historien Teodoro Hampe n'est pas surpris en expliquant que pour l'américain moyen, tout ce qui existe au-delà de sa frontière sud, à partir du Mexique c'est du pareil au même: "Pour eux, c'est la même chose que ce soit le Mexique, le Guatemala, la Bolivie ou le Pérou".

Enfin les commentateurs regrettent que le message du film soit que les réussites des civilisations latino-américaines proviennent des extraterrestres et non de leurs habitants.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: JCVD   Jeu 5 Juin - 12:08

Date de sortie : 04 Juin 2008
Réalisé par Mabrouk el Mechri
Avec Jean-Claude Van Damme, Karim Belkhadra, Jean-François Wolff
Film français, belge.
Genre : Comédie, Action
Durée : 1h 36min.
Année de production : 2007
Distribué par Gaumont Distribution

Entre ses problèmes fiscaux, la bataille juridique qui l'oppose à sa femme pour l'obtention de la garde de son fils, les périodes de vache maigre du cinéma d'action qui voient même Steven Seagal lui souffler un rôle, Jean-Claude Van Damme est venu chercher dans son pays d'enfance le calme et le repos qu'il ne trouve plus aux Etats-Unis...

CRITIQUES :


TéléCinéObs
- Olivier Bonnard

Comme polar, le film, un peu trop référentiel et engoncé dans ses partis pris esthétiques ultra-tranchés, fonctionne moins bien. Il n'en demeure pas moins singulier et réellement touchant.


Le Parisien
- Hubert Lizé

(...) le réalisateur offre à Jean-Claude Van Damme le rôle de sa vie, au sens propre comme au figuré.

Ouest France
- La rédaction

Tant pis si sa mise en scène manque d'ampleur et de rythme (...). Il [Mabrouk El Mechri] offre à son héros (...) l'opportunité d'afficher une vraie sensibilité à raconter des émotions, et un pertinent sens de l'autodérision.


Le Monde
- Jacques Mandelbaum

Une longue tirade de JCVD tire soudain le spectateur hors de sa relative quiétude. [Elle] constitue ce je-ne-sais-quoi, cette part profonde d'humanité qui nous attache à un film qui n'est pas par ailleurs une grande réussite.

Le Figaroscope
- La rédaction

Surprenant mais vite laborieux.

Télérama
- Jérémie Couston

Faute de réelle audace scénaristique, il [Mabrouk el Mechri] se contente de signer une comédie musclée à l'ironie contrôlée, à la mise en scène chichiteuse et à la bande-son assourdissante.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Las Vegas 21   Jeu 5 Juin - 12:10

Date de sortie : 04 Juin 2008
Réalisé par Robert Luketic
Avec Jim Sturgess, Kate Bosworth, Laurence Fishburne
Film américain.
Genre : Comédie dramatique
Durée : 2h 2min.
Année de production : 2008
Titre original : 21
Distribué par Sony Pictures Releasing France

Ben Campbell, étudiant doué au prestigieux M.I.T., est contraint de partager son temps entre ses études et petits boulots afin de pouvoir payer ses frais de scolarité. Lorsqu'un groupe d'élèves aussi doués que lui le repère, ils lui proposent de participer à un jeu bien plus lucratif...
Tous les week-ends, cette petite bande de mathématiciens hors pair se rend à Las Vegas pour jouer au blackjack sous de fausses identités, avec des règles qui ne doivent plus rien au hasard. Guidés par le professeur et génie des statistiques Micky Rosa, ils ont compris comment prévoir les cartes et communiquer entre eux pour rafler de très grosses mises.
Séduit par l'argent facile, la vie de rêve et Jill, sa très belle équipière, Ben multiplie les défis. Les risques augmentent pourtant rapidement avec les mises, et les cartes ne restent pas longtemps son seul adversaire : il doit désormais se méfier de Cole Williams, le plus terrifiant des hommes de main des casinos.

CRITIQUES :

TéléCinéObs
- Bernard Achour

Entre suspense policier et célébration des possibilités infinies de l'intelligence humaine, voilà une surprise formidablement divertissante.


Télé 7 Jours
- Philippe Ross

(...) un film d'arnaque décontracté franchement plaisant.

Première
- Mathieu Carratier

Même si l'on se réjouit d'avoir des nouvelles de Kevin Spacey et de Laurence Fishburne, ce Las Vegas 21 a décidé de nous plumer.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Affaire de famille   Jeu 5 Juin - 12:14

Date de sortie : 04 Juin 2008
Réalisé par Claus Drexel
Avec André Dussollier, Miou-Miou, Hande Kodja
Film français.
Genre : Policier, Comédie
Durée : 1h 30min.
Année de production : 2007
Distribué par La Fabrique de Films

Un père sans histoire, une femme dévouée, une fille studieuse... Une famille en apparence bien tranquille voit sa vie bouleversée par la découverte d'un sac de sport rempli de billets.
Bientôt l'image se fissure, le jeu des faux-semblants commence...

CRITIQUES :

TéléCinéObs
- ME Rouchy

Le scénario de Claus Drexel est aux petits oignons, tout comme l'interprétation. Un premier film aussi maîtrisé qu'original.

Le Figaroscope
- Brigitte Baudin

(...) Miou-Miou, André Dussollier, Eric Caravaca campent leurs personnages avec finesse et drôlerie, donnant à cette rafraîchissante comédie des allures de vaudeville.

Le Parisien
- Pierre Vavasseur

Couronné du trophée du premier scénario, ce film n'a pas volé sa récompense (...) on ne s'endort pas.

Ouest France
- La rédaction

(...) Il [Claus Drexel] pioche dans des univers totalement hétéroclites, et du coup il ne parvient pas à insuffler à son entreprise une vigueur, un ton, une inventivité capables de faire pétiller la fantaisie du propos.

Le Monde
- Jacques Mandelbaum

Visant selon toute apparence les abymes du film noir passé au crible de l'humour féroce, Affaire de famille tombe lui-même dans le pire des gouffres : celui de ficeler sans génie une intrigue sans intérêt sur le dos de personnages résolument méprisés.

Télé 7 Jours
- Julien Barcilon

Miou-Miou et André Dussollier sauvent les meubles de cette comédie noire qui aurait gagné un peu plus à verser du côté obscur de la farce.

Première
- Véronique le Bris

Acteurs plutôt convaincants (...) il manque pourtant l'essentiel: une réelle ambition qui ferait de cette histoire anecdotique autre chose qu'un simple divertissement.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: 48 heures par jour   Jeu 5 Juin - 12:17

Date de sortie : 04 Juin 2008
Réalisé par Catherine Castel (II)
Avec Aure Atika, Antoine de Caunes, Victoria Abril
Film français.
Genre : Comédie
Durée : 1h 29min.
Année de production : 2008
Distribué par Pyramide Distribution

Promise à un brillant avenir professionnel mais fatiguée de plafonner dans sa carrière parce qu'elle doit aussi s'occuper de ses enfants, Marianne rêverait d'inverser les rôles avec son mari Bruno pour qu'il rentre plus tôt s'occuper du foyer et qu'elle puisse à son tour se consacrer davantage à son job ! Du rêve à la réalité, un regard amusant porté sur le sort des femmes d'aujourd'hui qui jonglent en permanence entre boulot, enfants et maison, souvent seules à tout supporter.

CRITIQUES :

Le Figaroscope
- Dominique Borde

Si le problème est sérieux, le ton est léger et l'issue, assez prévisible. Et malgré plusieurs maladresses, le divertissement est plutôt pertinent et agréable.

Ouest France
- La rédaction

Sur un scénario hautement improbable, elle [Catherine Castel] greffe quelques gags essoufflés et des dialogues attendus que les protagonistes peinent à revivifier et à rafraîchir.


Le Monde
- Jean-Luc Douin

A partir d'un constat hélas indiscutable, Catherine Castel tente de faire rire et réfléchir, mais accumule les clichés (...). Elle succombe surtout au péché de nombre de films prétendus féministes qui s'avèrent portraits à charge misogyne


Première
- Isabelle Danel

48 heures est une "comédie du remariage" comme les Américains savent si bien les faire dans les années 50 (...) la forme en revanche laisse à désirer (...) le scénario sonne à la fois juste et cliché.


TéléCinéObs
- Jean-Philippe Gueran

Mais quelle que puisse être la justesse de son propos, la mise en scène l'anéantit. Les acteurs semblent otages de leurs répliques (...) Antoine de Caunes ne fait même pas semblant d'y croire.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Super Héros Movie   Jeu 5 Juin - 12:20

Date de sortie : 04 Juin 2008
Réalisé par Craig Mazin
Avec Drake Bell, Sara Paxton, Christopher McDonald
Film américain.
Genre : Comédie, Fantastique, Action
Durée : 1h 25min.
Année de production : 2008
Titre original : Superhero Movie
Distribué par TFM Distribution

Lycéen timide et mal dans sa peau, Rick Ricker vit avec son oncle et sa tante depuis que ses parents ont été tués. Il est secrètement amoureux de la ravissante Jill Johnson qui, pour son malheur, a déjà un petit copain. Pendant la visite scolaire d'un laboratoire de recherche, Rick est piqué par une libellule génétiquement modifiée. Peu à peu, alors qu'il voit ses forces décuplées, il comprend qu'il est désormais pourvu de super-pouvoirs. Après s'être fabriqué un costume, il adopte sa nouvelle identité : La Libellule. Mais il lui faudra affronter un redoutable ennemi, Le Sablier, déterminé à anéantir tous ceux qui l'approchent...

CRITIQUES :

Première
- Mathieu Carratier

C'est absolument ridicule, parfois carrément offensif, souvent un peu gras. Soit trois bonnes raisons d'aller y prendre un peu de plaisir coupable.

Télé 7 Jours
- Julien Barcilon

Si le délire vous en dit, voilà du super nanar mariol à voir en bande ou bardé de pop-corn.

Le Monde
- Thomas Sotinel

On est en présence de la dégénérescence terminale d'une excellente idée. [Les] difficultés inhérentes au projet ne suffisent pas à excuser l'extrême débilité des gags et la médiocrité abyssale de la mise en scène de ce film dont la seule qualité est la brièveté.




Moi je l ai vu et ceux qui aiment l humour pas drole vont adorer...nous on adore les comics remis en film et l humour anglais donc.... sboub

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: A Swedish Love Story   Jeu 5 Juin - 12:22

Date de sortie : 04 Juin 2008
Réalisé par Roy Andersson
Avec Ann-Sofie Kylin, Rolf Sohlman, Bjorn Andresen
Film suédois.
Genre : Drame
Durée : 1h 55min.
Année de production : 1969
Titre original : En Kärlekshistoria
Distribué par Solaris Distribution

En marge du monde des adultes prisonniers de leurs conventions et de leur mélancolie, Pär et Annica, avec l'ingénuité et la fraîcheur de leurs 15 ans, découvrent simplement l'envie et le bonheur d'aimer.

CRITIQUES :

Télérama
- Aurélien Ferenczi

Roy Andersson n'a décidément jamais été un grand optimiste : il exalte un amour de jeunesse, mais pour mieux montrer que cet état d'innocence et de bonheur est tristement passager.

Le Monde
- Jean-Luc Douin

Filmée dans des cadres lumineux et nimbée de musiques douces, la love story pourrait friser la mièvrerie si Roy Andersson n'en faisait pas l'antithèse de ce qu'il y oppose : la médiocrité des grandes personnes.


Première
- Isabelle Danel

(...) ce film frappe par sa fraîcheur de ton et la maturité de la mise en scène (...) Du pur Andersson.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Sparrow   Jeu 5 Juin - 12:26

Date de sortie : 04 Juin 2008
Réalisé par Johnnie To
Avec Simon Yam, Kelly Lin, Ka Tung Lam
Film hong-kongais.
Genre : Comédie
Durée : 1h 27min.
Année de production : 2008
Titre original : Man Jeuk
Distribué par ARP Sélection

A Hong Kong, un Sparrow est un pickpocket. Kei est le plus habile de tous. Entre deux vols de portefeuilles avec les membres de son gang, il aime arpenter la ville à vélo, et prendre des photos.
Un jour, une femme ravissante, Chun Lei apparaît dans son viseur. Il est ensorcelé.
Chaque membre du gang va tomber sous le charme de cette femme qui ne les a pas croisés par hasard.
Elle veut que les pickpockets dérobent pour son compte quelque chose de très précieux...

CRITIQUES :

TéléCinéObs
- Jean-Philippe Gueran

Sa mise en scène rapide est plus stylisée que d'habitude, l'humour semblant donner des ailes à sa caméra.

Elle
- Philippe Trétiack

C'est absurde et réjouissant. "Sparrow" (moineau) a la légèreté et la grâce du volatile. On en apprend sur le vol dans tous ses aspects.


Première
- Gérard Delorme

Certainement l'un des meilleurs moments de cinéma de ce premier semestre.

Le Figaroscope
- La rédaction

Une façon originale de filmer la ville et ses innovations.

Le Monde
- Thomas Sotinel

L'énergie cède le pas un instant à l'élégance et au rêve. Sparrow est un vrai film d'amour, entre hommes et femme, entre Johnnie To et Hongkong.


Télérama
- Samuel Douhaire

De bout en bout, Johnnie To fait preuve d'un plaisir de filmer communicatif qui fait oublier la minceur (et la crédibilité aléatoire) du scénario.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: L'Appel des arènes   Jeu 5 Juin - 12:29

Date de sortie : 04 Juin 2008
Réalisé par Cheikh A. N'diaye
Avec Mohamed Ndao, Aziz Ndiaye, Mustapha Gueye
Film sénégalais, burkinabé, marocain, français.
Genre : Drame
Durée : 1h 45min.
Année de production : 2006
Distribué par Cinéma Public Films

Au Sénégal, la lutte est le sport de la tradition. Le lutteur est un athlète mais aussi un sage et le secret de sa victoire se trouve dans la pratique mais aussi et surtout dans sa préparation spirituelle. André, un camionneur lutteur, sauve le jeune Nalla de l'assaut d'un groupe de voyous. Entre les deux naît une profonde amitié et Nalla commence à fréquenter le milieu des lutteurs contre la volonté de ses parents qui considèrent la lutte comme un sport violent et peu adapté à un jeune de bonne famille. Pendant ce temps, toute la ville est en effervescence pour le grand défi entre les deux champions Malew et Tonnère.

CRITIQUES :

Libération
- Eric Loret

Les belles séquences abondent (...) L'oeil de Cheikh .A. Ndiaye s'exerce avec bonheur dans ce premier film, tout entier dans la tension et l'appel de l'image.

Le Monde
- Thomas Sotinel

Un film naïf, qui peine parfois à dérouler tous les fils du récit. Mais (...) le premier long métrage de Cheikh A. Ndiaye a le mérite de s'écarter du registre de la dénonciation et de la déploration, pour s'abandonner à la peinture d'une ville vivante et contradictoire.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Children   Jeu 5 Juin - 12:31

Date de sortie : 04 Juin 2008
Réalisé par Ragnar Bragason
Avec Nína Dögg Filippusdóttir, Gísli Örn Garðarsson, Ólafur Darri Ólafsson
Film islandais.
Genre : Drame
Durée : 1h 33min.
Année de production : 2007
Titre original : Börn
Distribué par ASC Distribution

Karitas est une mère célibataire de 4 enfants. Elle mène une bataille perdue d'avance avec son ex-mari pour la garde de ses trois filles. Elle ne prend pas conscience de ce qui arrive à son fils de douze ans, Gudmundur, qui est le souffre-douleur de ses camarades de classe.
Son seul ami est Marino, un schizophrène d'une quarantaine d'années, qui vit avec sa mère. Quand il réalise que sa mère a rencontré un homme en secret, il commence à perdre prise sur la réalité.
Gardar est une petite frappe dont la conduite nuit à son frère jumeau Georg. Rejeté à la fois par le milieu et par sa famille, il doit prendre un nouveau départ. Il décide de partir à la recherche de son fils, Gudmundur, qu'il n'a jamais vu. Mais rester dans le droit chemin est quelque chose de difficile.

CRITIQUES :

TéléCinéObs
- Xavier Leherpeur

Si le scénario emprunte des chemins balisés, l'intensité tragique des protagonistes, la justesse de l'interprétation (...) et la pugnacité de la mise en scène font de ce thriller social une agréable surprise.

Le Monde
- Jean-Luc Douin

Un film sans illusions, en noir et blanc, mais pas sans humanité.

Elle
- Héléna Villovitch

Ecrit en collaboration avec les comédiens, le scénario pousse le bouchon si loin qu'on finit par bien s'amuser. Féroce, mais drôle.


Le Figaroscope
- Marie-Noëlle Tranchant

La mise en scène en noir et blanc ne manque pas d'intensité et les acteur de réelles qualités d'interprétation. Mais on peut trouver fastidieux ce long psychodrame.


Télérama
- Juliette Bénabent

Ils [les comédiens] tissent une galerie de personnages attachants jusque dans leur face noire, une chronique sociale sombre et authentique, pleine d'énergie et de vérité.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Ezra   Jeu 5 Juin - 12:34

Date de sortie : 04 Juin 2008
Réalisé par Newton I. Aduaka
Avec Mamoudu Turay Kamara, Mariame N'Diaye, Mamusu Kallon
Film français, autrichien, nigérian.
Genre : Drame
Durée : 1h 42min.
Année de production : 2007
Distribué par Atlantis

Ezra, jeune ex-soldat Sierra-Léonais, essaie tant bien que mal de retrouver des repères pour revenir à une vie normale après la guerre civile qui a ravagé son pays. Son quotidien est partagé entre un centre de réhabilitation psychologique et un tribunal de réconciliation nationale organisé sous l'égide de l'ONU. Durant le procès en réhabilitation auquel Ezra participe, il doit affronter sa soeur qui l'accuse du meurtre de leurs parents. Ezra, qui a traversé cette violente guerre civile complètement drogué et alcoolisé, ne se souvient de rien. Ezra reconnaîtra-t-il l'horreur et par ce fait, permettra-t-il à sa soeur et à sa communauté villageoise d'accéder au pardon ?

CRITIQUES :

Ouest France
- La rédaction

Une approche réaliste, limite documentaire, d'un drame de l'Afrique contemporaine.

Le Monde
- Thomas Sotinel

Les ressorts économiques du conflit (...) et l'indifférence du monde font la toile de fond de ce film réalisé dans l'urgence, qui surmonte à force d'énergie les obstacles soulevés par la pénurie de moyens.

Première
- Véronique Le Bris

(...) Boulversant Ezra (...) On aimerait que le cinéma serve à dénoncer un peu plus le phénomène et favorise chez ces "victimes" une certaine reticence.

TéléCinéObs
- Jean-Philippe Gueran

(...) le film ébauche une amorce de réflexion intéressante (...) mais n'atteint que très partiellement son objectif : trop d'idées brassées, aucune n'étant traitée à fond.


Le Figaroscope
- La rédaction

Un film poignant, sans concession, qui a la force du document.


Télérama
- Cécile Mury

La violence, abrupte, parfois insoutenable, invite ici à une réflexion sur la contagion du mal, la difficulté de se reconstruire. Pas de pathos ou de démonstration simpliste (...)

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Ode pavillonnaire   Jeu 5 Juin - 12:36

Date de sortie : 04 Juin 2008
Réalisé par Frédéric Ramade
Avec Frédéric Ramade, Françoise Ramade, Bénédicte Ramade
Film français.
Genre : Documentaire
Durée : 50min.
Année de production : 2006
Distribué par Contre Allée Distribution

Jugés par beaucoup comme de véritables ratages architecturaux, les pavillons incarnent néanmoins le rêve de millions de français. Cherchant à comprendre ce phénomène, le réalisateur Frédéric Ramade reprend le chemin du lotissement où il a passé son enfance pour y mettre en scène les membres de sa famille. Avec humour, il livre un témoignage critique, de l'intérieur, sur la façon dont une famille a rêvé sa vie à travers la construction de son pavillon. Père, mère, fille et fils, devenus le temps du film une "famille témoin", finissent par faire de leur vie une oeuvre et de leur pavillon un readymade.

CRITIQUES :

Libération
- Eric Loret

La subjectivité absolue de son regard devient le garant d'un réalisme neuf, laissé à l'appréciation du spectateur, sans leçon, sans conclusion.


TéléCinéObs
- Xavier Leherpeur

(...) il signe, grâce à un sens plastique maîtrisé et un véritable humour distancié, un film aussi atypique qu'insolite et réussi.


Le Monde
- Isabelle Regnier

Un film qui ne ressemble à rien de connu. Le parti pris formaliste adopté arrache d'entrée le film au domaine de l'enquête. Les personnes interrogées lisent des textes écrits, ou récitent leurs réponses mécaniquement.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Nuit de carnaval   Jeu 5 Juin - 12:38

Date de sortie : 29 Décembre 1956
Date de reprise : 4 Juin 2008
Réalisé par Eldar Riazanov
Avec Igor Ilinski, Y. Belov, Liudmilla Gourtchenko
Film russe.
Genre : Comédie
Durée : 1h 17min.
Année de production : 1956

De jeunes employés d'une grande usine, sous la direction de Lena Krylova, sont chargés, par le directeur de la Maison de la culture, de préparer une fête pour la soirée du 31 décembre. Ils s'y mettent avec enthousiasme et talent. Mais le directeur ne comprend rien à toutes leurs innovations et est bien décidé à leur imposer ses propres points de vue. Il faudra des trésors d'imagination à tous ces jeunes pour réussir triomphalement leur fête.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Langue sacrée, langue parlée   Jeu 5 Juin - 12:40

Date de sortie : 04 Juin 2008
Réalisé par Nurith Aviv
Film français.
Genre : Documentaire
Durée : 1h 13min.
Année de production : 2008
Distribué par Les Films d'Ici

L'hébreu qui, pendant des siècles fut langue sacrée pour les Juifs de la diaspora, est devenu, par volonté politique, une langue parlée au quotidien dès le début du XXème siècle. Qu'est-ce qui a été préservé, qu'est-ce qui a été oublié, ou refoulé, qu'est-ce qui demande à resurgir ?
Des écrivains et artistes, nés en Israël, tentent de décrire leur relation à la dimension historique et religieuse de l'hébreu. La voix des uns résonne dans celle des autres, les paroles s'éclairent mutuellement, se contredisent parfois : aucune version ne s'impose. Le film traite du poétique et du politique, du religieux et du laïque. Il pose des questions qui ne sont pas sans pertinence dans d'autres contextes. Toutes les langues modernes et apparemment laïques ne sont-elles pas imprégnées de siècles d'histoire religieuse dont elles portent encore les marques ?

CRITIQUES :

L'Humanité
- Vincent Ostria

On regarde ça avec une curiosité mêlée de perplexité sans réussir à imaginer un tel film à propos du français ou de l'anglais.

Le Monde
- Jean-Luc Douin

Aviv entrecoupe ces témoignages de beaux plans montrant les paysages d'Israël filmés d'un train. Simple et belle, sa réalisation encadre sobrement les propos sereins et passionnants de ces héritiers d'une tradition, optant pour un langage laïc ou religieux, poétique ou politique.

Elle
- Anne Diatkine

Tous les entretiens sont passionnants et méritent d'être réécoutés. C'est paradoxalement là où le bât blesse: le film est constitué de plans fixes sur chaque personne qui explique son rapport à la langue.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: La Folle ingénue   Jeu 5 Juin - 12:42

Date de sortie : inconnue
Date de reprise : 4 Juin 2008
Réalisé par Ernst Lubitsch
Avec Jennifer Jones, Peter Lawford, Helen Walker
Film américain.
Genre : Comédie
Durée : 1h 40min.
Année de production : 1946
Titre original : Cluny Brown
Distribué par Action Cinémas / Théâtre du Temple

Cluny Brown est une jeune fille passionnée de plomberie et qui ne résiste pas à l'appel gargouillant des tuyaux bouchés. Elle se précipite donc sur un évier le jour où son oncle ne peut répondre à une urgence. Elle rencontre le raffiné Adam Belinski, écrivain résistant exilé à Londres, qui tombe sous son charme pétillant et naïf.
Lorsque son oncle finalement arrive pour réparer l'évier, il la trouve roucoulante sur un canapé pour avoir trop fêté sa première victoire de plombier. Pour la remettre à sa place, il l'envoie à la campagne faire la femme de chambre - et apprendre les bonnes manières.
Dans le beau manoir anglais, Cluny Brown retrouve Adam, son soutien et son confident.

CRITIQUES :

Le Nouvel Observateur
- Pascal Mérigeau

Jennifer Jones est la plombière la plus délicieuse de l'histoire du cinéma. (...) Heureux ceux qui ne savent pas encore que Lubitsch est le plus grand !


Zurban
- N. T. Binh

Lubitsch est au sommet de son art, dans cette oeuvre à la fois désopilante et suprêmement élégante. Les symboles abondent (l'héroïne est passionnée de... plomberie), et l'interprétation est tout simplement sublime. La célèbre "touche" du cinéaste est plus cinglante que jamais, jusqu'au gag final, irrésistible...


L'Humanité
- Vincent Ostria

Rien ni personne ne trouve grâce aux yeux de Lubitsch, si ce n'est son héroïne innocente, la " folle ingénue " en question, incarnée par la sensuelle Jennifer Jones.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...


Nombre de messages : 741
Age : 39
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: [Cinéma] Sur la toile ...   Mer 11 Juin - 18:42

Mais où sont les sorties de la semaine? bloooondeuh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: [Cinéma] Sur la toile ...   Ven 13 Juin - 7:23

ooops

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Phénomènes   Ven 13 Juin - 7:27

Date de sortie : 11 Juin 2008
Réalisé par M. Night Shyamalan
Avec Mark Wahlberg, Zooey Deschanel, John Leguizamo
Film indien, américain.
Genre : Science Fiction, Drame
Durée : 1h 30min.
Titre original : The Happening
Distribué par Twentieth Century Fox France

Surgi de nulle part, le phénomène frappe sans discernement. Il n'y a aucun signe avant-coureur. En quelques minutes, des dizaines, des centaines de gens meurent dans des circonstances étranges, terrifiantes, totalement incompréhensibles. Qu'est-ce qui provoque ce bouleversement radical et soudain du comportement humain ? Est-ce une nouvelle forme d'attaque terroriste, une expérience qui a mal tourné, une arme toxique diabolique, un virus qui a échappé à tout contrôle ? Et comment cette menace se propage-t-elle ? Par l'air, par l'eau, ou autrement ?
Pour Elliot Moore, professeur de sciences dans un lycée de Philadelphie, ce qui compte est d'abord d'échapper à ce phénomène aussi mystérieux que mortel. Avec sa femme, Alma, ils fuient en compagnie d'un ami, professeur de mathématiques, et de sa fille de huit ans.
Très vite, il devient évident que personne n'est plus en sécurité nulle part. Il n'y a aucun moyen d'échapper à ce tueur invisible et implacable.
Pour avoir une mince chance de survivre, Elliot et les siens doivent à tout prix comprendre la véritable nature du phénomène, et découvrir ce qui a déchaîné cette force qui menace l'avenir même de l'espèce humaine...

CRITIQUES :

Le Monde
- Thomas Sotinel

L'auteur se plie (...) allégrement aux règles du cinéma de genre, glisse quelques traits parodiques, et fait avancer Phénomènes à un rythme tel qu'il faudra attendre la fin de la séance et que le taux d'adrénaline soit retombé pour se demander si tout ceci est vraiment sérieux.


Le Parisien
- Catherine Balle


Le film démarre d'ailleurs sur les chapeaux de roue, avec une tension maximale. Celle-ci se relâche un peu après la première heure, mais le thriller, qui bénéficie d'une mise en scène brillante, réserve quand même de beaux frissons.

Ouest France
- La rédaction


M. Night Shyamalan reprend tous les ingrédients du film catastrophe, (...) il n'est pas loin non plus du ridicule dans le traitement mélodramatique de son suspense.

Le Figaroscope
- La rédaction


Le réalisateur de Sixième Sens, en mal d'inspiration, nous plonge dans un récit sans aucun suspense. Au secours !

Mad Movies
- Marc Toullec


Des protagonistes improbables, balancés là dans le seul but de dynamiser un scénario vide et creux.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Sagan   Ven 13 Juin - 7:30

Date de sortie : 11 Juin 2008
Réalisé par Diane Kurys
Avec Sylvie Testud, Pierre Palmade, Lionel Abelanski
Film français.
Genre : Drame, Biopic
Durée : 1h 57min.
Année de production : 2007
Distribué par EuropaCorp Distribution

"Sur ce sentiment inconnu, dont l'ennui, la douceur m'obsèdent, j'hésite à apposer le nom, le beau nom grave de tristesse." Françoise a tout juste 18 ans quand elle écrit les premières lignes de Bonjour Tristesse, un roman dont le succès fulgurant suffira à lancer le mythe de " La Sagan ". Un mythe fait de formules brillantes, d'amours affranchies et de scandales tapageurs, derrière lesquels se cache une femme, que l'on qualifie d'anticonformiste pour ne pas la dire libre. Libre d'écrire, d'aimer, et de se détruire...

CRITIQUES :


TéléCinéObs
- ME Rouchy

Dominé de bout en bout par l'exceptionnelle interprétation de Sylvie Testud (...) le dernier Diane Kurys a la grâce de son modèle : un parfum de soufre et de tristesse.


Le Figaroscope
- Dominique Borde


A cause d'elle [Sylvie Testud] qui, aparemment, n'a rien forcé de son jeu, le film a quelque chose d'attachant, voire, à certains moments, de bouleversant.

Le Parisien
- Pierre Vavasseur


Ce ton boudeur en dégringolade, cette cigarette au bord du gouffre sont les bases d'un personnage d'une richesse de jeu totale, épaulé par un générique qui surprend par sa pertinance et sa diversité.


Elle
- Anne Diatkine

C'est la bonne idée du film que de s'adosser complètement sur ses récits autobiographiques pour creuser son intimité et montrer son travail d'écrivaine.

Première
- Véronique le Bris


Sylvie Testud qui incarne Sagan est saisissante et exceptionnelle (...) ne serait-ce pas seulement pour admirer cette performance mais aussi celle des autres acteurs que ce " Sagan" vaut le déplacement.


Ouest France
- La rédaction

Tout y est, dans cette sorte d'abécédaire, et pourtant, il manque un point de vue, un caractère, un regard capables de donner un peu de distance au récit.

Télérama
- Aurélien Ferenczi

Au-delà du cliché, le plaisir de voir une belle actrice [Sylvie Testud] s'approprier un rôle, y trouver la matière d'une création originale, et de la voir entourée et servie par des partenaires attentifs vaut le voyage.

Le Monde
- Jean-Luc Douin

Diane Kurys signe une sorte de digest people en oubliant ce qui aurait pu (ou dû) constituer l'essentiel : rendre attachante (...) une femme blessée (...). Il y avait quelque chose de fitzgeraldien dans le destin de cette femme qui échappe à cette évocation.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Skate or Die   Ven 13 Juin - 7:33

Date de sortie : 11 Juin 2008
Réalisé par Miguel Courtois, Pascal Guegan
Avec Mickey Mahut, Idriss Diop, Elsa Pataky
Film français.
Genre : Action
Durée : 1h 27min.
Année de production : 2007
Distribué par Pathé Distribution

Mickey et Idriss, deux jeunes skateurs sans histoire, se trouvent témoins d'un triple homicide. Repérés par les assassins, ils prennent la fuite, comprenant rapidement qu'il s'agit d'une question de vie ou de mort. Se réfugiant dans un commissariat, ils découvrent que les criminels sont en réalité des inspecteurs véreux, mais c'est trop tard, l'alerte est donnée. Commence alors une course poursuite effrénée dans les rues de Paris. Traqués sans relâche, Mickey et Idriss vont tenter le tout pour le tout afin d'échapper à ces tueurs sans scrupules. Skate or die...

CRITIQUES :


TéléCinéObs
- Xavier Leherpeur

Ellipses béantes du scénario et extrême prévisibilité de l'histoire : à moins d'être fou des planches à roulettes et d'avoir de préférence l'âge des protagonistes, on passe son chemin.


Télérama
- La rédaction

Une course-poursuite dans Paris sur fond de musique assourdissante et d'un ennui mortel (...)

Télé 7 Jours
- Julien Barcilon

L'agument surfe évidemment sur le retour en force du phénomène skate. De ce point de vue, les fans resteront sur leur faim (...) Mauvaise pioche aussi côté polar (...)

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Les Insoumis   Ven 13 Juin - 7:35

Date de sortie : 11 Juin 2008
Réalisé par Claude-Michel Rome
Avec Richard Berry, Zabou Breitman, Pascal Elbé
Film français.
Genre : Policier
Durée : 1h 40min.
Année de production : 2007
Distribué par SND

Drieu est un policier en fin de parcours usé, brisé, grillé. Ce mystérieux Capitaine de la B.R.B se retrouve muté dans un improbable commissariat de province promis à une démolition dans les six mois, au coeur d'une ville industrielle perdue au bout de l'Etang de Berre, entre pollution et canicule.
Ici, le Commissaire Vasseur et son équipe Jean Ba - Wazeme - Katiha, sont démobilisés. Plus personne n'y croit. Laxisme et désillusion sont de règle, ce qui arrange les "affaires" de la pègre locale rendue insaisissable et toute puissante.
Entre l'envie d'en finir avec lui-même et celle de se battre pour sa propre survie, Drieu choisit de s'accrocher comme à une bouée à la Main Courante du Commissariat, cet épais recueil des PV et des interventions de la police urbaine.
Délits minables et dépôts sans espoir de plaignants, la Main Courante est un échantillon de la misère humaine et du mal de vivre d'un monde à la dérive. Tout y paraît insignifiant... Et pourtant...

CRITIQUES :

TéléCinéObs
- Bernard Achour

Faute de parti pris, on se contentera d'un film noir au demeurant correct, dont l'ambiance et les scènes d action lorgnent sans déshonneur vers une efficacité typiquement hollywoodienne.


Le Figaroscope
- Dominique Borde

Hélas, l'aventure est truffée de clichés et d'invraisemblances. (...) On est convaincu faute d'être captivé (...).

Télérama
- Cécile Mury

Sautant sans arrêt du coq à l'âne, ou plutôt du sac volé au meurtre par overdose, l'enquête relève presque de la divination, négligée, comme les répliques et les personnages (trop typés), au profit du spectaculaire.


Télé 7 Jours
- Julien Barcilon

Avec une vraie gueule d'atmosphère, le début sentait bon le film de genre. Las, trop vite ce western urbain sombre dans le n'importe quoi grotesque.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Les Orphelins de Huang Shi   Ven 13 Juin - 7:39

Date de sortie : 11 Juin 2008
Réalisé par Roger Spottiswoode
Avec Jonathan Rhys-Meyers, Michelle Yeoh, Chow Yun-Fat
Film américain.
Genre : Historique, Drame
Durée : 1h 54min.
Année de production : 2007
Titre original : The Children of Huang Shi
Distribué par Metropolitan FilmExport



Les Orphelins de Huang Shi nous entraîne dans la Chine des années 30 alors ravagée par la guerre, et raconte l'incroyable aventure d'un jeune journaliste anglais, d'une infirmière américaine et du chef d'un groupe de partisans chinois qui vont unir leurs efforts pour sauver 60 orphelins.
Ensemble, ils vont parcourir plus d'un millier de kilomètres à travers les contrées les plus hostiles, des sommets enneigés aux déserts impitoyables, pour atteindre un village où les enfants pourront enfin vivre en sécurité.
Surmontant tous les obstacles, leur épopée va les conduire à découvrir le sens absolu du sacrifice, de la responsabilité et du courage.

CRITIQUES :

Le Figaroscope
- La rédaction

Une aventure épique et humaniste captivante dominée par Jonathan Rhys-Meyers (...).


Paris Match
- Christine Haas

On est dans le film-formule du héros occidental impétueux qui se cherche dans un contexte exotique et devient un saint homme.


Télérama
- Mathilde Blottière

Même boursouflée, la fresque demeure efficace, sauvée par un rythme et une science du récit qui font (presque) oublier ses facilités.


Le Journal du Dimanche
- Stéphanie Belpêche

Tirée d'une histoire vraie, cette leçon d'humanisme ne manque pas d'intérêt grâce notamment à l'interprétation de Jonathan Rhys Meyers.


TéléCinéObs
- Xavier Leherpeur


Une odyssée romanesque qui manque cruellement de souffle et de lyrisme.

Ouest France
- La rédaction


Dommage qu'il [Roger Spottiswoode] ne parvienne pas à faire passer à l'écran les émotions dont il se dit habité. (...) Jonathan Rhys Meyers apparaît transparent dans un rôle qui demandait une autre consistance.


Le Monde
- Thomas Sotinel

Les hasards du scénario établissent clairement la vilenie nippone, la lâcheté du Kuomintang et la rectitude (...) de la ligne [de] Mao. Impossible en revanche de savoir ce qui a provoqué la mutation du reporter casse-cou (...). Cette histoire mérite d'être racontée. Mais pas de cette façon.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Cinéma] Sur la toile ...   Aujourd'hui à 17:16

Revenir en haut Aller en bas
 
[Cinéma] Sur la toile ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Abri en toile cirée
» Une étoile va briller ce soir dans notre ciel, Lucky
» tissu ou toile metallique
» ma petite armée d'étoile de mer ( en photo)
» BILDIM / Impressions de vos photos sur Support Bois et Toile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doumie :: Au quotidien :: Loisirs-
Sauter vers: