Doumie

Au lieu d'un site, un forum pour partager...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Cinéma] Sur la toile ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Monsieur Woodcock   Jeu 24 Juil - 4:24

Date de sortie : 23 Juillet 2008
Réalisé par Craig Gillespie
Avec Billy Bob Thornton, Seann William Scott, Susan Sarandon
Film américain.
Genre : Comédie
Durée : 1h 27min.
Année de production : 2005
Film pour enfants à partir de 10 ans
Titre original : Mr. Woodcock
Distribué par Metropolitan FilmExport



Au collège de Forest Meadows, les cours d'éducation physique de Mr. Woodcock sont un véritable enfer. Woodcock ne pardonne aucune erreur, aucune faiblesse à ses élèves, et sa classe ressemble à un camp d'entraînement pour troupe d'élite. Chacun redoute ses moqueries - il faut dire qu'il a un vrai talent pour humilier ses élèves...
Pour John Farley, tout cela n'est plus qu'un mauvais souvenir. Aujourd'hui, John est un écrivain à succès, auteur du best-seller Dépasser son passé. Il a désormais l'assurance d'un homme qui a réussi et il donne des conférences qui inspirent et remotivent des milliers de gens.
Lorsqu'il vient rendre une visite surprise à sa mère, il découvre avec horreur que celle-ci file le parfait amour avec l'abominable prof. Forcé de côtoyer son vieil ennemi, John endure à nouveau la souffrance familière des sarcasmes de Woodcock et ses tactiques d'intimidation. Refusant une tournée de promotion de ses livres, John décide de prolonger son séjour chez sa mère dans l'espoir de provoquer une rupture entre celle-ci et son ancien tortionnaire...
Chaque jour qui passe le plonge un peu plus dans l'insécurité et les angoisses de ses jeunes années. Mortifié et pris de panique à l'idée que sa mère puisse épouser l'homme qu'il déteste le plus au monde, John appelle à l'aide son vieux copain d'école, Jay Nedderman.
Il est parfois très difficile d'échapper à son passé...

Critiques


Le Monde
- Isabelle Régnier

On s'attend à ce que le film mette un grand coup de pied anarchiste dans le prêt-à-penser comportementaliste (...). Au lieu de cela, il bifurque de manière extrêmement bizarre pour en embrasser pleinement la philosophie. Déroutant...

Les Inrockuptibles
- J. Go

Le film de Gillespie ne brillant ni par l'écriture ni par la mise en scène, ne lui reste que le talent d'acteurs attachants mais sous-employés (...)


Ouest France
- La Rédaction

Premier film d'un réalisateur qui enchaîne déjà sur deux autres projets!

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Night and Day   Jeu 24 Juil - 4:27

Date de sortie : 23 Juillet 2008
Réalisé par Hong Sangsoo
Avec Kim Young-Ho, Hwang Soo-Jeong, Park Eun-hye
Film coréen.
Genre : Comédie dramatique
Durée : 2h 25min.
Année de production : 2008
Titre original : Bam gua Nat
Distribué par Sophie Dulac Distribution



Sung-nam, un jeune peintre coréen, doit, pour échapper à une arrestation fuir son pays.
Il s'envole pour Paris et trouve refuge dans une pension du 14e arrondissement appartenant à un coréen.
D'abord un peu perdu dans ce pays qui lui est inconnu, et souffrant de l'absence de sa femme, il traine dans les rues de Paris.
Mais, il s'acclimate progressivement à la vie occidentale et fait la connaissance de deux jeunes Coréennes : Hyun-ju et sa colocataire Yu-jeong, une étudiante aux Beaux-arts.
Au fil de l'été, il tombe de plus en plus amoureux de Yu-jeong et de Paris...

Critiques

Télérama
- Pierre Murat

C'est un film qui redonne confiance. Dans un cinéma vif, libre, léger et charmeur - une rareté par les temps qui courent.

Le Monde
- Jean-Luc Douin

Le ton choisi par Hong Sangsoo pour dépeindre cette drague laborieuse et sans issue est celui d'une hébétude. Il est en phase avec l'apathie de son antihéros. Cette absence totale de pathos dans sa façon de le filmer prouve sa lucidité.

Le Journal du Dimanche
- Stéphanie Belpêche

Cette chronique douce-amère met en scène la solitude d'un être déraciné, qui tente d'apprivoiser la langue, les moeurs et les coutumes d'un pays totalement inconnu.


Cahiers du Cinéma
- Hervé Aubron

L'art du recadrage est désormais beaucoup plus doux mais aussi constant, manière de mimer un désir erratique qui ne parvient pas à faire le point, mais aussi de déplier des virtualités dans le faux plat du plan moyen.


Les Inrockuptibles
- Jean-Baptiste Morain

Sur un schéma narratif d'une grande simplicité, qui lui a été inspiré par ses maîtres en cinéma, il [le réalisateur] va composer des variations de son cru, où tous les clichés de son cinéma trouveront leur place.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Let's Get Lost   Jeu 24 Juil - 4:29

Date de sortie : 23 Juillet 2008
Réalisé par Bruce Weber
Avec Chet Baker, William Claxton, Flea
Film américain.
Genre : Comédie dramatique
Durée : 2h.
Année de production : 1988
Titre original : Chet Baker - Let's Get Lost
Distribué par Le Pacte



Evocation de la vie du célèbre trompettiste blanc, qui defraya la chronique dans les années cinquante.

Critiques

Libération
- Philippe Azoury


Let's Get Lost est (...) un manifeste du faux raccord (...) Weber a saisi un Baker européen, tel qu'on le fantasmait dur à Milan, Paris ou Anvers, nimbé de tragique.

La Croix
- Jean-Claude Raspiengeas


Film stylisé qui s'acharne à percer le mystère, dont il épouse les ombres, de cette beauté brisée qui s'enfonce dans la nuit.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Souvenir   Jeu 24 Juil - 4:32

Date de sortie : 23 Juillet 2008
Réalisé par Im Kwon-taek
Avec Jung-hae Oh, Cho Jae-Hyung, Oh Seung-eun
Film sud-coréen.
Durée : 1h 46min.
Année de production : 2007
Titre original : Cheonnyeonhak
Distribué par Mars Distribution



Un maître du chant traditionnel coréen enseigne son art à sa fille Song-hwa et le tambour à son beau-fils Dong-ho. Le père est un professeur sévère, toujours en quête de perfection pour ses jeunes élèves. Ne supportant plus ses exigences, Dong-ho s'enfuit et abandonne à la fois la musique et sa demi-soeur qu'il aime en secret...

Critiques

Le Monde
- Jean-François Rauger


Souvenir parvient à une harmonie quasi parfaite entre la contemplation et l'action, sans que l'une ne vienne contrarier ou paralyser l'autre.


Télérama
- Samuel Douhaire

(...) le vieux maître a encore de la ressource quand il restitue la beauté de la nature ou rompt le train-train mélancolique de son récit par des explosions de brutalité sidérantes.


Cahiers du Cinéma
- jean-Michel Frodon

La puissance du film (...) tient au sentiment d'un investissement énorme, avec comme unique stratégie la plus extrême simplicité (...) Un artiste chevronné trouve la manière de conjuguer la plus ample ambition et la plus grande économie de moyens.


Positif
- Pierre Eisenreich

Avec audace, la narration tire sa force du parcours de ce trio de musiciens sans qualités, en quête d'une perfection artistique absolue (...).


Les Inrockuptibles
- Serge Kaganski

Le film alterne temps forts et temps faibles, audaces de scénario ou de mise en scène et aspects plus conventionnels frisant l'enluminure.


Ouest France
- La Rédaction

Le centième film du très prolifique Im Kwon-taek, le cinéaste de Ivre de femmes et de peinture notamment.

Le Journal du Dimanche
- Stéphanie Belpêche

Le 100e film de Im Kwon-Taek (...) s'enlise dans un hommage à la musique traditionnelle coréenne (...) le cinéaste aligne les séquences de chant, répétitives et interminables.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Mariage à l'Italienne   Jeu 24 Juil - 4:33

Date de sortie : inconnue
Date de reprise : 23 Juillet 2008
Réalisé par Vittorio De Sica
Avec Sophia Loren, Marcello Mastroianni, Aldo Puglisi
Film français, italien.
Genre : Comédie, Romance, Drame
Durée : 1h 42min.
Année de production : 1964
Titre original : Matrimonio all'Italiana
Distribué par Carlotta Films



Durant de nombreuses années, Filumena a été à la fois servante et maîtresse de Domenico. Ce dernier a finalement décidé de se marier avec une jeune fille de bonne famille. C'est alors qu'elle décide de lui tendre un piège en lui faisant croire qu'elle est mourante et que son dernier désir est de se faire épouser. Dès que l'homme cède, la mourante ressuscite et lui apprend qu'il est déjà le père d'un de ses enfants...

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Ballerina   Jeu 24 Juil - 4:36

Date de sortie : 23 Juillet 2008
Réalisé par Bertrand Normand
Avec Alain Ghazal, Uliana Lopatkina, Diana Vishneva
Film français.
Genre : Documentaire
Durée : 1h 17min.
Année de production : 2008
Distribué par Floris Films



La ballerine classique fascine. Elle exerce un art devenu rare, un métier aussi exigeant que méconnu, et fascine d'autant plus que son destin paraît fragile. Il est toutefois un pays où elle ne faiblit pas et continue de rayonner. Ce pays, c'est la Russie. Terre de recherche de l'absolu, de culte de la beauté, d'immensité et de nostalgie, terre également d'une féminité oubliée, la Russie est par excellence le pays de la ballerine.
L'auteur du film, Bertrand Normand, amateur de danse classique, est depuis longtemps impressionné par la singularité des ballerines russes sur scène. Il est parti à Saint-Pétersbourg à la découverte de ce qui fait l'unicité de ces danseuses et en a dégagé un projet de film de grande ampleur, car au travers de cette recherche personnelle, il a développé une approche du ballet classique, de son univers et du pouvoir qu'il exerce sur les spectateurs, qu'il veut désormais transmettre au grand public.
Ballerina raconte sa quête. Franchissement du rideau qui sépare le spectateur de l'artiste sur scène, mais aussi de celui dont est encore voilé ce pays, cette quête l'a mené au Théâtre Mariinski, jadis nommé Kirov, qui a vu éclore depuis des siècles des chorégraphes et interprètes hors du commun. Il y a rencontré Alina, Ulyana, Evgenia, Svetlana et Diana, qui seront les principaux personnages du film. Femmes aux personnalités radicalement différentes, jeunes danseuses débutant leur carrière ou étoiles mondialement connues, elles illustrent ensemble les étapes et enjeux fondamentaux de la vie de ballerine.

Critiques

Le Monde
- Jean-François Rauger

Visiblement fasciné par son sujet, le réalisateur ne s'attache pas uniquement à la beauté des gestes, mais à la signification de ce qui représente toujours une sorte d'idéal dans la société russe d'aujourd'hui.


MCinéma.com
- Olivier Pélisson

Un brin scolaire avec ses témoignages explicatifs, ce voyage au pays des autres poupées russes vaut tout de même le coup.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Box-Office France   Jeu 24 Juil - 4:37

1.Hancock
2.Kung Fu Panda
3.Le Monde de Narnia : chapitre 2 - Prince Caspian
4.Mes amis, mes amours
5.Seuls Two
6.Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal
7.Valse avec Bachir
8.Le Voyage aux Pyrénées
9.Phénomènes
10.Au bout de la nuit
11.Bons Baisers de Bruges
12.Sex and the City - le film
13.Le Témoin amoureux
14.Sagan
15.Las Vegas 21
16.My Name is Hallam Foe
17.Une histoire italienne
18.Par suite d'un arrêt de travail...
19.Les Sept jours
20.Made in Italy

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Les films de la semaine: une comédie familiale, les aventures de Hulk   Jeu 24 Juil - 5:33

- Si l'offre de films se tarit au coeur de l'été, cette semaine une agréable comédie familiale, "Le premier jour du reste de ta vie", et les dernières aventures de "l'incroyable Hulk" arrivent sur les écrans.

- "Le premier jour du reste de ta vie" de Remi Bezançon (France, 1H54) avec Jacques Gamblin, Zabou Breitman, Déborah François. Robert Duval, chauffeur de taxi, et sa femme Marie-Jeanne, un couple uni, coulent des jours heureux dans un pavillon de banlieue avec jardin, chien et enfants. Ces derniers se ressemblent peu : Albert l'aîné a le sens des responsabilités chevillé au corps et remet en question l'autorité du père, tandis que Raphaël reporte toujours tout au lendemain. De son côté, Fleur chemine l'air de rien vers des années douloureuses, qui verront la petite fille sage se muer en adolescente rebelle. Une agréable comédie familiale, servie par de prometteurs jeunes comédiens.

- "L'incroyable Hulk" de Louis Leterrier (Etats-Unis, 1H52, titre original: "The incredible Hulk") avec Edward Norton, Liv Tyler, Tim Roth. Le scientifique Bruce Banner cherche toujours un antidote aux radiations gamma qui ont créé Hulk. De son côté le général Thunderbolt Ross rêve d'utiliser la force destructrice du géant vert à des fins militaires, et tente de développer un sérum pour créer des soldats surpuissants. Grâce à ce sérum, il crée un monstre incontrôlable dont la force pure est même supérieure à celle de Hulk. Le héros né dans un comic-book édité par Marvel, est de retour, cinq ans après le "Hulk" signé par le cinéaste taïwanais Ang Lee, aux recettes décevantes.

- "Night and day" de Hong Sang-Soo (Corée, 2H25, titre original : "Bam Gua nat") avec Kim Young-ho, Park Eun-hye, Seo Min-jeong. Ce film qui était en compétition au dernier festival de Berlin, dépeint les pérégrinations d'un Sud-Coréen à Paris, un artiste peintre entre deux âges, Don Juan sans conviction. Velléitaire et lâche, il a fui Séoul de crainte d'être arrêté pour avoir consommé de la drogue. A Paris, il retrouve une ex-petite amie qui tente en vain de raviver son désir, et passe ses journées à déambuler dans les rues, un sac plastique à la main, fumant des cigarettes sur les bancs publics et observant les Parisiens. "Night and day" le suit dans une succession de vignettes "à la manière de" Rohmer: au téléphone avec sa femme, au musée avec des étudiantes des Beaux-Arts, au lit avec avec sa maîtresse, à table avec d'autres émigrés coréens... Certains trouveront charmante cette balade - en dépit de sa longueur excessive -, d'autres la trouveront d'une grande vacuité et un peu datée dans sa description de la société.

- "La cité des hommes" de Paulo Morelli (Brésil, 1H48, titre original "Cidade dos homens") avec Douglas Silva, Darlan Cunha, Jonathan Haagensen. Acerola et Laranjinha, qui sont amis d'enfance et n'ont pas encore 18 ans, ont grandi trop vite, dans une favela de Rio de Janeiro. La premier a déjà un fils de deux ans, le second rêve de retrouver le père qu'il n'a jamais connu. C'est alors qu'éclate une guerre entre gangs rivaux. Si ce film suscite un sentiment de déjà vu, ce n'est pas un hasard: c'est l'adaptation de la série télévisée brésilienne éponyme crée par Katia Lund et Fernando Meirelles, elle-même inspirée par le film-choc de Meirelles, "La Cité de Dieu".

- "Ballerina" documentaire de Bertrand Normand (France, 1H17). Les portraits croisés d'Alina, Ulyana, Evgenia, Svetlana et Diana, cinq danseuses du Théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg, temple du ballet russe depuis des siècles. Débutantes ou étoiles mondialement connues, elles illustrent les étapes de la vie de ballerine. Un documentaire un peu scolaire, au commentaire pavé de poncifs, qui demeure à l'extérieur du "mythe" qu'il entend dévoiler.

- "Souvenir" d'Im Kwon-Taek (Corée du Sud, 1H46, titre original "Beyond the years") avec Oh Jung-hae, Jo Jae-hyun. Un maître du chant traditionnel coréen enseigne son art à sa fille Song-hwa et le tambour à son beau-fils Dong-ho. Le père est un professeur sévère, toujours en quête de perfection pour ses jeunes élèves. Ne supportant plus ses exigences, Dong-ho s'enfuit et abandonne à la fois la musique et sa demi-soeur, qu'il aime en secret.

- "Mad money" de Callie Khouri (Etats-Unis, 1H40) avec Queen Latifah, Katie Holmes, Diane Keaton. Trois femmes de ménage employées à la Réserve fédérale américaine, décident un jour de faire équipe pour braquer la vénérable institution. L'adaptation du téléfilm britannique "Hot Money", lui-même inspiré d'événements réels qui se sont déroulés dans les années 1970, en Angleterre.

- "Medieval pie, Territoires vierges" de David Leland (Grande-Bretagne, Italie, France, 1H35, titre original : "Virgin territory") avec Hayden Christensen, Mischa Barton, Tim Roth. Au XIVème siècle, Florence est une ville de purs plaisirs, somptueuse et prospère, une ville d'art et de culture. Mais en 1346, la ville est dévastée par la peste noire. Pampinea Anastagi, fille unique d'une famille riche, se retrouve seule. Gerbino de la Ratta, qui veut s'approprier sa fortune, menace de confisquer sa maison, à moins qu'elle ne l'épouse.

- "Monsieur Woodcock" de Craig Gillespie (Etats-Unis, 1H30) avec Billy Bob Thornton, Seann William Scott, Susan Sarandon. Mr. Woodcock, professeur d'éducation physique, martyrise ses élèves, soumis aux brimades et aux humiliations. Des années plus tard, John qui s'est enrichi en écrivant un livre intitulé "Dépasser son passé", découvre avec horreur que sa mère file le parfait amour avec le sadique de son enfance. Avec l'aide d'un vieux copain d'école, il tente de provoquer la rupture du couple.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...


Nombre de messages : 741
Age : 39
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: [Cinéma] Sur la toile ...   Jeu 24 Juil - 12:05

Nounouch a écrit:
Date de sortie : 23 Juillet 2008
Réalisé par Louis Leterrier
Avec Edward Norton, Liv Tyler, Tim Roth
Film américain.
Genre : Fantastique
Durée : 1h 52min.
Année de production : 2008
Film pour enfants à partir de 10 ans
Titre original : The Incredible Hulk
Distribué par SND


Le scientifique Bruce Banner cherche désespérément un antidote aux radiations gamma qui ont créé Hulk. Il vit dans l'ombre, toujours amoureux de la belle Betty Ross et parcourt la planète à la recherche d'un remède.
La force destructrice de Hulk attire le Général Thunderbolt Ross et son bras droit Blonsky qui rêvent de l'utiliser à des fins militaires. Ils tentent de développer un sérum pour créer des soldats surpuissants.
De retour aux Etats-Unis, Bruce Banner se découvre un nouvel ennemi. Après avoir essayé le sérum expérimental, Blonsky est devenu L'Abomination, un monstre incontrôlable dont la force pure est même supérieure à celle de Hulk. Devenu fou, il s'est transformé en plein coeur de New York.
Pour sauver la ville de la destruction totale, Bruce Banner va devoir faire appel au monstre qui sommeille en lui...

Critiques

Le Parisien
- Alain Grasset

(...) magistralement mis en scène par le français Louis Leterrier (...) C'est le meilleur film d'action du moment (...) Trop fort !

Télé 7 Jours
- Julien Barcilon

Dopé aux effets spéciaux et à l'action body-buildée, le géant vert incarne enfin sa légende avec ce blockbuster taillé à sa carrure XXL par le styliste Leterrier.


L'Ecran Fantastique
- Gilles Penso

Le plaisir qu'on éprouve en visionnant ces nouvelles aventures du géant vert est celui d'enfants aux yeux écarquillés (...). Quant à la scène finale, elle s'avère génialement référentielle.


Le Journal du Dimanche
- Stéphanie Belpêche

Louis Leterrier reprend le flambeau avec un certain panache (...) S'il s'attarde sur la psychologie des personnages, Louis Leterrier ne délaisse pas l'action (...) Une excellente surprise.


Mad Movies
- David Doukhan

Bien sûr, L'Incroyable Hulk n'est pas exempt de défauts (...) mais Leterrier nous venge des récents Ghost Rider et Quatre Fantastiques et le Surfeur d'argent (...) Comme dirait un certain Stan Lee : Excelsior !

Ouest France
- La rédaction

Le plaisir, la fantaisie, le spectacle au premier degré. (...) Un divertissement pour petits et grands, le cahier des charges était clair et simple. Il est rempli.

Le Monde
- Isabelle Régnier

Entre archaïsme et haute technologie, cinéma fantastique et esthétique documentaire, L'Incroyable Hulk démarre sous les meilleurs auspices (...) D'abord à l'aise avec les multiples strates de son récit, le réalisateur lâche prise.

Première
- Christophe Narbonne

Malgré les progrès techniques (...), malgré l'inspiration de Leterrier, le talon d'Achille de la franchise est toujours le "superhéros" : autant Edward Norton émeut, autant son double en 3D laisse indifférent.


Télérama
- Jérémie Couston

(...) le Hulk nouveau est un vulgaire blockbuster estival comme on n'ose (presque) plus en faire.

Cahiers du Cinéma
- Antoine Thirion

(...) Leterrier s'est vendu au souhait populaire de renouer avec la naphtaline télévisée, prêtant le flanc à l'adage : un cinéaste français aux Etats-Unis ressemble généralement à un enfant de 7 ans martyrisant l'animal qu'on vient de lui offrir.
Vu la déception après le 1er je n' avais pas l' intention d' aller le voir mais les critiques sont bonnes ! yop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: [Cinéma] Sur la toile ...   Jeu 24 Juil - 20:46

ben je suis en train de me dire la meme chose...

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: WALL·E   Ven 1 Aoû - 5:11



Date de sortie : 30 Juillet 2008
Réalisé par Andrew Stanton
Avec Philippe Bozo, Marie-Eugénie Maréchal, Emmanuel Jacomy
Film américain.
Genre : Animation, Famille
Durée : 1h 37min.
Année de production : 2008
Film pour enfants à partir de 6 ans
Distribué par Walt Disney Studios Motion Pictures France

Faites la connaissance de WALL-E (prononcez "Walli") : WALL-E est le dernier être sur Terre et s'avère être un... petit robot ! 700 ans plus tôt, l'humanité a déserté notre planète laissant à cette incroyable petite machine le soin de nettoyer la Terre. Mais au bout de ces longues années, WALL-E a développé un petit défaut technique : une forte personnalité. Extrêmement curieux, très indiscret, il est surtout un peu trop seul...
Cependant, sa vie s'apprête à être bouleversée avec l'arrivée d'une petite "robote", bien carénée et prénommée EVE. Tombant instantanément et éperdument amoureux d'elle, WALL-E va tout mettre en oeuvre pour la séduire. Et lorsqu'EVE est rappelée dans l'espace pour y terminer sa mission, WALL-E n'hésite pas un seul instant : il se lance à sa poursuite... Hors de question pour lui de laisser passer le seul amour de sa vie... Pour être à ses côtés, il est prêt à aller au bout de l'univers et vivre la plus fantastique des aventures !

Critiques


TéléCinéObs
- Nicolas Schaller

Un film d'animation SF, poétique, drôle et émouvant. Le nouveau joyau des inégalables studios Pixar


Première
- Gérard Delorme

L'histoire est racontée d'une façon qui se rapproche de la notion de "cinéma pur" -un équilibre idéal entre l'image, le mouvement et le son pour un résultat à la fois beau, émouvant et compréhensible par tous.

Ouest France
- La Rédaction

Un scénario tendre et amusé, riche et intelligent. (...) Régalez-vous de la première à la dernière image.

Le Parisien
- Charlotte Moreau

On ressort de là délicieusement diverti et interpellé comme rarement sur le sort de l'humanité. Sans avoir jamais senti la leçon passer.

Le Monde
- Thomas Sotinel

Ils [les films de Pixar] procèdent d'un amour du risque et d'une confiance dans l'intelligence de l'auditoire qui va à l'encontre du conservatisme frileux de l'immense majorité des films de distraction venus d'Hollywood.

Elle
- Héléna Villotvitch

La première demie-heure, magnifique, ne comporte pas une ligne de dialogue... Sans la moindre honte, on est bouleversé.


Le Journal du Dimanche
- Stéphanie Belpêche

Derrière le divertissement mêlant humour, aventure et romance, se cache un film d'auteur d'une poésie infinie. Et bouleversante.


Télé 7 Jours
- Julien Barcilon

Collectionneurs d'Oscars, Pixar (...) ne déroge pas à son rang de champion du monde avec ce joyau.

Télérama
- Cécile Mury

Pour Wall-E (...) mérite sans conteste sa place dans le peloton de tête des plus beaux personnages créés par Pixar. (...) Des machines à remonter le moral.


Cahiers du Cinéma
- Hervé Aubron

Wall-E enfonce le clou du post-humain (...) On peut sur le coup regretter, après le beau silence de mort préliminaire, cette immixtion du langage et de la fable. A posteriori, l'effet est glaçant (...) l'humanisme de façade capitonne un soubassement plus glacial.


L'Ecran Fantastique
- Yann Lebecque

Pour faire passer la pilule, Pixar use toujours du même jus de fruit sucré si délicieux, composé d'humour burlesque (...) et de références innombrables (...), sans négliger les grands sentiments (...)


Télérama
- Aurélien Ferenczi

Contre Wall-E est un film qui confond poésie et mièvrerie, et pour qui l'écologie n'est qu'un prétexte saisi dans l'air du temps pour dérouler mollement une histoire tire-larmes.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: X Files - Régénération   Ven 1 Aoû - 5:15



Ce film fait partie de la Saga X-Files
Date de sortie : 30 Juillet 2008
Réalisé par Chris Carter
Avec David Duchovny, Gillian Anderson, Amanda Peet
Film américain.
Genre : Science fiction
Durée : 1h 44min.
Année de production : 2008
Titre original : The X-Files: I Want to Believe
Film inspiré de la série X-Files : Aux frontières du réel
Distribué par Twentieth Century Fox France

En plein milieu de la nuit, une employée du FBI est enlevée chez elle... Guidés par un ancien prêtre pédophile aux étranges visions, les agents Whitney et Drummy enquêtent. Très vite, leur investigation s'enlise : les indices sont minces et le temps presse. L'agence gouvernementale décide alors de refaire appel à Mulder et Scully. Leur expérience sur ce genre d'affaires sensibles pourrait s'avérer capitale. Mais des années ont passé depuis la fermeture du service des affaires non-résolues. Scully est redevenue médecin et Mulder, en disgrâce auprès du FBI, est introuvable...

Critiques


Télérama
- Jérémie Couston

Le créateur de la série (...) livre un thril­ler en forme de jeu de piste macabre, parfaitement dosé en suspense et en ­rebondissements.

Le Journal du Dimanche
- Stéphanie Belpêche

X Files amorce un virage décisif en optant pour une enquête policière plutôt classique et bien construite (...) Seul bémol : le manque de surnaturel


Télé 7 Jours
- Julien Barcilon

(...) thriller plutôt classique, mix efficace de frisson et de fantastique


Ouest France
- La Rédaction

Une aventure assez fourre-tout qui essaie d'entretenir mystère et suspense, entre deux roucoulades du tandem vedette. Ca peut se laisser voir, mais sans rien y trouver qui puisse vraiment assurer la " régénération " annoncée par le titre du film.


Le Parisien
- Marie Sauvion

Une intrigue assez ordinaire (...) Passé le plaisir (...) de retrouver Anderson et Duchovny (...) parions que les fans fonceront brûler un cierge pour que le troisième long-métrage soit plus inspiré.


Le Monde
- Thomas Sotinel

Même si on l'avait voulu, on n'y croit plus.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Prom Night - le bal de l'horreur   Ven 1 Aoû - 5:17


Date de sortie : 30 Juillet 2008
Réalisé par Nelson McCormick
Avec Brittany Snow, Johnathon Schaech, Jessica Stroup
Film américain.
Genre : Epouvante-horreur
Durée : 1h 28min.
Année de production : 2008
]Interdit aux moins de 12 ans
Titre original : Prom Night
Remake de Le Bal de l'horreur
Distribué par Sony Pictures Releasing France

Trois ans après le massacre de sa famille par un dangereux psychopathe, Donna a enfin repris une existence normale et se prépare à vivre la soirée la plus importante de l'année : le bal de promo du lycée. Ce qu'elle ignore, c'est que Richard Fenton, le tueur, s'est échappé de l'asile pour la retrouver...
Le détective Winn se lance à sa poursuite pour éviter le pire, mais Fenton a de l'avance. Alors que la fête bat son plein, le tueur passe à l'attaque..

Critiques


Les Inrockuptibles
- J. Go

Le film (...) se regarde comme une jolie contrefaçon, fait avec la certitude que la peur selon Alfred est encore effective (...) dédaignant toute effusion de sang et effet gore.

aVoir-aLire.com
- Virgile Dumez

Un remake infidèle et parfaitement inutile d'un slasher mineur des années 80. Insipide.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Surveillance   Ven 1 Aoû - 5:21



Date de sortie : 30 Juillet 2008
Réalisé par Jennifer Chambers Lynch
Avec Julia Ormond, Bill Pullman, Pell James
Film américain.
Genre : Thriller
Durée : 1h 38min.
Année de production : 2008
Interdit aux moins de 12 ans
Distribué par Wild Bunch Distribution

Deux agents du FBI arrivent dans une petite ville perdue pour enquêter sur une série de meurtres. Ils retrouvent sur place trois témoins : un policier à la gâchette facile, une junkie complètement déconnectée et une petite fille de huit ans encore sous le choc.
Au cours des interrogatoires, les agents découvrent rapidement que les témoins donnent chacun une version différente des faits, dissimulant manifestement une partie de la vérité.

Critiques


Le Parisien
- Marie Sauvion

Jennifer Lynch construit construit un puzzle habile et dérangeant (...) Sans être parfait, son film a notamment le mérite de réunir Bill Pullman et la trop rare Julia Ormond.


Télérama
- Jacques Morice

Surveillance débute comme un ersatz de Twin Peaks, mais finit plutôt comme une farce délirante des frères Coen.

Le Journal du Dimanche
- Barbara Théate

Jennifer Lynch (...) ménage habilement le suspense (...) La mise en scène est nerveuse, l'image torturée, l'humour très noir, les acteurs en roue libre, et le dénouement totalement surprenant.

Elle
- Françoise Delbecq

(...) Un thriller sanguinolent, entre le génial et le gore.


TéléCinéObs
- Francois Forestier

Un polar ultraviolent et pas toujours convaincant (...) En revanche, les dialogues sont excellents et la construction bien établie. Le film parvient à décoller par moments.

Première
- Gérard Delorme

Si le début énerve par ses emprunts un peu trop évidents au père, la suite séduit par son audace à assumer des choix extrêmes. A voir avec un plaisir coupable, même si ça ne va pas très loin.


Ouest France
- La Rédaction

Le plaisir d'un furieux exercice de style. Un petit film sans grande importance, mais troussé dans une construction ludique.

Le Monde
- Jean-Luc Douin

Son savoir faire [de Jennifer Lynch] reste trop impersonnel pour convaincre tout à fait.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Un millier d'années de bonnes prières   Ven 1 Aoû - 5:23


Date de sortie : 30 Juillet 2008
Réalisé par Wayne Wang
Avec Henry O, Faye Yu, Pavel Lychnikoff
Film américain.
Genre : Drame, Romance
Durée : 1h 23min.
Année de production : 2007
Titre original : A Thousand Years of Good Prayers
Distribué par Diaphana Films

Après son divorce, Yilan, une jeune femme chinoise installée dans une petite ville des États-Unis, reçoit la visite de son père, M. Shi, vivant à Pékin, et désireux de l'aider à surmonter sa peine. M. Shi découvre alors avec surprise la vie de sa fille dans ce pays étranger et il comprend rapidement qu'elle n'a pas vraiment besoin de lui, qu'elle ne souffre pas de sa séparation avec son mari.
Tout maintenant les éloigne : leurs cultures, leurs modes de vie, leurs langages et la communication entre le père et la fille semble impossible. Yilan refuse l'aide de son père et avec elle, l'héritage de la culture chinoise, le poids de son passé.

Critiques


Le Nouvel Observateur
- François Froment

Wayne Wang décrit un monde clair-obscur (...) Un film très stylé, tenu, soigneusement cadré, corseté (...) Fin styliste, il sait capter l'atmosphère de la rue et l'émotion du silence.


Première
- Isabelle Danel

Un millier d'années... se révèle d'une justese renversante. (...) une subtile chronique de l'incommunicabilité à la foi dense et épurée.


Ouest France
- La Rédaction

Avec délicatesse, Wayne Wang raconte des personnages partagés entre deux mondes (...) Subtil et touchant.


Le Parisien
- Hubert Lizé

Réalisé au plus près des visages, des corps et des sentiment, [il] se dégage une mélancolie urbaine et une impression de solitude (...) Wang réfute l'image de la femme asiatique véhiculée par le cinéma de Hollywood.


Télérama
- Samuel Douhaire

Avec La Princesse du Nebraska Loin d'être gais, les deux films sont pourtant porteurs d'un optimisme réconfortant quant au mélange des cultures. (...) Wayne Wang suggère que la non-maîtrise de la langue n'empêche pas la communication.


Le Monde
- Thomas Sotinel

La finesse du jeu des acteurs maintient l'attention tout au long, et Wayne Wang, mine de rien, approche du mystère qui se cache au coeur des familles.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: La Princesse du Nebraska   Ven 1 Aoû - 5:26



Date de sortie : 30 Juillet 2008
Réalisé par Wayne Wang
Avec Li Ling, Pamelyn Chee, Patrice Binaisa
Film américain.
Genre : Drame
Durée : 1h 17min.
Année de production : 2007
Titre original : The Princess of Nebraska
Distribué par Diaphana Films

Sasha est originaire de Pékin. Elle suit sa première année d'université aux États-Unis, à Omaha dans le Nebraska. Suite à des vacances passées en Chine, elle se découvre enceinte de 4 mois et décide de partir à San Francisco pour interrompre sa grossesse. Sans nouvelles
du père de son enfant, Yang, un jeune artiste chinois, Sasha retrouve à San Francisco Boshen, l'ex-amant de Yang de retour aux États-Unis, qui essaie de la convaincre de garder l'enfant.

Critiques

Le Nouvel Observateur
- François Froment

Un film libre, lâche, quasi improvisé (...) Fin styliste, il [Wang] sait capter l'atmosphère de la rue et l'émotion du silence. Il y a du Bresson et du Godard en lui, qui se combattent...

Le Parisien
- Hubert Lizé


Réalisé au plus près des visages, des corps et des sentiment, [il] se dégage une mélancolie urbaine et une impression de solitude (...) Wang réfute l'image de la femme asiatique véhiculée par le cinéma de Hollywood.

Le Monde
- Thomas Sotinel

La Princesse du Nebraska met en scène cette journée en ville comme une bousculade perpétuelle, frénétique, qui obéit aux règles d'un mode de cohabitation entre cultures.

Ouest France
- La Rédaction

Rien à voir avec Un bon millier d'années de bonnes prières. Dans le fond comme dans la forme, plus démonstrative, appuyée et insistante dans sa volonté de faire de belles images. Au point de parasiter le propos parfois.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Falafel   Ven 1 Aoû - 5:28



Date de sortie : 30 Juillet 2008
Réalisé par Michel Kammoun
Avec Elie Mitri, Gabrielle Bou Rached, Michel Hourani
Film français, libanais.
Genre : Drame
Durée : 1h 23min.
Année de production : 2006
Distribué par Les Films du Paradoxe

Beyrouth, l'été. Une nuit de la vie d'un jeune libanais, Toufic, et ses déambulations nocturnes.
Entre sa famille, ses amis et ses amours, il essaie de croquer la vie à pleines dents, s'amuser, aimer, et chaque seconde qui passe est vitale... Mais il découvre que vivre normalement, dans ce pays, est un luxe hors de sa portée. Quinze ans après la fin de la guerre, il y a toujours un volcan qui sommeille à chaque coin de rue, une nappe de gaz prête à exploser...

Critiques


Le Monde
- Jacques Mandelbaum

Falafel occupe une place à part. Celle du film bricolé, qui marche à la candeur et à l'énergie, et ne sauve le coup qu'en vertu de ces qualités.


Première
- Isabelle Danel

Malgré des maladresses et un symbolisme trop appuyés, le fond reste fort.

Télérama
- La rédaction

Cette indolente chronique manque singulièrement et de saveur et de piquant.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Fleur secrète   Ven 1 Aoû - 5:38


Date de sortie : 30 Juillet 2008
Réalisé par Masaru Konuma
Avec Naomi Tani, Nagatoshi Sakamoto, Yasuhiko Ishizu
Film japonais.
Genre : Drame
Durée : 1h 14min.
Année de production : 1974
Interdit aux moins de 16 ans
Titre original : Hana to hebi
Distribué par Zootrope Films

La sublime épouse d'un PDG refuse de se soumettre aux fantasmes de son mari. Frustré, ce dernier demande à l'un de ses employés modèles, dont la mère fut, après la Seconde Guerre mondiale, une "maîtresse" réputée, de l'initier à des plaisirs interdits.

Critiques

Première
- Gérard Delorme

Konuma a plusieurs atouts dans sa manche : un manque total d'inhibitions, un sens de la mise en scène au-dessus de la moyenne et, surtout, Naomi Tani, actrice visuellement stupéfiante (...).


Télérama
- Jacques Morice

Une fois la barrière culturelle franchie, le spectateur pourra apprécier cette histoire gorgée de sur­réalisme charnel, qui ne quitte jamais vraiment la farce ­malgré quelques accents mélodramatiques.

Le Monde
- Jacques Mandelbaum

La limite de Fleur secrète tient à la manière dont l'intrigue, recourant à l'artifice d'une psychanalyse à deux sous, et les personnages, passablement schématiques, font figure d'oripeaux des scènes chaudes.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Ca m'est égal si demain n'arrive pas   Ven 1 Aoû - 5:40



Ce film fait partie de la Saga 3 histoires de famille
Date de sortie : 30 Juillet 2008
Réalisé par Guillaume Malandrin
Avec Jacky Lambert, Olga Grumberg, Robin Weerts Plus...Film belge.
Genre : Drame
Durée : 1h 10min.
Année de production : 2006
Distribué par Pierre Grise Distribution

Récemment sorti de prison, Jacques (40 ans) reprend contact avec son fils de dix ans, qu'il ne connaît pas. Malgré les réticences de la famille d'accueil, Jacques veut partir une semaine en vacances dans le Sud avec lui. Quelques jours avant le départ, il retrouve Anne, la mère de l'enfant - enfant qu'elle ne connaît pas non plus- et l'entraîne dans cet étrange projet de vacances familiales. Trois personnages qui ne se connaissent pas, vont chercher à s'aimer sans vraiment savoir comment, ni pourquoi.

Critique


Télérama
- Samuel Douhaire

Bien servi par ses comédiens, Guillaume Malandrin filme avec une pudeur bienvenue les retrouvailles d'un garçon de 10 ans avec son père et sa mère. (...) Une jolie surprise.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: L'Oeuf du serpent   Ven 1 Aoû - 5:42



Date de sortie : 07 Décembre 1977
Date de reprise : 30 Juillet 2008
Réalisé par Ingmar Bergman
Avec Liv Ullmann, David Carradine, Gert Frobe
Film ouest-allemand, américain.
Genre : Drame
Durée : 2h.
Année de production : 1977
Interdit aux moins de 12 ans
Titre original : The Serpent's Egg
Distribué par Carlotta Films

Berlin, dans la semaine du 3 au 11 novembre 1923. Un paquet de cigarettes coûte 4 milliards de marks. C'est l'inflation galopante, le chômage, la misère et le désespoir. Au milieu du chaos, Abel Rosenberg se sent triplement étranger puisqu'il est juif, américain et chômeur. Alors qu'il se perd dans l'alcool, Abel découvre le corps de son frère suicidé d'une balle dans la bouche. Interrogé par le commissaire, il a l'intuition qu'on le soupçonne de plusieurs meurtres perpétrés dans le quartier. Il se réfugie auprès de Manuela, ancienne compagne de son frère qui joue un numéro dans un cabaret des bas-fonds. Ensemble, ils font une rencontre perfide et s'égarent dans la peur, menacés par un mal innommable qui "tel un oeuf de serpent, laisse apparaître à travers sa fine coquille la formation du parfait reptile"...

Critique

Première
- Florence Ben Sadoun

De ce film très sombre sur le délabrement de l'Allemagne et le début de l'ascension du nazisme dans les années 1920 restent des images fortes et terrifiantes.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Trop libre   Ven 1 Aoû - 5:46



Ce film fait partie de la Saga 3 histoires de famille
Date de sortie : 30 Juillet 2008
Réalisé par Pia Marais
Avec Ceci Schmitz-Chuh, Birol Ünel, Pascale Schiller
Film allemand.
Genre : Drame
Durée : 1h 35min.
Année de production : 2007
Titre original : Die Unerzogenen
Distribué par Pierre Grise Distribution


Stevie, une jeune fille de 14 ans, subit le mode de vie dissipé de ses parents, qui vivent au rythme effréné de leurs soirées, multiplient les actions illégales, contraints de déménager sans cesse. Elle rêve d'un foyer stable, rassurant, de parents ordinaires, et lorsqu'ils arrivent dans une nouvelle ville, elle les présente comme diplomates à ses nouveaux amis... mais la vérité la rattrape...

Critique

Télérama
- La rédaction

La force du premier film de Pia Marais tient à son regard à hauteur d'ado. Ses faiblesses à de longs passages à vide, ainsi qu'à une certaine complaisance à filmer le glauque.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Le Cantique des cantiques   Ven 1 Aoû - 5:48



Ce film fait partie de la Saga 3 histoires de famille

Date de sortie : 30 Juillet 2008
Réalisé par Josh Appignanesi
Avec Nathalie Press, Joel Chalfen, Julia Swift
Film britannique.
Genre : Drame
Durée : 1h 20min.
Année de production : 2006
Titre original : Song of Songs
Distribué par Pierre Grise Distribution

Ruth, une jeune femme juive religieuse et célibataire, rentre à Londres après 3 ans dans une école religieuse en Israël, pour s'occuper de sa mère mourante. Afin de respecter les dernières volontés de celle-ci, elle s'évertue à ramener, son frère David, dans le giron familial. Il l'a quitté avec perte et fracas, s'est complètement détaché de la religion et enseigne l'Anglais à l'université. Après nombre de querelles et de provocation de Ruth, David accepte de regagner la maison sous des conditions qui vont se révéler douloureuses pour l'un comme pour l'autre.

Critique

Télérama
- La rédaction

Un film à fuir. (...) Aussi oiseux que prétentieux.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Prendre femme   Ven 1 Aoû - 5:52


Date de sortie : 26 Janvier 2005
Date de reprise : 30 Juillet 2008
Réalisé par Ronit Elkabetz, Shlomi Elkabetz
Avec Ronit Elkabetz, Simon Abkarian, Gilbert Melki
Film français, israélien.
Genre : Drame, Romance
Durée : 1h 37min.
Année de production : 2004
Distribué par Sophie Dulac Distribution

Haïfa, juin 1979 : l'histoire se déroule en Israël durant les 3 jours qui précèdent l'entrée du Shabbat.
Une fois encore, Viviane est sur le point de quitter Eliahou, son époux.
Une fois encore, ses frères réussissent à la persuader que sa place est auprès de son mari, ses enfants et sa famille.
Fatiguée de cette existence qui dénie ses rêves et ses droits, lasse de cet époux qui privilégie les traditions au détriment de leur vie de couple, Viviane reste, mais elle est à bout.
Au même moment, Albert, un homme qu'elle a aimé, ressurgit dans sa vie. Un homme ayant su, l'espace d'un trop bref moment, lui offrir ce que tous les autres hommes de sa vie lui avaient toujours refusé : la liberté d'être elle-même.

Critiques

TéléCinéObs
- Mira Fary

Coécrite, coréalisée et interprétée par Ronit Elkabetz, l'histoire d'une femme en prise avec une société archaïque.

Le Monde
- Jean-Luc Douin

La puissance de Prendre femme est (...) d'abord dans la façon dont Ronit Elkabetz prend le pouvoir de l'image. Récompensée dans plusieurs festivals pour son rôle dans Mariage tardif, étonnante dans Alila d'Amos Gitaï, époustouflante en prostituée à la dérive dans Mon trésor, elle fait ici un numéro grandiose, (...) telle une Callas (à laquelle elle ressemble) ou une Anna Magnani.

Télérama
- Cécile Mury

Ronit Elkabetz (...), qui interprète Viviane, a co-écrit et réalisé le film avec son frère Shlomi, comme une façon d'enregistrer leurs blessures autobiographiques, l'aliénation mutuelle de leurs parents. (...) Le frère et la soeur ne proposent aucune issue, ne ferment aucune piste. Ils captent seulement, avec une étonnante maîtrise du récit, les émotions, les déchirements et les fêlures intimes, un enfer ordinaire et universel.

Elle
- Elisabeth Quin

...parce que Ronit Elkabetz [...] est époustouflante [...] La mort du dialogue et de l'écoute conduit au désespoir. Ca vaut pour ce couple. Ca vaut sans doute aussi pour les relations du couple forcé que sont les Israéliens et les Palestiniens...

Le Figaroscope
- Françoise MAUPIN

Cela pourrait être fastidieux, ça ne l'est pas, parce que les deux personnages existent vraiment, magistralement interprétés par Ronit Elkabetz et Simon Abakarian. Décidément, après Mon trésor, Terre promise et Prendre femme, les nouvelles du cinéma israélien sont bonnes.


Ouest France
- La rédaction

Un mélodrame porté par la présence de la superbe Ronit Elkabetz. Elle habite ce récit dont elle assure aussi, avec son frère Shlomi une mise en scène travaillée avec rigueur et vigueur.

Première
- Sophie Grassin

Prendre femme, portrait d'un couple en guerre où l'ombre de Cassavetes croiserait celle de Dreyer, table sur le mélange des langues et des états de l'héroïne (...). Face à cette force de la nature -Viviane femme moderne qui gagne sa vie en coiffant ses voisines et tient sur son couple un forum permanent-, les autres (Simon Abkarian ou Gilbert melki, tout en douceur) existent vraiment: Prendre femme révèle l'étendue de leur talent. ce n'est pas rien.

Télé 7 Jours
- Gérard Lenne

un film d'atmosphère tendu et fouillé.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Rinkin
J'ai peur de rien ...
J'ai peur de rien ...


Nombre de messages : 997
Age : 40
Date d'inscription : 14/05/2008

MessageSujet: Re: [Cinéma] Sur la toile ...   Lun 4 Aoû - 13:27

Allez tous voir Batman ! pompom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!


Nombre de messages : 6193
Age : 35
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: La Momie : la tombe de l'Empereur Dragon   Mer 6 Aoû - 3:58

Ce film fait partie de la Saga La Momie
Date de sortie : 06 Août 2008
Réalisé par Rob Cohen
Avec Brendan Fraser, Jet Li, Maria Bello
Film américain.
Genre : Aventure, Fantastique
Durée : 1h 51min.
Année de production : 2008
Titre original : The Mummy: Tomb of the Dragon Emperor
Distribué par Universal Pictures International France


Le troisième épisode de la saga La Momie nous transporte cette fois en Asie pour une nouvelle aventure qui verra Rick O'Connell et les siens livrer un combat sans merci à l'Empereur Dragon. Des catacombes de la Chine antique aux sommets de l'Himalaya, l'explorateur intrépide, son jeune fils Alex, sa femme Evelyn et son beau-frère Jonathan affronteront la Momie ressuscitée du plus cruel conquérant de Chine.
Victimes d'une sorcière maléfique, l'Empereur Dragon et ses 5000 soldats ont été relégués pour l'éternité dans les limbes. L'immense armée de terre cuite reposera ainsi durant 2000 ans, oubliée de tous, jusqu'à ce qu'Alex commette l'erreur de réveiller son chef. Pour éviter une vague de méfaits, Rick devra appeler à la rescousse les seules personnes plus habiles que lui à combattre les morts-vivants : sa propre famille...

Critiques


Le Journal du Dimanche
- Stéphanie Belpêche

Ce divertissement épique, enlevé par l'enthousiasme des comédiens, nous embarque dans une aventure exotique et dépaysante. Les effets spéciaux se mettent au service d'une parabole pertinente sur le totalitarisme.

Télérama
- La rédaction

Un peu d'humour, un tas de monstres, et autant de bagarres explosives : un distrayant ersatz d'Indiana Jones.

_________________
http://www.secondechance.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Cinéma] Sur la toile ...   Aujourd'hui à 17:17

Revenir en haut Aller en bas
 
[Cinéma] Sur la toile ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Abri en toile cirée
» Une étoile va briller ce soir dans notre ciel, Lucky
» tissu ou toile metallique
» ma petite armée d'étoile de mer ( en photo)
» BILDIM / Impressions de vos photos sur Support Bois et Toile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doumie :: Au quotidien :: Loisirs-
Sauter vers: